14/01/2021

One health : la santé animale et la santé humaine indissociables

Les 17 et 18 décembre s’est déroulé, dans les locaux de TF1, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le colloque « One Health Joint Action », organisé par le groupe média 1Healthmedia. L’occasion de nous éclairer sur le concept « One Health », qui prend tout son sens avec la crise de Covid-19.

One Health est un concept décloisonné et transdisciplinaire d’une seule santé, porté par des organisations internationales de santé publique comme l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Alors que la pandémie de Covid-19 continue de sévir et qu’une troisième vague est à craindre en France, le sujet est plus que jamais d’actualité.

60 % des pandémies issues du monde animal

De fait, Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, qui a introduit le colloque, l’a rappelé  : «  Les épidémies à répétition qui s’abattent sur nos sociétés sont issues du monde animal pour plus de 60  % d’entre elles. La santé de notre planète, la santé animale ainsi que la santé humaine sont des notions étroitement liées, voire indissociables. Les acteurs qui sont impliqués dans ces domaines d’activité doivent dorénavant dialoguer, travailler ensemble, s’unir afin d’apporter ensemble une réponse globale à ces maladies si complexes à soigner.  » Jean-Luc Angot, inspecteur général de la santé publique et président de l’Académie vétérinaire de France, a d’ailleurs regretté que le gouvernement français n’ait pas fait appel aux vétérinaires, notamment pour les tests, dès le début de la crise. «  Il y a plus d’épidémies animales que de pandémies humaines, nous avons donc un peu plus d’expérience de gestion de crise et cela aurait aussi été intéressant que des vétérinaires rejoignent le Conseil scientifique  », a-t-il déclaré. Rien n’est perdu, cependant, puisque des vétérinaires devraient prochainement le rejoin­dre. En outre, selon Loïc Dombreval, député (LREM) des Alpes-Maritimes, l’idée du One Health «  fait clairement son chemin et à une vitesse qui me semble au bon tempo  ». Le député, qui a organisé un colloque sur ce thème le 1er octobre dernier, a rédigé avec d’autres députés une proposition de résolution incitant le gouvernement à travailler sur cette question du One Health. « La prévention des pandémies doit être revue en intégrant le concept One Health, mais aucune organisation n’est possible si ce sujet n’est pas pris en main concrètement par le pouvoir politique », insiste Loïc Dombreval. Pour Julien Kouchner, président du groupe 1Healthmedia, «  ce sujet est une chance pour le monde et aussi pour la France et pour nous tous ».

Avoir une approche interdisciplinaire

«  Il est nécessaire d’avoir une approche transverse, interdisciplinaire mais aussi intersectorielle. Tous ces murs qui existent, ce cloisonnement, sont relativement récents  », a relevé Jean-Luc Angot. Il a notamment rappelé que de l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle, il n’y avait pas de distinction entre les médecines animale et humaine. Claude Bourgelat, qui a fondé la première école vétérinaire au monde en 1761, faisait de l’anatomie comparée. Louis Pasteur, qui n’était ni médecin ni vétérinaire, disait qu’il était important de ne pas avoir de catégories. Au XIXe siècle, dans ses écrits, l’Académie de médecine parlait d’une seule médecine. Le vaccin BCG a été créé par Albert Calmette, un médecin, et Camille Guérin, un vétérinaire. «  Ce serait bien qu’on revienne à cette époque et qu’on développe la recherche sur le passage de la barrière d’espèces car c’est cela le sujet, de voir comment le pathogène passe de l’animal à l’homme », a conclu Jean-Luc Angot.

Les animaux, sentinelles fondamentales

«  Une seule santé c’est bien d’en parler, mais c’est mieux de la mettre en œuvre », a souligné Jean-Philippe Dop, directeur général adjoint de l’OIE. Dans le cadre de la collaboration tripartite, trois priorités ont été définies en matière de One Health  : la lutte contre l’antibiorésistance, l’influenza aviaire hautement pathogène susceptible d’être transmissible à l’homme, et la lutte contre la rage. Mais au-delà de ces programmes, Valérie Freiche, vétérinaire spécialiste de la médecine interne (École nationale vétérinaire d’Alfort et Institut Imagine), a mis l’accent sur les animaux qui accompagnent notre vie  : « On perd de vue que l’animal, au point de vue santé humaine dans le concept One Health, et notamment l’animal de compagnie, est vraiment une sentinelle fondamentale de nombreuses maladies. Quand on trouve un mésothéliome chez un chien, qui est une maladie rare, on va chercher de l’amiante dans l’environnement des propriétaires. Ces animaux peuvent révéler pour nous un certain nombre de maladies qu’il est nécessaire d’étudier de concert. » Outre cet aspect, le dépistage par le chien de certaines pathologies fait l’objet de nombreuses études, dont le projet d’Isabelle Fromantin, infirmière, sur le dépistage du cancer de sein. Valérie Freiche et Jean-Luc Angot ont également cité le dépistage de la Covid-19 par des chiens, un travail réalisé par l’équipe du Pr Dominique Grandjean à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, reconnu par l’Organisation mondiale de la santé et mis en œuvre dans les aéroports en Arabie saoudite et en Finlande. Mais l’animal est aussi un médiateur. Ainsi, dans les unités de soins palliatifs, un étalon et son cavalier peuvent aider les personnes en fin de vie, car le cheval peut détecter des personnes affaiblies moralement ou physiquement. Autant d’exemples qui montrent le lien indissociable entre l’homme et l’animal.

Magali Clausener

Retrouvez la vidéo du colloque « One Health Joint Action »  ici .

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...