PRATIQUES SEXUELLES ET RISQUE DE CANCER | Espace Infirmier
 

Objectif Soins n° 194 du 01/03/2011

 

Revue de presse

Françoise Vlaemÿnck  

Les personnes pratiquant la fellation ou le cunnilingus « ont un risque de cancer oropharyngé 32 fois supérieur à celui du reste de la population ce qui est nettement supérieur au danger représenté par le tabac, qui a seulement triplé », d’après les travaux du Dr Maura Gillison, professeur de médecine à l’Université de l’Ohio. Cette communication a été présentée à l’assemblée annuelle de l’association américaine pour la promotion de la science (AAAS) les 19 et 20 février à Washington. Au total, les cancers de la cavité buccale et de la gorge ont progressé de 225 % de 1974 à 2007 « dont une grande partie chez des personnes ayant des rapports buccogénitaux ». Point commun de ces tumeurs cancéreuses : la présence de certains papillomavirus (HPV) et notamment la souche HPV-16, responsables des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes et principale cause du cancer du col de l’utérus. Cette première étude observationnelle devra cependant être confirmée par d’autres recherches statistiques.

20 minutes, dimanche 20 février 2011