14/05/2020

Soigner, ça fait mal

Diplômée en 1989, Nathalie Roy est une infirmière qui termine un master 1 d’IPA et est actuellement formatrice. Elle revient, en cette période de pandémie de Covid-19, sur les difficultés de soigner en cette époque trouble, tant la douleur des uns et des autres est vivace.

J’ai envie d’écrire. Pour partager. Pour m’exprimer. Pour témoigner. Pour saluer. Je suis infirmière depuis trente ans, toujours passionnée, toujours curieuse, toujours animée de la soif d’apprendre. Pour preuve, à 52 ans, j’ai repris le chemin de l’université en octobre 2019 pour un master d’IPA (infirmière en pratique avancée).

Pour moi, chaque rencontre avec une personne malade et ses proches est une rencontre certes professionnelle mais avant tout humaine. Je m’étais éloignée des soins depuis dix ans pour devenir infirmière coordinatrice. J’ai eu besoin d’y retourner pour me sentir utile et venir en renfort aux équipes. Alors me voici infirmière de nuit en soins intensifs. Mais soigner lors de cette crise «  covidienne  » me fait mal.

J’ai mal pour les patients hospitalisés, dans les yeux desquels je lis tellement de détresse. Ils sont essoufflés, épuisés, tristes, anxieux et si seuls. Leur question  ? Vais-je mourir  ? Ils ont peur. Est-ce qu’à un moment, quelqu’un s’est mis à la place  d’un malade hospitalisé qui regarde en boucle les infos  ? Qui entend les polémiques sur les possibles pertes de chance liées à la prise ou non de tel ou tel médicament, sur le manque de matériel, qui attend chaque soir le décompte des morts, des places en réanimation, et qui se dit  : «  Le prochain, ce sera peut-être moi...  »  ?

J’ai mal pour leurs proches, ils ne savent pas s’ils reverront le malade vivant, les visites sont interdites, les patients oxygéno-dépendants n’ont pas la force de parler au téléphone, pas la force d’envoyer un SMS. Pour avoir des nouvelles, la famille doit s’adresser aux soignants, qui n’ont guère le temps d’entamer une discussion.

J’ai mal pour nous, infirmières, aides-soignantes, qui travaillons sans compter notre temps, sans économiser notre énergie, sans matériel aussi, et qui sommes confrontées à des accompagnements de fin de vie que l’on essaie de rendre dignes dans des conditions très difficiles, voire indignes. Nous qui devons vivre avec cette culpabilité lors de la perte d’un patient car, même si on sait que tout a été fait, on se demande : « Et si on était passé dans la chambre dix minutes avant ? », « Et si nous n’avions pas perdu du temps à enfiler casaque, tablier, gants, masque, visière, cela aurait-il pu changer quelque chose ? »

J’ai mal pour les médecins, dont la mission est de sauver des vies, et qui chaque jour de cette crise, sont obligés de s’avouer vaincus par ce virus. Je pense aussi aux professionnels de santé en ville qui rencontrent les mêmes difficultés et doivent gérer seuls des situations complexes.

J’ai mal pour les élèves infirmières, nommées «  volontaires  » d’office pour renforcer les équipes. Toutes mes nuits travaillées l’ont été avec des jeunes élèves infirmières faisant fonction d’aides-soignantes. Elles devraient être en train de travailler leur mémoire, d’être en stage d’apprentissage pour passer leur diplôme, et les voilà en première ligne dans les services, à côtoyer la mort et à devenir professionnelles avant l’heure. Toutes celles que j’ai rencontrées se montrent motivées, aidantes, efficaces. Si des soignants lisent ceci et qu’ils ont dans leur équipe de jeunes étudiants, s’il vous plaît, prenez le temps de leur demander ce qu’ils ressentent, autorisez-les à craquer, à pleurer. Aidez-les.

