Une idel à la tête d’un projet de MSP en Moselle | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

09/01/2023

Une idel à la tête d’un projet de MSP en Moselle

Installée en libéral depuis 20 ans à Henriville (Grand Est), Myriam Scarpino est convaincue de l’importance de l’exercice coordonné. Pour donner une chance à cette organisation des soins sur son territoire, elle a, avec son mari, investi dans la construction d’un bâtiment, ayant vocation à devenir une Maison de santé pluriprofessionnelle (MSP). Explications.

Pourquoi ce projet de MSP ?

En tant qu’infirmière libérale, je dois souvent être en contact avec les médecins généralistes et les médecins spécialistes de mon territoire. Mais je me retrouve très souvent en difficulté pour les solliciter. Je perds toujours un temps fou à les joindre, ce qui peut engendrer une rupture de soins et une perte de chance pour les patients. Mon idée de porter l’ouverture d’une structure d’exercice coordonné est née de ce constat. Mon objectif est de former une équipe, comme à l’hôpital, afin de ne plus travailler seuls et ainsi améliorer la prise en charge de nos patients.

Comment avez-vous eu l’idée de construire un bâtiment ?

Mon idée a cheminé progressivement, et juste avant la crise sanitaire, j’ai commencé à chercher un local sur mon territoire, dans l’idée de créer une MSP. Mais en zone rurale, il est difficile de trouver des bâtiments suffisamment grands. J’ai donc pensé à la construction. J’en ai parlé aux médecins de mon territoire, et tous m’ont soutenue. Mais sans projet finalisé et concret, j’ai rencontré des difficultés à les mobiliser. Puis avec le début de la crise sanitaire, j’ai mis le projet entre parenthèse, avant de le reprendre progressivement avec mon mari. Nous avons rencontré un architecte et avons décidé de nous lancer. Nous avons contracté un prêt à hauteur d’un million d’euros pour ce bâtiment, qui se résume aujourd’hui à un projet immobilier, mais qui a vocation à devenir une MSP. Il devrait être finalisé en juillet 2023. Les 500 m2 seront répartis en 8 cabinets, avec 30 places de parking et 4 places avec des bornes électriques. La future MSP est construite à la sortie de l’autoroute, elle se trouve donc à 30 minutes de Metz par l’autoroute.  

Des professionnels de santé se sont-ils manifestés ?

Pas encore pour le moment. Mais je dois reconnaître que nous avons lancé le projet sans vraiment les prévenir. Nous avons récemment communiqué dans le journal local et avons eu quelques retombées. Nous organisons donc le 9 décembre une réunion à laquelle nous avons convié tous les professionnels de santé médicaux et paramédicaux installés à 30 kms aux alentours d’Henriville, ainsi que les remplaçants.

Quels sont vos besoins ?

Pour devenir une MSP, nous avons besoin de deux médecins généralistes. C’est d’autant plus important que nous en manquons cruellement sur ce territoire, tout comme des spécialistes. Nous avons des délais d’attente de six mois pour les rendez-vous. Nous aimerions prioritairement, que des cardiologues et des dermatologues viennent s’installer, mais toutes les spécialités sont les bienvenues. Nous souhaitons d’ailleurs développer la téléconsultation et la téléexpertise. Je me suis lancée dans ce projet en ayant un peu peur mais j’y crois vraiment, car la coordination représente l’avenir, et nous ne pouvons plus rester à travailler chacun de notre côté.

Propos recueillis par Laure Martin

Contact : Myriam Scarpino / 06 73 14 96 06