Titre de l'image

23/05/2022

SALON INFIRMIER

Le « lab », un cocon où les étudiants pratiquent en autonomie

Lors du Salon infirmier 2022, l’IFPS Vannes et l’Ifsi Haguenau ont croisé leurs regards sur la mise à disposition des étudiants en soins infirmiers (ESI), d’un lab et/ou d’une salle de skills qui contribue, selon eux, à réenchanter la formation.

Retour en 2020. À Vannes (Bretagne), l’Institut de formation des professionnels de santé (IFPS) monte un projet de « salle de skills ». À la même période, à Haguenau (Alsace), l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) lance une initiative similaire, non concertée : un « lab ». Peu importe le nom, l’idée est la même : donner aux étudiants l’accès à une salle leur permettant de « développer leurs compétences en autonomie », présente l’infirmière et cadre de santé formatrice vannetaise Carine Fontaine, aux côtés de son homologue haguenovien, Luc Niess. À l’origine, tous deux avaient fait le même constat : « À certains moments, ils [les étudiants] avaient besoin de réassurance, de sécurité dans leur pratique avant de partir en stage ou avant les évaluations pratiques », explique la Bretonne. Alors ils ont imaginé, dans chacun de leur institut, un écrin équipé en matériel, pour permettre aux ESI de s’entraîner entre eux.

Des révisions entre pairs

À Vannes, c’est une ancienne salle multimédia qui a été transformée en salle de soins « dédiée à l’autonomie dans la pratique », de manière à « projeter l’étudiant dans un exercice professionnel ». À Haguenau, c’est une salle de TP qui est utilisée. Dans les deux lieux, la salle doit être réservée, et l’étudiant qui la retient en devient alors responsable. À Vannes, les créneaux s’étendent « jusqu’à 18 h », tous les jours de la semaine et à Haguenau, « entre 12 h et 14 h, puis entre 16 h 30 et 17 h 30 », expliquent Carine Fontaine et Luc Niess.

Dans la salle, les étudiants (à Vannes, le groupe peut aller jusqu’à 12) ont tout le matériel nécessaire à disposition : dispositifs médicaux, mannequins, etc. Ils peuvent ainsi s’entraîner à exécuter tous les soins techniques infirmiers (prélèvements veineux, pose de sonde nasogastrique, etc.). Le principe : des révisions entre pairs, en autonomie (avec, en appui, des vidéos). Toutefois, à Haguenau, il y a aussi « un créneau tutoré », fait savoir Luc Niess, et, pour ceux qui le souhaitent, un étudiant de l’année supérieure peut venir aider.

Un outil vécu comme une plus-value

Pour les formateurs, les atouts pédagogiques du lab sont nombreux :
1. une touche de « personnalisation » : il « répond à des besoins particuliers » non assouvis par l’enseignement commun, explique Luc Niess, évoquant la diversité des parcours des ESI (post-bac, formation continue, etc.), des vécus et de leur profil d’apprentissage (visuels, relationnels, etc.) :
2. l’enseignement par les pairs, « horizontal », « lève des freins » à l’apprentissage : peur de poser la « question bête » atténuée, « meilleure compréhension », « sécurité émotionnelle » augmentée. Il permet aussi de développer d’autres compétences (ex : projection dans l’encadrement) et des valeurs (solidarité, entraide, etc.) ;
3. le lab rend l’étudiant actif. Il retient dès lors plus d’informations : 75-90 %, montre Luc Niess, l’outil cochant presque toutes les cases des approches les plus efficaces dans la pyramide d’apprentissage (résolution de problème, simulation, travail d’équipe, etc.) ;
4. il fait appel à la « simulation procédurale » centrée sur la répétition de l’acte technique, or, « plus on va répéter, plus on va créer des automatismes, plus les apprentissages vont s’ancrer », rappelle Carine Fontaine.

S’il est compliqué de mesurer le rôle joué par cet outil dans la réussite de l’ESI, dans la mesure où d’autres paramètres entrent en jeu, font valoir les deux formateurs, il semble bel et bien qu’il y ait « une plus-value, en termes de vécu étudiant », selon Luc Niess. Carine Fontaine abonde : à Vannes, où « 90 % des créneaux sont occupés », 92 % des ESI répondants se disent « très satisfaits » et 8 % « satisfaits ».

