(Publicité)
 


08/01/2018

Obligation vaccinale : Agnès Buzyn réplique aux polémiques

Depuis le 1er janvier, onze vaccins sont obligatoires pour les nouveau-nés. Une réforme dont les effets se feront sentir progressivement... tant pour les parents que pour les professionnels de santé.

Mesure emblématique de l’action d’Agnès Buzyn depuis son arrivée avenue Duquesne, la vaccination obligatoire est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Lors d’une conférence de presse qui s'est tenue le 5 janvier, la ministre des Solidarités et de la Santé a souhaité détailler les contours de sa réforme-phare, préciser le calendrier, mais aussi déminer – une énième fois – les polémiques.

C’est un article du dernier Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) qui a permis de rendre obligatoires les vaccins contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'haemophilus influenzae B, l'hépatite B, le pneumocoque et le méningocoque C, en plus de ceux qui l’étaient déjà – la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. L’obligation nouvelle, elle, ne s’applique qu’aux enfants nés depuis le 1er janvier.

Mais comme les nouveau-nés ne reçoivent leur premier vaccin qu’à deux mois, ce n’est que le 1er mars que l’obligation entrera véritablement en vigueur. Ce sont ensuite « dix injections, pas plus », qui seront nécessaires jusqu’aux 18 mois de l’enfant pour satisfaire aux exigences de la nouvelle loi, a indiqué Agnès Buzyn, citée par l’agence APMnews. Un chiffre qui comprend les rappels. « Six rendez-vous suffisent » pour être immunisé contre les 11 maladies, a martelé la ministre, qui a promis que le nouveau calendrier vaccinal serait publié prochainement. « À compter du 1er juin 2018, les parents devront justifier que l'obligation vaccinale a été respectée », a-t-elle ajouté. Aucune sanction pénale ou amende n’est prévue pour les contrevenants, mais il faudra sortir le carnet de santé de son enfant pour pouvoir l’inscrire en crèche, par exemple.

Guerre sur le net

Si le ministère de la Santé affirme que 70 % des enfants sont déjà immunisés contre les 11 maladies concernées, les autorités ont décidé de tout miser sur la communication pour les 30 % restants. Et comme c’est Internet qui propage les rumeurs, Agnès Buzyn a choisi de combattre les anti-vaccinaux avec leurs propres armes. Un partenariat a même été noué avec des youtubeurs santé - dont l’ancien infirmier Julien Ménielle et sa chaîne Dans Ton Corps – afin qu’ils produisent des vidéos expliquant l’intérêt des vaccins au grand public. Mais la ministre le reconnaît elle-même : « Contre la théorie du complot, il n'existe aucun vaccin ».

Adrien Renaud

Les dernières réactions

  • 09/01/2018 à 16:54
    blaise
    alerter
    L'argument de la théorie du complot est un peu facile pour fustiger ses contradicteurs.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Abrégé d’auto apprentissage en anatomie et physiologie


Voici l'indispensable ouvrage d'exercices pour maîtriser toute l'anatomie et la physiologie !

Un véritable guide de découverte et d'apprentissage de l'anatomie à destination des étudiants en Ifsi.

Le livre propose 6 rubriques pour réviser l’essentiel :
- Une représentation schématique du corps humain
- Des objectifs éducationnels
- Une série d’affirmations de type vrai/faux et des schémas à légender
- Un score chiffré
- Des schémas en couleurs
- Des tableaux synthétiques

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...