Vous pouvez lire Nathalie Roy sur son blog : jourdinfirmiere.unblog.fr

Les dernières réactions

  • 15/05/2020 à 11:06
    nenette
    alerter
    Merci c'est bien des infirmières comme ça Moi je suis infirmière depuis 39 ans diplômée en 1981 il ne faut pas hésiter à se former
    je voulais arrêter de travailler vendre ma clientèle finalement je continue
  • 20/05/2020 à 11:40
    flore
    alerter
    merci pour cette très belle chronique, qui exprime tant d'humanité, d'empathie et de regard attentif. Je suis à la retraite maintenant mais je partage pleinement ce vécu. Je pense souvent à ce qu'ont pu vivre les personnes très atteintes par le covid19, perdant le souffle, angoissées peut-être, seules loin des contacts familiaux.
  • 23/05/2020 à 11:33
    Sylvie
    alerter
    quelle belle analyse, que c'est agréable à lire par la véracité des propos...
    vous avez cité tous les acteurs autour du patient y compris lui même, le héros principal du film qui peut, effectivement, terminerai tragiquement...
    j'en ai ressenti la peur au ventre de chacun...
    Je suis moi-même infirmière, que ça fait du bien de lire cela, j'avais l'impression d'être au-dessus du lit du patient et de tout observer...
    merci à vous, pour votre courage d'avoir repris des études, moi aussi j'ai adoré mon métier...
  • 25/05/2020 à 10:35
    Sissi
    alerter
    J'ai vécu la crise en tant que cadre de santé, mais aussi en tant que famille d'une parente malheureusement décédée en EPHAD.
    Tout ce que vous dites est la triste réalité.
    Et à côté de cela... les équipes se sont entraidées comme jamais, en essayant toujours de garder de la convivialité et de la bonne humeur, malgré la fatigue.
    Je ne cesse d'admirer le travail remarquable de "mes petites abeilles". Elles méritent amplement une revalorisation de leur salaire...aussi.
  • 17/05/2022 à 20:32
    Diallo
    alerter
    Que puis-je dire d'autre à son sujet, aujourd'hui je suis également très reconnaissant envers le Dr Water car je suis enfin guéri de la maladie du VIH qui me ronge depuis plus d'un an et 6 mois. Après avoir cherché différents moyens d'obtenir mon auto-guérison, mais rien ne semble fonctionner, voici aujourd'hui, je peux hardiment me tenir debout et témoigner au monde entier qu'avec l'aide de la phytothérapie, je me suis retrouvé sur mes pieds et en bonne santé à nouveau dans juste après quelques semaines après avoir pris contact avec un grand herboriste, grâce à l'aide d'un blog qui parle de la guérison du VIH. Il y a quelques semaines, j'ai vu une dame expliquer comment elle avait été guérie grâce à la phytothérapie qui lui avait été envoyée par le Dr Water. J'ai donc décidé d'essayer ce grand homme en le contactant via son e-mail et son numéro de téléphone portable, je lui ai expliqué quels étaient mes problèmes et il a promis que tout irait bien et bien au moment où il aurait terminé son propre travail. Je devais juste croire en lui, ce que j'ai fait, bas et voici, aujourd'hui je suis très heureux car tout était comme une magie, c'est pourquoi je suis venu ici pour témoigner au monde en général et aussi pour partager mon expérience parce que Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui sont aussi à la recherche d'un remède à une maladie ou à l'autre. Vous pouvez également entrer en contact avec DR.WATER maintenant pour obtenir de l'aide en phytothérapie via son WhatsApp +2349050205019 car je crois pleinement qu'il est capable et capable de guérir le VIH/SIDA et peut également guérir toutes ces maladies : HÉPATITE B, VPH VERRUES, CANCER, VIRUS DE L'HERPES SIMPLEX, SLA, DIABÈTE DE TYPE 1 ET 2, INFERTILITÉ CHEZ L'HOMME ET LA FEMME

Réagir à l'actualité

Pseudo :


À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +