(Publicité)
 

L'infirmière Magazine n° 320 du 01/04/2013

DOSSIER

L’ESSENTIEL

Premier cancer masculin, le cancer de la prostate est diagnostiqué en moyenne à l’âge de 70 ans, rarement avant 50 ans. Détecté à un stade encore localisé – 84 % des cas –, il n’a que peu d’incidence sur l’espérance de vie. Un dépistage ­systématique auprès de la population n’est toutefois pas à l’ordre du jour, son efficacité n’étant pas prouvée. Si le pronostic est souvent bon, les effets secondaires et complications engendrés par les ­traitements, notamment les troubles sexuels, restent fréquents et difficiles à vivre pour les patients. De nouvelles thérapies locales en cours de validation, permettant de mieux cibler les zones à détruire, offrent à cet égard des perspectives intéressantes. Pour l’heure, un accompagnement infirmier spécifique est essentiel dans la prise en charge du patient en pré et post-opératoire afin de préparer aux effets secondaires et d’évoquer les solutions face aux troubles de l’érection, si besoin.

1. ÉPIDÉMIOLOGIE

Par sa fréquence, le cancer de la prostate, une glande sexuelle accessoire impliquée dans la production d’une partie du sperme, pose un problème de santé publique majeur dans les pays occidentaux : il représente 390 000 cas/an et 90 000 décès en Europe. Il...


Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Notre service client est à votre disposition au numéro vert : 0800 94 98 92 (appel gratuit à partir d'un fixe).

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...