Titre de l'image

15/12/2021

Des experts de l’ONQVT claquent la porte

Les trois experts de l’Observatoire national de la qualité de vie au travail (ONQVT), censés orienter la stratégie gouvernementale d’amélioration de la qualité de vie au travail des soignants, ont annoncé leur démission. En cause, expliquent-ils, le manque de moyens alloués à cette problématique.

« J’ai peur que le discours autour de la qualité de vie au travail ne soit qu’une coquille vide, et qu’on soit à côté des véritables enjeux. » Ce constat, amer, est celui du Pr Philippe Colombat, président jusqu’à il y a encore quelques jours de l’Observatoire national de la qualité de vie au travail des professionnels de la santé et du médico-social. En compagnie des deux experts qui lui sont associés, le généraliste Éric Galam et le spécialiste en sciences de gestion Matthieu Sibé, le professeur d’hématologie a en effet annoncé avoir démissionné des fonctions qui lui avaient été confiées sur le sujet. Une protestation contre ce qu’il considère être un défaut d’engagement de la part des autorités sur l’enjeu majeur que constitue la qualité de vie au travail.

L’ONQVT venait pourtant de vivre une profonde réorganisation, avec la création de sept groupes de travail : retours d’expérience sur la crise Covid, meilleure implication des soignants et des usagers dans la vie de l’établissement, formation professionnelle, accueil du nouvel arrivant… Les sujets étaient nombreux et le travail à accomplir ne manquait pas. « Nous avons rencontré le ministre et trois de ses conseillers début juillet pour leur dire qu’il fallait des moyens pour faire tourner ces groupes de travail, pour faire connaître les mesures qu’il fallait prendre, raconte Philippe Colombat. Il nous a été répondu que nous aurions une réponse en septembre. Nous sommes en décembre, et malgré nos nombreuses relances, nous n’avons toujours reçu aucun signe, pas même un mail expliquant qu’étant donné la situation sanitaire, nous devions patienter un peu. »

Une devanture

Résultat, l’ex-président et ses deux collègues se sentent instrumentalisés. « On a l’impression de n’être qu’une devanture, et qu’il n’y a pas de réelle volonté de mettre des moyens pour la stratégie nationale de la qualité de vie au travail », déplore Philippe Colombat. Celui-ci regrette d’autant plus le manque d’engagement gouvernemental que la qualité de vie constitue, selon lui, l’une des solutions à la crise que connaît actuellement le secteur de la santé en général, et celui de l’hôpital en particulier. « La situation dans les hôpitaux est aujourd’hui catastrophique on n’a jamais eu autant de démissions, d’absentéisme…, explique-t-il. L’enjeu, pour que ces gens restent, c’est justement de recruter et d’améliorer la gouvernance, le management… »

Des orientations qui, du moins sur le papier, sont d’après Philippe Colombat très bien décrites dans la circulaire mettant en œuvre les recommandations du Pr Olivier Claris sur la gouvernance et la simplification hospitalières ou encore dans la mission de l’ex-directeur général de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, Michel Laforcade, sur les métiers du grand âge et de l’autonomie. Il suffirait donc que le gouvernement se donne les moyens de mettre en œuvre ce qu’il préconise lui-même, explique en substance l’hématologue.

« La vraie question, c’est de redonner une certaine autonomie aux équipes en mettant en place une véritable gouvernance médico-administrative, voire médico-paramédico-administrative, estime-t-il. Il faut faire confiance aux services, leur laisser une vraie autonomie. La qualité de vie au travail passe par ailleurs par le management de proximité : il faut former les médecins et les cadres de santé au management, pour arriver à une organisation participative qui redonne leur autonomie aux soignants. » La démission des experts de l’ONQVT sera-t-elle l’électrochoc qui incitera le gouvernement à mettre en œuvre ce beau programme ? La balle est dans le camp du cabinet du ministre de la Santé, qui n’a malheureusement pas répondu à nos demandes au sujet de la démission de Philippe Colombat.

Adrien Renaud

À LIRE ÉGALEMENT

- Renaud A., « Qualité de vie au travail : un observatoire, pour quoi faire ? », sur espaceinfirmier.fr, le 05/07/2018

- Ramsay K., « Qualité de vie au travail : sept propositions pour changer la vie à l’hôpital ? », sur espaceinfirmier.fr, le 23/05/2018

- Drevet G., « Qualité de vie au travail et management de proximité », Objectif Soins & Management, hors-série 2021 du 01/06/2021 (réservé aux abonnés)

Les dernières réactions

  • 18/12/2021 à 14:05
    Nanas
    alerter
    Le gouvernement de Macron est sourd et aveugle. Il continue dans son délire. C’est un gouvernement composé de psychotiques, qui sont loin de la réalité commune.
  • 09/02/2022 à 14:42
    Comlan AMANGNON
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :