Titre de l'image

14/12/2021

ESI : le Cefiec et le ministère de la Santé mènent l’enquête

C’est dans un contexte de tension des ressources humaines à l’hôpital que le Comité d’entente des formations infirmières et cadres (Cefiec) a lancé le 6 décembre, en collaboration avec le ministère de la Santé, une enquête afin de recueillir des données sur le profil des étudiants en soins infirmiers (ESI).

« Depuis un certain temps, au sein du Cefiec, nous souhaitions lancer une enquête pour connaître davantage le profil des ESI car nous ne disposons d’aucune donnée fiable », reconnaît Michèle Appelshaeuser, présidente du Cefiec. Après avoir amorcé le contenu de l’enquête, le Comité a été informé de la volonté du ministère de la Santé de mener un travail similaire. « Nous avons donc décidé, ensemble, de ne faire qu’une seule enquête, car il aurait été dommageable de demander aux Instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) de répondre à deux questionnaires ayant la même finalité », souligne-t-elle.

Mieux connaître les étudiants

Le Cefiec et le ministère ont travaillé conjointement au contenu de l’enquête, qui comporte 12 questions. Elle a été envoyée le 6 décembre à l’ensemble des adhérents du Cefiec, à savoir 357 Ifsi. L’objectif est triple. Tout d’abord, connaître le taux de remplissage des Ifsi, et ce « d’autant plus que les quotas de places ont augmenté depuis la rentrée 2021 », rappelle Michèle Appelshaeuser. Le Cefiec et le ministère veulent également obtenir des réponses à de nombreux discours sur le métier. « Nous entendons parler d’interruption de formation de la part des ESI, nous avons besoin d’objectiver cette donnée, et si c’est réellement le cas, de savoir si elles sont plus nombreuses qu’auparavant et si elles sont liées à un défaut d’orientation », énumère la présidente du Cefiec. Enfin, les instigateurs souhaiteraient connaître la proportion d’ESI à réellement exercer le métier à l’issue de leurs études. « S’ils changent de voie, nous aimerions en connaître les raisons », ajoute Michèle Appelshaeuser. Pour rappel, Olivier Véran, ministre de la Santé, avait avancé le chiffre d’un peu plus d’un millier d’ESI ayant quitté la formation entre 2018 et 2021.

En fonction des résultats, qui devraient être analysés en début d’année, le Cefiec entend émettre des propositions pour travailler à une meilleure attractivité de la profession. « Des mesures devront éventuellement être prises concernant l’orientation vers la filière, ou la communication autour du métier devra peut-être être repensée », s’interroge Michèle Appelshaeuser.

Laure Martin

À LIRE ÉGALEMENT

- Laborde T., « La désillusion des jeunes étudiants et IDE », sur espaceinfirmier.fr, le 23/11/2021.

- Laborde T., « La souffrance des ESI ne s’apaise pas », sur espaceinfirmier.fr, le 04/11/2020

- Renaud A., « Entrée en Ifsi : quel est le premier bilan de Parcoursup ? », sur espaceinfirmier.fr, le 22/05/2019

Les dernières réactions

  • 15/12/2021 à 07:40
    reflexion
    alerter
    le cefiec une fois de plus enfonce une porte ouverte nous savons depuis longtemps que sur une promotion il y a à peu prêt 10% de perte sur les 3 ans de formation , parcoursup est une excellente chose ce qu'il faut c'est transférer la formation théorique d'infirmière dans les universités ( les formateurs ifsi assurants la pratique dans les hôpitaux) et augmenter de manière importante le nombre d'étudiants en formation ( ne pas oublier que la formation infirmière est la plus demandée sur parcoursup)
  • 09/02/2022 à 14:42
    Comlan AMANGNON
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :