30/06/2020

L’urgence n’éclipse pas l’éthique

Aurélien Dutier est philosophe, chargé de mission à l’Espace de réflexion éthique des Pays de la Loire. Il revient, dans « L'Infirmière magazine », sur les difficultés de concilier un soin respectant l'éthique dans le cadre de l'urgence de la pandémie.

En période de pandémie, prendre le risque d’être contaminé n’engage pas seulement sa liberté et sa propre sécurité, mais menace plus largement la sécurité de tous. C’est pourquoi la préservation de la santé et de la sécurité collectives, propulsées durant la crise sanitaire au-dessus de toutes les autres valeurs, est rapidement apparue comme une injonction prioritaire, relayant au second plan le respect des libertés individuelles.

Cette nouvelle priorisation dans la hiérarchie des valeurs a eu un impact violent sur le soin et l’accompagnement des personnes vulnérables dans les établissements médico-sociaux. Si la mise en œuvre des règles et des consignes de confinement apparaissait comme une nécessité sanitaire indiscutable, il s’agissait dans le même temps, pour les soignants, d’accompagner l’impact humain souvent délétère de ces mesures.

Nombre de soignants ont concilié la préservation de la sécurité collective avec la prise en compte des besoins fondamentaux des personnes, par exemple en ré-autorisant des visites sécurisées dans les situations de fin de vie, en réaménageant des règles de confinement pour les personnes âgées déambulantes ayant des troubles cognitifs (afin d’éviter la mise en place de contention), etc.

Tous les soignants ont dû faire preuve d’une grande créativité pour accompagner les besoins relationnels des personnes accueillies, atténuer leur sentiment d’enfermement, inventer de nouvelles ressources pour lutter contre leur isolement, réorganiser au mieux le soin et l’accompagnement pour rendre supportable l’insupportable.

Si la pandémie appelait une logique d’urgence, convoquait les soignants dans un rapport à l’action et à la protection collectives, la crise a aussi montré la nécessité d’avoir recours à la réflexion éthique, pour ne pas être emporté et piégé dans ce régime tyrannique de l’urgence.

Le prisme de l’épidémie a focalisé toutes les énergies, tous les regards, toutes les ressources avec, parfois, des effets collatéraux qu’il sera difficile de mesurer : dégradation dans le suivi des pathologies chroniques, précarisation des personnes fragiles, etc. La réflexion éthique nous invite à mesurer combien lutter contre un danger ne justifie pas tout, surtout quand les moyens pour le combattre peuvent être parfois pires que le mal lui-même.

L’évaluation du danger suppose aussi d’évaluer les impacts nocifs induits par les moyens mis en œuvre pour le combattre. Il est ainsi essentiel de préserver un regard critique lucide et continu sur la légitimité des mesures d’exception qui touchent de près ou de loin aux libertés individuelles fondamentales. Plus les menaces et l’urgence sont grandes, plus il est nécessaire de veiller au caractère proportionnel et limité dans le temps de ces règles d’exception. Même dans l’urgence, la priorisation des valeurs du soin doit passer au crible d’une réflexion éthique collégiale soucieuse de la pluralité des acteurs du soin, des disciplines et des situations.

Les dernières réactions

  • 17/05/2022 à 20:31
    Diallo
    alerter
    Que puis-je dire d'autre à son sujet, aujourd'hui je suis également très reconnaissant envers le Dr Water car je suis enfin guéri de la maladie du VIH qui me ronge depuis plus d'un an et 6 mois. Après avoir cherché différents moyens d'obtenir mon auto-guérison, mais rien ne semble fonctionner, voici aujourd'hui, je peux hardiment me tenir debout et témoigner au monde entier qu'avec l'aide de la phytothérapie, je me suis retrouvé sur mes pieds et en bonne santé à nouveau dans juste après quelques semaines après avoir pris contact avec un grand herboriste, grâce à l'aide d'un blog qui parle de la guérison du VIH. Il y a quelques semaines, j'ai vu une dame expliquer comment elle avait été guérie grâce à la phytothérapie qui lui avait été envoyée par le Dr Water. J'ai donc décidé d'essayer ce grand homme en le contactant via son e-mail et son numéro de téléphone portable, je lui ai expliqué quels étaient mes problèmes et il a promis que tout irait bien et bien au moment où il aurait terminé son propre travail. Je devais juste croire en lui, ce que j'ai fait, bas et voici, aujourd'hui je suis très heureux car tout était comme une magie, c'est pourquoi je suis venu ici pour témoigner au monde en général et aussi pour partager mon expérience parce que Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui sont aussi à la recherche d'un remède à une maladie ou à l'autre. Vous pouvez également entrer en contact avec DR.WATER maintenant pour obtenir de l'aide en phytothérapie via son WhatsApp +2349050205019 car je crois pleinement qu'il est capable et capable de guérir le VIH/SIDA et peut également guérir toutes ces maladies : HÉPATITE B, VPH VERRUES, CANCER, VIRUS DE L'HERPES SIMPLEX, SLA, DIABÈTE DE TYPE 1 ET 2, INFERTILITÉ CHEZ L'HOMME ET LA FEMME

Réagir à l'actualité

Pseudo :


À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +