(Publicité)
 


Annie Le Houerou

29/05/2015

"L'ONI n'est pas à la hauteur de ses missions"

Dans une interview exclusive accordée à L’Infirmière magazine, la députée apparentée socialiste Annie Le Houérou, auteure de l’amendement de suppression de l’ordre national des infirmiers dans le cadre du projet de loi de santé, développe ses arguments.

C’est à la suite d’un travail interne au groupe socialiste que les députés du parti ont estimé que l’Ordre, « dont les débuts ont été chaotiques », faisait face à des dérives majeures et avait des difficultés à trouver sa place. « Nous avons estimé que l’Ordre n’était pas à la hauteur [des missions qui lui sont confiées] », soutient la députée des Côtes-d’Armor. D’autant plus que selon elle, ses missions sont déjà remplies ou peuvent l’être, par d’autres organismes tel le Haut Conseil des professions paramédicales. Autre point en défaveur de l’Ordre : « Il ne parvient pas à rassembler la profession infirmière », engendrant de réels problèmes juridiques. Estimant qu’une adhésion facultative « n’avait pas de sens », c’est la suppression définitive qui a été demandée.

L'Interview, menée par Laure Martin, est à lire dans L'Infirmière magazine n°361, daté de juin 2015.

Les dernières réactions

  • 29/05/2015 à 19:27
    Boubi
    alerter
    comme disait la pub :"mais ça, c'était avant...! " L'ONI vivra et sortira bien plus fort de cette mésaventure...
  • 29/05/2015 à 20:21
    blaise
    alerter
    L'ordre a été supprimé et il y en a encore une poignée qui croit à sa résurrection : il est temps que ceux là commencent leur travail de deuil.
    En attendant, quel bonheur pour la majorité de la profession !
  • 29/05/2015 à 23:26
    Motarde de DIJON
    alerter
    "L'ONI n'est pas à la hauteur de ses missions" (dixit Annie Le HOUEROU).

    Vite, une échelle pour prendre de l'altitude!
  • 29/05/2015 à 23:37
    lison
    alerter
    C'est qui Annie Le Houerou ?
  • 30/05/2015 à 04:42
    blaise
    alerter
    C'est quoi l'oni ?
  • 30/05/2015 à 06:47
    Fanny
    alerter
    Il faudra bien que les partisans de cet ordre honni se fassent à la décision du législateur qui a réparé cette faute en créant la loi du 21 décembre 2006. Pour mémoire, cette initiative malheureuse de noël 2006 a pour origine une voie parlementaire.
  • 30/05/2015 à 13:28
    Lisette
    alerter
    Un bon test à lui faire : quelles sont les missions de l'ordre ? A mon avis elle sera bien incapable de répondre. C'est l'approximation habituelle des politiques qui sont dans des postures qui dissimulent mal leur incompétence. Mais comme les citoyens font semblant de croire qu'ils sont compétents le système perdure comme ça jusqu'au jour du grand chambardement !
  • 30/05/2015 à 15:20
    blaise
    alerter
    Ce n'est pas très gentil de dire que les politiques sont des incompétents.
    On pourrait presque en dire autant des forces vives ordinales, pardon, des non regrettées forces vives ordinales...
  • 30/05/2015 à 17:32
    Mikl
    alerter
    Croire que hccp puisse prendre les missions de l'ordre est une aberration
    D autant plus que hccp ne sont que des représentants syndicaux donc politisée
    Donc 4% de syndiqués parlerait au nom d une profession
    L'ordre aujourd'hui hui fait mieux il sont 20% d infirmiers et 27 associations
    L'ordre est asyndical et apolitique mme le houerou
  • 30/05/2015 à 18:29
    Pierre
    alerter
    @ Blaise, motarde, Fanny and co : il me semble pertinent de préciser que l'Ordre n'est pas supprimé puisque la loi n'a pas été officiellement promulguée.

    Qui souhaitez-vous convaincre en proclamant des pseudo vérités tout en employant des méthodes bien...syndicales ?

    Attendez bien sagement le mois de septembre avant de crier victoire car vous risquez d'être très déçus...
  • 30/05/2015 à 18:35
    blaise
    alerter
    Ils vont encore continuer longtemps leurs pleurnicheries les déçus de l'ordre. Ils ont perdu leurs petits privilèges et ils n'admettent pas que les Députés légifèrent selon la volonté de la majorité.
    Cet ordre est aujourd'hui supprimé, son ex-président has-been va pouvoir s'occuper de son potager, et la profession est désormais débarrassé de ce boulet qu'elle n'avait jamais demandé.
    Politiquement, l'ordre était orienté à droite (qui donc l'a créé ?) et s'il n'avait pas de couleur syndicale (à part le SNPI et le SNIIL), c'est bien parce que tous les syndicats, qui défendent les professionnels, sont contre.
  • 30/05/2015 à 18:43
    blaise
    alerter
    L'ordre est laminé, inaudible et dont le destin est suspendu à la décision des sénateurs qui, de toutes façons n'ont jamais le dernier mot.
    La vérité est qu'il ne sert à rien et que tout le monde s'en est rendu compte ; seulement il y a encore de l'argent qui traine sous forme de dettes, et le véritable président de ce qui reste de l'ordre, à savoir le directeur de la banque, fait le forcing pour réclamer ce qui est dû et peut-être plus si possible...
  • 30/05/2015 à 20:39
    Pierre
    alerter
    Vous divaguez Blaise. Je pense que vous n'avez pas pris connaissance du courrier émanant de l'intersyndicale et des principales fédérations professionnelles de la profession (ibodes, iades, puer, libéraux, formateurs, étudiants etc.) plus mobilisées que jamais et s'insurgeant contre cette décision.

    RDV en septembre Blaise...
  • 31/05/2015 à 04:58
    blaise
    alerter
    C'est toujours surprenant de se voir qualifier ainsi.

    Ce qui est certain, c'est que l'Assemblée nationale a supprimé l'ordre infirmier, et qu'il est donc inutile de s'y inscrire et d'y cotiser.
    Les fédérations et autres amicales professionnelles citées ne sont que les reliquats du groupe Sainte-Anne, à l'origine de la création de l'ordre, et non-représentatif de la profession.

    Et quand on parle de représentation, il faut se rappeler que les élections départementales du printemps 2014 ont été un tel fiasco, que la moitié des conseils départementaux étaient dans l'impossibilité de fonctionner ; cela a entrainé un tour de passe-passe, appelé élections inter-départementales, auxquelles 2,5 % des infirmiers exerçant en France ont participé.

    Alors, que les défenseurs d'une profession libre se rassurent, les derniers éclats des aficionados ordinaux ne sont que des gémissements et des plaintes bien futiles, destinées à donner un semblant d'espoir à l'oligarchie ordinale qui, dans son immense incompétence, a tout raté depuis plus de 8 ans, et voudrait nous faire croire qu'elle aurait encore un intérêt à exister.

  • 31/05/2015 à 06:23
    blaise
    alerter
    Et heureusement que je n'ai pas eu la mauvaise idée de vouloir m’acoquiner avec l'organisation ordinale : en effet, considéré comme un individu qui divague, nul doute que je ne rentrais pas dans les critères de moralité définis par ces perspicaces messieurs-dames, il m'aurait alors fallu me reconvertir dans des activités plus en adéquation avec mon esprit inadapté : ouf !!
  • 31/05/2015 à 11:05
    Fanny
    alerter
    Ordre infirmier bientôt abrogé : qui va payer les millions de dettes à la BPCE ?‏
  • 31/05/2015 à 12:06
    blaise
    alerter
    Les ordinaux avec les chefs et chefaillons en priorité !
  • 31/05/2015 à 14:41
    Fanny
    alerter
    Ordre infirmier : 10 années de soins palliatifs en 10 dates !‏

    21 décembre 2006 : publiée le 27 décembre 2006 au JO, la loi instaurant un ordre infirmier est votée en dépit du bon sens et sur la base d’un gros mensonge diffusé par les pros ordre qui affirmaient que 92% de la profession était pour sa création. Les députés de la majorité Chiraquienne ne tiennent pas compte de la volonté des infirmières.

    24 avril 2008 : les premières élections ordinales donnent lieu à 13,83% de participation, l’ordre infirmier commence très vite sa descente aux enfers. Il n’est déjà pas possible de voter NON. Une subvention publique de 1,5 millions d’euros est attribuée pour cette consultation. Les dirigeants ordinaux invoquent un sabotage syndical généralisé et la mauvaise gestion du répertoire ADELI pour expliquer ce premier désaveu cinglant.

    27 juillet 2008 : les élections ordinales régionales installent – de fait – les chambres régionales disciplinaires. Ces instances vont faire des dégâts très importants dans la profession libérale où plus de 9 dossiers sur 10 qui sont transmis à RESILIENCE ont pour objet des litiges financiers. Du jour au lendemain, des apprentis sorciers du droit rendent la justice comme des tordus avec des pouvoirs quasiment de vie et de mort sur les activités professionnelles les infirmiers inscrits à l’ordre.

    25 novembre 2008 : les conseillers nationaux sont élus. La grosse farce ordinale peut commencer. Le 14 janvier 2009, Dominique Le Boeuf est élue « triomphalement » présidente de l’ordre infirmier avec plus de 80% des suffrages de … 50 votants. La Bred/BPCE octroie une ligne de crédit égale à la moitié du budget annuel prévu soit 19 millions d’euros.

    23 mars 2010 : madame Le Bœuf et monsieur Borniche sont convoqués par les députés de la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale, le compte rendu publié sur le site parlementaire est affligeant. Le 01 juin 2010, je rencontre à ma demande, madame Le Boeuf contre l’avis des autres conseillers ordinaux, en présence de madame Lanlo conseillère communication. Entretien très instructif qui aura lieu sereinement sur une terrasse parisienne proche du ministère de la Santé. Je titrerai le compte rendu de cette discussion à bâtons rompus de 2 heures « décalage ». Madame Le Boeuf me confirme (et, elle, tiendra parole) que sous sa présidence, aucune infirmière ne sera traînée devant les tribunaux à la demande de l’ordre. Le code débile de déontologie est sagement enfoui dans les douves du ministère de la Santé, son contenu minable de par sa médiocre qualité rédactionnelle et la pauvreté de sa réflexion fait honte à l’ensemble de la profession infirmière.

    Juillet 2011 : le 08, la présidente Le Boeuf démissionne. L’ordre infirmier est en faillite. Des dizaines de millions ont été, encaissés, empruntés et dépensés en pures pertes. Le 28 juillet 2011, le vice-président Vasseur qui assurait l’intérim tient 3 semaines et démissionne (la vice-présidente Coves en fait de même) lui aussi tout en envoyant en pleine nuit un fax à l’Elysée pour demander l’intervention du président Sarkozy et éviter la cessation de paiement actée dans l’après-midi (avec une lettre à la banque présidée par monsieur Pérol).

    29 juillet 2011 : le 3° vice-président Borniche envoie un mail à 16h22 aux conseillers nationaux, courriel dans lequel il indique « avoir réfléchi longuement et avoir décidé de ne pas abandonner le navire même si l’étape ultime semble être proche. Il déclare assurer l’intérim de la présidence». Monsieur Borniche attribue la gestion de la communication ordinale au directeur juridique de l’ordre. A notre connaissance, aucun vote des conseillers nationaux n’a validé cette auto proclamation de fait. Le président Borniche prolongera donc son mandat jusqu’en novembre 2013.

    22 novembre 2011 : le conseil national et les chambres disciplinaires sont prolongés par Décret du Premier ministre Fillon. Le 25 novembre 2011, le tribunal de Commerce de Paris valide le plan de redressement signé avec la banque BPCE. Début 2012, monsieur Borniche envoie sa première convocation à RESILIENCE devant les tribunaux pour injures, à Paris. La deuxième arrive en juillet 2012 pour diffamation, à Marseille. La troisième début 2014 à Paris pour essayer de faire dissoudre le syndicat RESILIENCE sans aucun succès, le TGI de Paris écartant cette éventualité de la procédure.

    Avril et octobre 2014 : l’ordre infirmier organise, avec plus de 3 années de retard, le renouvellement du conseil départemental. En avril, moins de 20% de votants des inscrits au tableau ordinal renvoient leur choix. Certains départements se retrouvent avec zéro ou un élu ! En octobre (20% de votants), l’ordre est contraint de revoir sa copie et d’organiser « un second premier » tour qui verra par la même un opportun « regroupement interdépartemental » afin de pallier au manque flagrant de candidats du premier tour et de faire le plein des sièges (fortement revu à la baisse) à pourvoir.

    09/10 avril 2015 et suite : dans la nuit du 09 au 10 avril, les députés – sur proposition de madame Annie Le Houerou - en séance et scrutin publics, votent - par 19 voix pour et 10 contre - l’amendement n° 517 visant à supprimer l’ordre infirmier, contre l’avis de madame Touraine ! Une véritable guerre de tranchées commence entre les pros et les contres ordre infirmier. Le secrétaire général de l’ordre – Karim Mameri - insulte les députés de « pieds nickelés », Thierry Amouroux (président de l’ordre 75 et syndicaliste vrp multicarte) rassemble sa dizaine de coquilles vides et lance un appel de la profession « devant l’effroyable vote des parlementaires », le CII écrit aux sénateurs et se mêle de ce qui ne le concerne pas, le Québec y va de son indignation, le Sidiief itou. La CFDT fait honteusement appel aux jardiniers pour gonfler les envois de courriels aux élus nationaux avec le transfert de la Loi Santé au Sénat, via la navette parlementaire. Sur les réseaux sociaux infirmiers, une quasi explosion de joie se répand à la suite de cette nouvelle qui va permettre de cesser cet exercice infirmier illégal permanent concernant plus de 450000 non-inscrits sur les 638248 recensés début 2015 par la DREES.

    L’ordre infirmier, énorme gâchis humain et financier, aura surtout servi à diviser une profession qui souffre des conditions qui lui sont faites de l’exercice infirmier libéral ou salarié. La suppression de cet ordre honni sera un moindre mal.
  • 31/05/2015 à 18:58
    Pierre
    alerter
    Bravo Fanny pour cette brillante séquence rétrospective ! ...mais que de temps perdu par un si beau dimanche à s'accrocher à une victoire qui...s'éloigne de jour en jour.
  • 01/06/2015 à 04:16
    blaise
    alerter
    Après une sérieuse enquête au cours de laquelle toutes les parties ont été auditionnées, les Députés ont décidé de supprimer l'ordre infirmier qui, non seulement était désavoué par la profession, mais qui aussi n'a pas été à la hauteur de ses missions.
    Aujourd'hui, les derniers défenseurs de cette gabegie se raccrochent à leur bout de gras pour des raisons qui leur sont propres, et se réfugient dans un déni total de la réalité : la situation ordinale est désespérée, et ils prédisent déjà leur victoire. On mesure toute la naïveté et la mauvaise foi de celles et ceux qui avaient la prétention d'évaluer la moralité des professionnels et de les juger dans leurs chambres mortifères.
    Il était indispensable d'en finir avec cet ordre et cet amendement est la réponse adaptée à une situation qui n'aurait jamais du être.
  • 01/06/2015 à 05:24
    Fanny
    alerter
    @ Pierre :

    1 - Je ne suis pas l'auteure. J'ai juste copié/collé.
    2 - La réponse que j'ai reçu du président Gérard Larcher ne me permet pas d'aller dans votre sens. Loin s'en faut.
    3 - L'Assemblée Nationale aura le dernier mot (et la messe est dite).
    4 - Cette séquence est la réalité des faits.
  • 01/06/2015 à 14:36
    Pierre
    alerter
    Je vous laisse à vos convictions Fanny...
  • 02/06/2015 à 04:56
    Fanny
    alerter
    Et moi aux vôtres !
  • 02/06/2015 à 06:30
    blaise
    alerter
    Quoiqu'il en soit, et devant l'état de mort apparente de l'ordre infirmier, il est fortement recommandé aux futurs diplômés de ne pas se laisser impressionner par les appels ordinaux à s'inscrire et à cotiser : qu'ils gardent leur liberté et leur argent !
  • 03/06/2015 à 05:56
    Fanny
    alerter
    Effectivement il faut faire passer ce message Blaise :)
  • 03/06/2015 à 18:01
    patbianco
    alerter
    Quand va t on supprimer l ordre des deputés ?
    Autre chose , d ici 20-30 plus d ordre, plus d infirmiere aux grandes bouches : que des robots humanoides qui ne passeront pas leur temps à croire à leur pseudo syndicat
  • 03/06/2015 à 18:26
    Marc L...
    alerter
    Oui, l'Ordre est à construire et ne se bâtira pas du jour au lendemain. Qu'il n'existe plus d'ordre parachèvera le bonheur de nos employeurs qui ont consciencieusement taillé en brèche les quelques acquis d'une profession qui, de leur point de vue, n'en n'est pas une puisqu'elle est une vocation qu'ils consentent à défrayer. Quand au front syndical...Quand on voit ce qui a été signé et le prix qu'il en coûte à toutes et à tous au quotidien et au long cours, il n'y a pas vraiment de quoi pavoiser. L'Ordre est peut-être aussi l'occasion de sortir de notre état de masse salariale taillable et corvéable à merci. Détruire est la portée de n'importe quel(le) imbécile. Reconstruire est un travail harassant et de longue haleine. Nous ne récolterons de nos combats que ce que nous y aurons apporté. Tous nos employeurs sont syndiqués et épaulés par des services juridiques. Et nous, au premier assaut, on geint. Laisser sans combat dissoudre l'Ordre, c'est récolter ce que nous méritons. L'Ordre est une arme de plus dans un arsenal qu'il nous faut étoffer. La dignité n'a pas de prix et je continuerai à payer mes cotisations au syndicat et à l'Ordre aussi longtemps qu'ils existeront et aussi longtemps que je serai en activité.
  • 03/06/2015 à 18:35
    blaise
    alerter
    Si un ordre avait représenté une force menaçante pour le pouvoir, la loi du 21 décembre 2006 n'aurait jamais vu le jour.
    Les infirmiers ont bien compris que l'arme décrite était retournée contre eux au profit d'une oligarchie à la botte des politiques en place. La profession ainsi muselée aurait été serviable et bien docile.
    Heureusement il n'en sera pas ainsi.
  • 03/06/2015 à 18:37
    colostrhom
    alerter
    Comme d'hab! en France on a voulu pêter plus haut que le t......!!!

    et Boum !!!!

    Quelqu'un nous l'a bouché!

    ......condoléances à "Machin" comme disait De Gaulle !!!
    au fait à quoi est censé servir l'ONI ?
  • 03/06/2015 à 19:50
    phako
    alerter
    A quoi elle sert cette députée, je voudrais bien un rapport pour savoir si mes impôts de petite infirmière sont utiles,je veux le rapport détaillé des soi disant insuffisance de l'ONI,qui en est à ses débuts,au Québec ,où notre profession est bien en avance et mieux soutenue ,et mieux reconnue et mieux respectée par leurs élus qu'en France,l'OIIQ existe depuis 1945., Elle veut faire disparaitre les IDE surement ,coutent trop cher raisonnent,font de l'ombre à la ministre de la San ahaha çà n'existe plus la santé,...elle fera disparaitre plus vite les êtres humains malades,et elle pourra vivre,on continuera à donner de l'argent à des individus qui préfèrent donner aux banques..sait elle qu'il y a des ententes entre ordre infirmiers avec le québec,pas de carte ONI pas possible d'échanger et de travailler chez nos cousins...qui elle est pour supprimer...ben dommage on n'est plus des bonnes soeurs,même les bonnes soeurs ne veulent plus travailler pour rien...on a plus que besoin d'un odre..DSL les frenchies ,les patients dans les hopitaux périphériques...l'ARS a fermé du jour au lendemain dans une région du bout du monde de la Normandie 30lits de cardio dont 4lits de REA ,j'ai mon permis travailByeBye je vous laisse avec sourire ultra bright,et soeur sourire,mais je suis IDE clinicienne et pas super aide soignante dont j'ai le plus grand respect..et je vais pouvoir travailler en collaboration avec les médecins et parfaire un statut d'IDE diagnosticienne...vraiment inutile cette député..ferait mieux d'améliorer les soins en Bretagne dans les coins isolés et de penser aux malades..C'est peut être une diversion pour couvrir ses insuffisances et le fait que le gouvernement est incapable de prendre soins de son peuple...
  • 03/06/2015 à 20:48
    Chiffon
    alerter
    Je suis étonnée de mes confrères et consœurs français.Pourquoi la profession infirmier&ière ne peut-elle pas avoir d'ordre?Cela vous convient que la corporation des médecins vous considère si peu à votre valeur et vos compétences?Tous ne nous considèrent pas comme une profession complémentaire.La France a peu de reconnaissance pour ses infirmiers.Rappelez-vous en 1983,1986
    et toutes les"grèves" pour la défense des assurés sociaux...vous avez parfois la mémoire courte.La profession infirmière libérale n'a pas été" augmentée pendant 13 ans.Les médecins bougent plus que nous.
  • 03/06/2015 à 21:16
    Pierre
    alerter
    @ Fanny et Blaise : vous rendez-vous compte de ce que vous dites ? En faisant, je cite "passer le message" aux étudiants futurs diplômés qu'il est inutile de s'inscrire, non seulement vous leur faites passer le message selon lequel il est inutile de respecter la loi, mais en plus, vous les mettez en situation délicate car que ce passera t-il en cas d'erreur ? Certes l'établissement est tenu de les assurer et de les défendre mais je peux vous garantir que les assurances ne verrons pas d'un très bon œil un IDE non inscrit au tableau de l'Ordre.

    Quoi qu'il en soit, je pense que les jeunes sont assez grands pour se forger leur propre opinion de l'intérêt pour la profession, de posséder une instance ordinale et surtout de la préserver. Les débats sur les réseaux sociaux et autres pages de soutien créées à leur initiative en attestent. Beaucoup sont venus me voir pour en discuter car ce qu'ils entendent en service par certains IDE de votre acabit pourrait prêter à sourire (si le sujet n'était pas aussi sérieux) tant le ridicule, l'ignorance et la désinformation sont légion. En leur racontant n'importe quoi, vous les utilisez et vous les instrumentalisez, au risque de les mettre en difficulté par la suite !!!! Quel beau message de professionnalisme et de respect...

    D'autre part, jusqu'à preuve du contraire l'ONI n'est pas supprimé, ne vous en déplaise. Ainsi, à ce jour, la loi s'applique à tous, jusqu'à ce que nous en sachions davantage à l'issue du vote solennel à l'Assemblée en fin d'année.
  • 03/06/2015 à 21:28
    blaise
    alerter
    C'est vraiment une manie de vouloir que tous les infirmiers français rentrent dans un ordre ; mettez-vous bien dans la tête qu'on n'a rien demandé, que cet ordre est le résultat d'un fort lobbying d'une minorité, et qu'à part gaspiller l'argent des autres (qu'ils ont cru obtenir) et ridiculiser la profession, cette organisation est plus que jamais rejetée.
    Les actions de l'oni ont été décortiquées par une commission parlementaire, les partisans et adversaires ont été écoutés et le résultat est sans appel : l'ordre est un échec total, il n'a servi à rien, la meilleure solution est donc de le supprimer.
    Ceux qui aiment l'ordre n'ont plus qu'à aller au Québec, ils seront servis, et nous, nous serons débarrassés.
  • 03/06/2015 à 21:36
    blaise
    alerter
    Comment faire confiance à une organisation qui bidouille ses élections pour cacher le fiasco qu'elles ont engendré.
    Par ailleurs les assurances continueront à couvrir les IDE non ordinnés, dire le contraire est un mensonge.
    De dire que les personnes de notre acabit sont des ignorants du sujet, c'est faire preuve d'une prétention et d'une suffisance tout à fait ordinales : nous maitrisons parfaitement les tenants et aboutissants concernant votre structure et sommes en possession de documents souvent très intéressants.
    L'ordre a bel et bien été supprimé par l'Assemblée Nationale, de dire le contraire pourrait laisser croire qu'il faille encore s'y inscrire et y cotiser, ce qui est finalement complètement inutile.
    Votre ordre est un machin anti-démocratique, punitif, sans intérêt et qui a échoué de la faute de ses responsables incompétents.
    Circulez, il n'y a plus rien à voir !
  • 03/06/2015 à 23:46
    Motarde de DIJON
    alerter
    Des crétins physiologiques on en trouve partout et Monsieur Pierre peut se compter parmi eux.

    Que dit notre cher confrère ?

    En substance, Monsieur Pierre dit à peu près ceci : si une infirmière n’est pas inscrite à l’Ordre, les assureurs se dégageront en cas de faute… Il précise : ‘’je peux vous le garantir’’

    De quoi donner le frisson, ça fait peur… !!!

    Monsieur Pierre ignore que la RESPONSABILITE CIVILE incombe à l’employeur (public ou privé) en cas de faute commise par l’un ou l’autre de ses employés.

    Quelles sont les conséquences de la RESPONSABILITE CIVILE ? C’est la réparation pécunière d’un dommage causé à autrui. Autrement dit, en cas d’erreur commise par une infirmière, c’est l’employeur (ou son assureur) qui dédommage la ou les victimes.

    Il en est autrement avec la RESPONSABILITE PENALE qui est PERSONNELLE…

    Ce qui signifie qu’une infirmière qui commettrait un vol au détriment d’une patiente ou d’un patient serait PERSONNELLEMENT comptable de ce délit devant une juridiction pénale. Dans ce cas d’espèce, l’employeur et son assureur seraient dégagés de toute responsabilité.

    Monsieur Pierre confond RC et RP.

    Notre cher confrère est un bon prêcheur. Il dit la messe ordinale. Mais c’est un piètre juriste…
  • 04/06/2015 à 04:55
    blaise
    alerter
    Rappelons que l'ordre est une organisation dont les dirigeants sont capables de demander à la justice la dissolution d'un syndicat, au motif qu'il s'oppose à eux.

    Rappelons que l'ordre est une organisation dont les dirigeants font croire à la population, via des hebdomadaires écrits nationaux, qu'elle serait en insécurité en l'absence de cette structure, ce qui revient à dire qu'un infirmier, aussi diplômé et expérimenté soit-il, serait incompétent et dangereux s'il n'était pas inscrit.

    Les étudiants qui seront très prochainement diplômés ont bien compris que l'ordre n'a pas été supprimé par les Députés par hasard, et ne vont pas aller cautionner par leur présence et leur argent un mouvement qui ira à l'encontre de leurs intérêts.
  • 04/06/2015 à 07:51
    Pierre
    alerter
    Encore une fois, vos commentaires sont basés sur une interprétation des propos des autres... à votre avantage of course !
  • 04/06/2015 à 09:06
    martine
    alerter
    Enfin une bonne nouvelle dans l'actualité 2015 !!!
  • 04/06/2015 à 10:29
    Jeanphi
    alerter
    Il est juste dommage que les infirmières et infirmiers ne soient pas capable de faire le choix de défendre eux-même leur profession.
    L'ONI était une occasion accordée du bout des lèvres aux infirmiers de prendre leur destinée en charge. Je dis vraiment du bout des lèvres, car le législateur à donné de la main droite mais de la main gauche a bien savonné la planche de la première équipe et est en grande partie responsable de son échec.
    Maintenant personnellement et en tant que responsable syndical (d'une organisation qui réclame la suppression de l'ONI d'ailleurs) je sai et vois tout les jour dans mon travail militant que nous ne faisons pas les même choses et que plus que concurents nous devrions être complémentaires pour le plus grand bien de tous.
    Au final si l'ONI meurt, rien ne changera sous le soleil, les infirmières et infirmiers resteront sous la tutelles des autres, médecin directeurs, .......
    C'est bien dommage de ne pas vouloir grandir.
  • 04/06/2015 à 15:11
    Motarde de DIJON
    alerter
    A Jeanphi

    Tout d’abord la première équipe responsable de l’échec, comme vous dites, était composée à l’origine de D. LEBOEUF, Présidente de l’ONI, de D. BORNICHE, Vice-Président, de Karim MAMERI, Secrétaire Général. Est-il besoin de le rappeler ?

    Reste après la sédition ou le putsch fomenté à l’encontre de Madame Dominique LEBOEUF, Monsieur D.BORNICHE devenu Calife à la place du Calife comme il le souhaitait. Et K. MAMERI est son valet.

    Tout cela n’est qu’une confrontation d’ego…

    Les luttes intestines au sein de l’ONI pour accaparer le pouvoir ne servent certainement pas les intérêts des infirmières.

    Les infirmières n’en ont rien à faire de savoir qui est le chef de cette congrégation oniesque.

    Venons en maintenant à la tutelle des médecins que vous évoquez. C’est un discours que le pro-ordistes (ou pro-ordinaux) ressassent à l’envi…

    En clair, vous prétendez que la disparition de l’ONI reviendrait à soumettre les infirmières au pouvoir des médecins. C’est une chimère !

    Non, médecins et infirmiers sont deux professions distinctes et tout aussi honorables l’une que l’autre. Elles sont complémentaires. L’une ne peut rien sans l’autre.

    Il ne s’agit pas de mettre en opposition médecins et infirmiers.

    Une collaboration harmonieuse serait bénéfique aux uns comme aux autres.

    Et puis les infirmiers râleurs n’ont qu’à se présenter aux élections législatives s’ils veulent faire évoluer la loi. Combien de médecins députés ? Combien d’infirmières députées (dépitées) ?

    Mes salutations à D. BORNICHE à qui j’ai serré la main. Depuis, j’ai recouvré la vue.
  • 04/06/2015 à 16:26
    blaise
    alerter
    Impossible de nier que Monsieur Borniche a demandé à la justice, via une citation directe, de dissoudre le syndicat Résilience qui, visiblement, lui met des bâtons dans les roues. On constate que le résultat a été l'inverse de celui escompté, à savoir que c'est le mouvement de M. Borniche qui a été dissous, mais par les représentants du peuple : l'arroseur arrosé, voire noyé !

    Impossible de nier que Monsieur Borniche, devant les résultats des élections départementales du printemps 2014 qui ont laissé plus de la moitié des départements sans représentation ordinale, a été obligé d'inventer des élections interdépartementales, non prévues (et coûteuses ?) en prétextant sans complexe une anticipation sur loi régionale. On constate que les résultats ont été pire que les précédentes en terme de participation...

    Impossible de nier que Monsieur Borniche a inversé le processus électoral normal en commençant celui-ci par la fin (les élections nationales) à l'automne 2013 ce qui lui a valu de conserver aisément son trône.

    On se demande encore comment les défenseurs de l'ordre peuvent encore croire à la survie de leur structure alors qu'un boulevard est devant elle pour disparaitre...

    In memoriam...

  • 05/06/2015 à 15:19
    idel78
    alerter
    J'aimerais bien savoir quelle est la profession de cette Mme LE HOUEROU??? Ne serait-elle pas médecin par hasard???... Et dites-moi : Combien de médecins à l'Assemblée Nationale??? Et combien d'infirmières dans l'hémicycle???... Rappelons que l'Ordre Infirmier ne nous a pas été imposé... Nous avons obtenu sa création à l'arrachée face à un monde politique loin d'y être favorable, et ce, grâce au travail militant et tenace de nos organisations professionnelles représentatives... L'Ordre vivra!!! Vive l'Ordre Infirmier!!! Ceux qui s'y oppose mènent un combat passéiste... Autant se tirer une balle dans le pied!!! Très peu pour moi, merci... Je préfère regarder vers un avenir où nos compétences et notre expertise seront définitivement prises en compte dans les politiques publiques...
  • 05/06/2015 à 17:33
    Pierre
    alerter
    Entièrement de votre avis idel78... cependant, je ne pense qu'il soit encore nécessaire de perdre notre temps face à nos trois irréductibles convaincus à la science infuse (Blaise, Fanny et Motarde pour ne pas les citer...) qui, en plus de traiter ceux qui ne pensent pas comme eux de "crétins", s'auto-proclament portes-paroles des 4/5èmes d'IDE non inscrits.

    Vivement le mois d'octobre... et vive l'ONI !
  • 05/06/2015 à 17:39
    Danièlle
    alerter
    Pour ma part, je reste également persuadée que notre instance survivra à cette turbulence et qu'il en sortira grandi. J'étais relativement dubitative au départ mais certains dossiers chauds de ces derniers mois ont évolué très favorablement grâce au CNOI, ce qui me laisse à penser que ses missions commencent à porter leurs fruits. Chez nous aussi, je trouve que les étudiants sont plutôt mobilisés pour le défendre et je trouve cela intéressant pour l'avenir.
  • 06/06/2015 à 04:05
    Fanny
    alerter
    @ idel 78, Rien que çà : "Rappelons que l'Ordre Infirmier ne nous a pas été imposé... " montre à quel point vous êtes à côté de la plaque.
    @Pierre : des crétins y en a partout mais plus plus à l'Ordre Infirmier car pour communiquer (et ridiculiser la profession) sur le laser et les poils pubiens ou encore sur la nécessité de cette asepsie pour les injections intra rectales ...
    @Danielle : votre ordre et les étudiants qui se moque de cette entité comme de leur première piqûre, bref.
    Vivement octobre, effectivement qu'on puisse enfin passer à autre chose.
  • 06/06/2015 à 18:32
    blaise
    alerter
    L'ordre en sortirait grandi ?
    Et les étudiants mobilisés pour ?
    Rappelons tout de même, qu'à part Madame Le Bœuf, débarquée à l'été 2011, nous avons toute l'oligarchie du début encore en place.
    Cette oligarchie qui a tant fait souffrir la profession et qui l'a tant ridiculisée aurait donc encore des inconditionnels ? Auraient-ils donc personnellement à perdre ?
    Les Députés qui ont créé cette instance au mépris des intéressés, ont finalement décidé de la supprimer : la boucle est bouclée, ainsi soit-il !
  • 07/06/2015 à 03:49
    blaise
    alerter
    Je doute fort que les étudiants s'identifient au président de cet ordre autoritaire, répressif, et tourné vers le passé.
    Il est du devoir des professionnels, lucides et progressistes, d'appeler à l'insoumission et au rejet de cette organisation qui a été imposée à la profession au profit d'une caste de privilégiés.
    Il est essentiel de contribuer à la disparition définitive de l'ordre (comme l'a compris l'Assemblée Nationale) en n'adhérant pas et en ne cotisant pas à cette structure.
  • 07/06/2015 à 11:50
    Pierre
    alerter
    En plus de vous répéter sans cesse, vous êtes totalement dépassé cher Monsieur Blaise (vous n'êtes cependant pas le seul, rassurez-vous). "Les députés ont décidé de le supprimer", "comme l'a compris l'Assemblée Nationale" etc. A vous entendre, un non initié, un IDE ou un étudiant qui ne suit pas cette actualité pourrait s'imaginer un palais Bourbon bondé, 577 députés acharnés, mobilisés d'une seule voix et prêts à en découdre pour que l'ONI disparaisse.

    Mais qui espérez-vous convaincre ? La réalité "historique" des événements tels qu'ils se sont sont déroulés ce soir d'avril est bien loin de votre interprétation non ? ...à moins que ce ne soit moi, le "crétin", qui fabule...

    Voilà une fois encore un bel exemple de la magnifique stratégie de propagande dont vous vous gargarisez depuis des années et ce, à grands renforts de désinformation, de réalité masquée ou détournée à votre seul avantage !

    Je pense que vous êtes le seul à être persuadé que "la boucle est bouclée". Ah non, c'est vrai que j'allais oublier les deux autres mousquetaires du Forum... Quant aux déclarations du Président Larcher faites à Fanny, souvenez-vous qu'il a déclaré l'exact inverse quelques semaines auparavant à travers le communiqué transmis à l'ONI et qu'il s'agit, ne l'oublions pas, d'un homme girouette euh non pardon, que dis-je...POLITIQUE !

    Sur ce, bon dimanche à vous !
  • 07/06/2015 à 12:43
    blaise
    alerter
    Le Président Larcher m'a aussi écrit, et rien ne dit qu'il est en faveur de l'ordre.
    Par ailleurs, rappelez-nous combien de Députés ont voté la loi du 21 décembre 2006 au mépris de toute une profession ? Certainement pas L'Assemblée Nationale au grand complet.
    A force de vous attaquer aux personnes, @ Pierre, vous en oubliez que cet ordre, que vous soutenez si fort pour des raisons connues de vous seul, a bel et bien été supprimé par amendement en avril dernier : les infirmiers n'ont donc plus à s'y soumettre à votre grand désespoir.
    La suite sera dans la logique des choses, à savoir l'arrêt définitif des nuisances de cet ordre qui aura fait tant de mal aux professionnels.
    Mais vous pouvez toujours y croire, il n'y a que la foi qui sauve...

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Abrégé d’auto apprentissage en anatomie et physiologie


Voici l'indispensable ouvrage d'exercices pour maîtriser toute l'anatomie et la physiologie !

Un véritable guide de découverte et d'apprentissage de l'anatomie à destination des étudiants en Ifsi.

Le livre propose 6 rubriques pour réviser l’essentiel :
- Une représentation schématique du corps humain
- Des objectifs éducationnels
- Une série d’affirmations de type vrai/faux et des schémas à légender
- Un score chiffré
- Des schémas en couleurs
- Des tableaux synthétiques

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...