(Publicité)
 


15/12/2017

Marie-Joseph, 102 ans, doyenne pas ordinaire de l’Ordre des infirmiers

Le 14 décembre, le conseil départemental de l’Ordre des infirmiers du Rhône a inscrit au tableau la doyenne française des infirmières : Marie-Joseph Villedieu, âgée de 102 ans.

C’est une séance plénière exceptionnellement publique du conseil départemental de l’Ordre des infirmiers du Rhône qui a eu lieu le 14 décembre, à l’école Rockefeller, à Lyon. Au menu des discussions : l’inscription au tableau de l’Ordre de Marie-Joseph Villedieu, le jour de ses 102 ans. C'est Antoine Loubes, président du conseil départemental des infirmiers du Rhône, qui a souhaité inscrire la doyenne. « Je la connais depuis longtemps car c’était une de mes patientes et je me suis aussi occupé d’une de ses filles, explique-t-il. Nous lui avons proposé de l'inscrire au tableau de l’Ordre pour en fait notre mascotte. Elle est marrante et très attachante. Et pour l’Ordre, c’est sympa d’avoir une infirmière centenaire inscrite au tableau. Ce n'est pas pour sa carrière que nous avons voulu l'inscrire, mais plutôt pour le personnage. »

Car Marie-Joseph Villedieu n’a pas travaillé longtemps en tant qu’infirmière. « Quand j’ai voulu commencer mes études d’infirmière, j’étais trop jeune, il fallait avoir 20 ans. Je suis allée dans un préventorium, un établissement de cure pour les enfants atteints de tuberculose. Ça se passait au bord de la mer et j’adore la mer, donc j'étais dans mon élément. Je m’occupais d’enfants. On les faisait se lever, habiller, faire leur toilette, toutes les choses de la vie courante », raconte-t-elle.


Marie-Joseph a travaillé dans un préventorium 
pour les enfants atteints de tuberculose.

« On m’a interdit de faire les toilettes »

Diplômée en 1937 de l’école Rockefeller à Lyon, elle a exercé le métier d’infirmière pendant quatre ans, puis a cessé son activité lorsqu’elle s’est mariée, en 1941. Elle ne se souvient plus du tout ce qu’elle faisait à l'époque, mais assure qu’elle n'aurait jamais pu faire tout ce que font les infirmières d’aujourd'hui.

« Je faisais les prises de sang, se souvient la vieille dame. Par contre, je ne faisais pas les pansements et on ne donnait pas les médicaments. » Jolie fille, elle se rappelle une mésaventure qui l’a particulièrement marquée. « Une fois, j’ai fait la toilette d’un homme. C’était la première fois que je faisais une toilette et le monsieur était en ébullition. Du coup, on m’a interdit de refaire des toilettes aux hommes et ce fut la première et la dernière fois que j’en ai fait une », confie-t-elle.

Après son mariage, elle a vécu quelques années dans le Jura. « Mon expérience d’infirmière se cantonne à avant mon mariage », explique-t-elle. Elle a ensuite eu six enfants, en l’espace de dix ans, cinq filles et un garçon. Elle a désormais quinze petits-enfants et douze arrière-petits enfants.

L’Ordre a dû adapter son logiciel pour pouvoir entrer la date de naissance de Mme Villedieu, le 14 décembre 1915. Et il a décidé de lui offrir le montant de la cotisation, en guise de cadeau d’anniversaire.

Anne-Gaëlle Moulun

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...