(Publicité)
 

Objectif Soins n° 260 du 01/12/2017

Éthique

Gilles Devers*   Marc Grassin**  

Une infirmière peut-elle refuser de pratiquer certains actes de soins ? Jusqu’où peut-elle exercer sa liberté de conscience ? Comment s’exerce le droit de retrait ? Ces questions sont régulièrement soulevées par les professionnels, en particulier infirmiers, dans le cadre de leur exercice quotidien ou lors de formations, au cours de l’analyse de situations vécues. Le contexte de ces situations peut varier, allant de la réalisation d’un soin que le soignant considère inutile, en situation de soins palliatifs ou à une personne en état de vulnérabilité, à l’administration de soins à une personne ayant commis un crime, par exemple. Pour y répondre, un juriste et un éthicien apportent leur éclairage.

D’UN POINT DE VUE JURIDIQUE(1)

Confrontée à une situation qui la heurte, une infirmière peut-elle refuser de pratiquer les soins prescrits, ou demander à ne plus participer à ce travail en équipe ? Face à la diversité des situations vécues, il...


Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Notre service client est à votre disposition au numéro vert : 0800 94 98 92 (appel gratuit à partir d'un fixe).

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...