Rapport Hénart : infirmières aujourd’hui, praticiennes de soins demain ? | Espace Infirmier
 

Objectif Soins n° 194 du 01/03/2011

 

Actualités

Françoise Vlaemÿnck  

PRATIQUES AVANCÉES → Face à une démographie médicale déclinante et des besoins de santé en hausse constante, les infirmières pourraient prendre en charge des tâches dévolues jusqu’alors aux médecins. Le rapport Hénart entend faire bouger les lignes.

« Jusqu’à l’horizon 2030 nous allons faire face à un creux démographique de quasi toutes les professions de santé. C’est à cette date que nous retrouverons le même nombre de médecins qu’en 2000. Cependant, la densité médicale par habitant restera inférieure de 10 à 15 %. Chez les chirurgiens-dentistes, ce déficit atteindra 40 % », a indiqué Laurent Hénart, député de Meurthe-et-Moselle, le 2 février, lors de la remise de son rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire à Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, à Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la santé et à Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Dans ce contexte, verra-t-on bientôt des Ibode effectuer des actes chirurgicaux ? Et les IDE prendre en charge le suivi de patients transplantés, atteints de cancer ou de pathologies neurodégénératives ? La réponse est probablement oui.

C’est en tout cas ce que préconise fortement le rapport Hénart, corédigé par le Pr Yvon Berland, président de l’université Aix-Marseille II et Danielle Cadet, coordonnatrice générale des soins à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, par la création de nouveaux métiers de la santé fondés sur des pratiques avancées : les professionnels paramédicaux praticiens de soins. Dans l’esprit des rapporteurs, « il ne s’agit pas d’ouvrir un nouveau cadre d’emploi, ni de légiférer, ni de recruter des personnes nouvelles, mais d’accélérer la promotion et la valorisation des paramédicaux et ainsi leur proposer de nouvelles perspectives professionnelles ».

En libéral aussi

Sans attendre, le rapport Hénart recommande « en fonction des besoins de santé identifiés par les territoires » la mise en œuvre par les agences régionales de santé, après validation par la Haute Autorité de santé, de programmes nationaux expérimentaux (PNE) dans le secteur libéral, ambulatoire et en établissement, conformément à l’article 51 de la loi HPST qui définit les protocoles de coopération entre professionnels de santé. Les PNE s’appuieront aussi sur les “coopérations Berland” qui avaient, il y a quelques années, expérimenté des délégations de tâches de médecins à des infirmières.

Vers un retour des formations paramédicales dans le giron de l’État ?

La mission Hénart préconise que la formation des paramédicaux soit « reprise dans les compétences de l’État pour pouvoir être le plus intégrée possible au système universitaire ». La formation de base des paramédicaux serait toujours de trois ans, mais les étudiants pourraient poursuivre un cursus de pratiques avancées jusqu’au doctorat.

Une concertation doit s’ouvrir prochainement avec les ordres professionnels du secteur sanitaire et les organisations professionnelles. Xavier Bertrand a d’ailleurs demandé aux trois rapporteurs de suivre la mise en œuvre de ce rapport qu’il juge « visionnaire ». Dommage qu’il ait fallu attendre une situation critique pour que de telles propositions soient formulées, alors que les infirmières réclament la reconnaissance et la valorisation de pratiques avancées depuis bon nombre d’années…