Pauline Machard

Les dernières réactions

  • 31/05/2022 à 09:33
    Henriette Amunazo
    alerter
    J'AI ÉTÉ GUÉRI DU VIRUS DE L'HERPES SIMPLEX PAR LE DR WATER, LE GRAND HERBORISTE.
    Je suis si heureux de partager ce témoignage avec le monde car généralement il y a tellement de doutes sur la guérison du virus HERPES simplex. C'est vraiment sérieux, je m'appelle HENRIETTE AMUNAZO et je suis tellement heureuse qu'aujourd'hui je puisse donner ce témoignage au monde et aussi aider des gens qui ont été condamnés comme je l'ai été. Qui croira qu'une herbe peut guérir complètement l'HERPES du corps ?, Je n'ai jamais cru que cela fonctionnerait, j'ai dépensé beaucoup d'argent pour obtenir des médicaments à l'hôpital pour supprimer les épidémies, il est arrivé à un moment où tout ce que je voulais était mort à venir parce que j'étais fauché et que j'ai déjà de fortes épidémies du virus de l'herpès. Un jour, je parcourais Internet en posant des questions en ligne juste pour en savoir plus sur les derniers développements dans le secteur médical pour voir s'il y avait encore de l'espoir, puis je suis tombé sur un article sur ce grand homme appelé DR WATER via un ami en ligne qui a fait publiquement un témoignage sur la façon dont elle a également été guérie du virus de l'herpès simplex 2 par ce médecin à base de plantes qui est bien connu pour sa solide pratique à base de plantes anciennes pour la guérison de l'HERPES, du VIH, des VERRUES et du CANCER. Au début, je doutais à la fois de la femme et du médecin, tout comme tant de personnes qui voient ce message douteraient parce que médicalement, cela s'est avéré impossible, mais plus tard, j'ai décidé de lui donner un essai, alors je lui ai envoyé un e-mail. Je ne le croyais pas tant que ça, je voulais juste lui donner un essai. Il a répondu à mon courrier et avait besoin d'informations sur moi, puis je les lui ai envoyées, il a préparé un médicament à base de plantes (CURE) et l'a envoyé via le service de messagerie en ligne pour livraison. Il a donné mes coordonnées au bureau du courrier. Ils m'ont dit que 3-5 jours je recevrais le colis et après l'avoir reçu, j'ai pris le médicament tel que prescrit par lui au bout de 13 jours que le médicament a duré, il m'a dit d'aller à l'hôpital pour un test, et je Je suis allé, étonnamment après le test, le médecin m'a confirmé que le virus de l'herpès simplex était libre, je pensais que c'était une blague, je suis allé dans d'autres hôpitaux et j'ai également été confirmé sans herpès, je dirai que c'était comme un miracle. J'ai attendu de voir si j'aurais à nouveau des épidémies et cela fait 2 mois maintenant, je n'ai connu aucune épidémie. Merci monsieur de m'avoir sauvé la vie même si vous ne pouvez pas voir ce message, je ne cesserai jamais de témoigner de l'impact que vous avez eu dans ma vie en restaurant ma vie alors que j'étais stigmatisé et même évité par ma famille et mes amis. Je promets que je témoignerai toujours de vos bonnes œuvres. si vous avez le virus de l'herpès simplex, le VIH, le diabète, le virus du papillome humain ou des verrues génitales, contactez-le et je suis sûr que vous guérirez, contactez-le via :
    Courriel : Drwaterhivcurecentre@gmail.com
    ou Appel/WhatsApp : +2349050205019
    CE SONT LES CHOSES QUE DR WATER EST
    SPÉCIALISÉ
    . HERPÈS
    . VIH/SIDA
    . CANCER
    . VERRUES GÉNITALES
    . CALCULS RÉNAUX
    . ULCÈRE
    . HÉPATITE B&C
    . TROUBLE DU PORT-RATE
    . DIABÈTE
    . CANCER DE LA PROSTRASE
    . FIBRIODE, KYSTE
    . INFERTILITÉ [MARI OU FEMME]

Réagir à l'actualité

Pseudo :


À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +