(Publicité)
 


15/02/2018

Grève : Édouard Herriot sonne l’urgence

Les personnels paramédicaux des urgences de l’hôpital Édouard Herriot, à Lyon, sont en grève illimitée depuis le 2 février pour réclamer davantage de moyens humains et matériels. À l’issue d’une assemblée générale le 13 février, ils ont décidé de reconduire leur mouvement, jugeant les propositions de la direction insuffisantes.

Le manque de brancardiers se répercute sur toute la chaîne du soin, dénoncent les personnels paramédicaux des urgences de l’hôpital Édouard Herriot, à Lyon. Car en leur absence, ce sont les aides-soignants qui doivent les remplacer, laissant ainsi les infirmières seules avec les patients. « Au pavillon N (urgences médicales et psychiatriques), nous n’avons des brancardiers que la journée en semaine, et au pavillon A (urgences traumatiques), ils en ont du lundi au dimanche, mais pas la nuit, explique Sarah, infirmière au pavillon N. Par conséquent, la nuit, un aide-soignant peut être absent pendant 6 heures sur les 12 heures de garde, pour faire un travail de brancardage ! Sans aide-soignant, tout ce qui est de l’ordre du nursing n’est pas fait. On laisse les patients pendant des heures sur les brancards. On ne les change pas à temps. On laisse parfois des personnes âgées pendant deux heures dans leurs protections souillées ! ». Les personnels réclament ainsi cinq postes de brancardiers. La direction de l’hôpital propose, elle, la création de 3,8 équivalents temps plein, soit deux postes, l’un le week-end en journée et l’autre la nuit, commun aux deux pavillons A et N. Une proposition jugée insuffisante par les grévistes.

L'étudiant infirmier remplace l’aide-soignant

Autre point de friction : l’absence d’aide-soignant à l’accueil des urgences après 19 heures. C’est un étudiant infirmier qui prend donc le relais jusqu’à minuit, puis c’est une infirmière qui doit se charger de l’accueil et du pré-tri des patients. « Nous demandons la présence d’aides-soignants 24 h/24 à l’accueil des urgences afin de mieux prendre en charge les patients », déclare Sarah. La direction propose, pour l’instant, d’augmenter d’une à deux heures la présence de l’étudiant infirmier, ce qui ne satisfait pas les grévistes.

Enfin, les personnels dénoncent le manque criant de linge pour les patients. « Nous n’avons pas de couvertures en plein hiver. Un jour, j’ai dû confectionner un drap de fortune avec trois tenues de patients sur le brancard », raconte Sarah. Sur ce point, la direction indique avoir fait remonter les dysfonctionnements à la blanchisserie, mais assure ne pas avoir la main dessus. Bien décidés à faire entendre leurs revendications, les personnels paramédicaux ont décidé de continuer la grève. Leur prochaine action aura lieu le 20 février, avec un rassemblement devant la direction des HCL.

Les grandes dates

22 janvier 2018 : début de la grève aux urgences de Lyon Sud.
2 février : début du mouvement de grève aux urgences de l’hôpital Edouard Herriot.
6 février : rassemblement des personnels soignants devant le siège des Hospices civils de Lyon (HCL).
8 février : réunion avec la direction et reconduction de la grève face aux propositions jugées insuffisantes.


Anne-Gaëlle Moulun

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...