20/01/2020

« Nous n’avons plus les moyens de diriger nos équipes »

Parmi les 1200 médecins qui menacent de démissionner de leurs fonctions administratives si le gouvernement n’investit pas plus dans l’hôpital public, six ont été reçus par Agnès Buzyn vendredi dernier. Le Dr Antoinette Perlat, responsable d’une unité fonctionnelle au CHU de Rennes, était du nombre.

Espace infirmier : Pouvez-vous nous décrire la situation dans votre hôpital ?

Antoinette Perlat : Nous manquons de personnel. Le personnel paramédical, notamment, est épuisé et se sent maltraité. Quand quelqu’un est absent, par exemple, il n’est pas remplacé. On est donc toujours à flux tendu, et on est obligé de faire des choix : on ne lève plus les malades pour qu’ils aillent au fauteuil, on demande aux familles de nous aider pour les repas… La seule façon d’agir, c’est d’obtenir plus de moyens, très rapidement.

Pourquoi menacez-vous de démissionner ?

Le Collectif Inter-hôpitaux, dont je fais partie, a rejoint le mouvement de grève aux urgences à l’automne, pour les soutenir et pour voir si on pouvait avoir une action plus globale. Nous avons entendu les propositions qui ont été faites en novembre, avec notamment la reprise d’une partie de la dette des hôpitaux, et cela ne nous semble pas suffisant. Nous avons été reçus en décembre, et on nous a réexpliqué les mesures de décembre. Il fallait donc un geste fort : arrêter de discuter et de collaborer avec l’administration. D’où l’idée de démissionner de nos fonctions administratives. Nous n’avons plus les moyens de diriger nos équipes, et nous refusons de le faire.

Quelle a été la réaction de la ministre quand vous lui avez exposé vos griefs ?

Nous avons d’abord demandé une augmentation du salaire des paramédicaux, mais elle nous a répondu que ce n’était pas une réponse aux problèmes de l’hôpital. Nous lui avons aussi demandé une augmentation de l’Ondam (Objectif national de dépenses d’Assurance maladie, NDLR) de 800 millions d’euros pour cette année, et elle nous a aussi opposé une fin de non-recevoir. Nous lui avons par ailleurs demandé pourquoi seulement une partie de la dette était reprise. Nous considérons que cette mesure est surtout financière, mais on pourrait selon nous reprendre toute la dette. Il nous a été répondu qu’il y avait des bonnes dettes ! Nous avons aussi rappelé qu’Emmanuel Macron voulait amener la T2A (Tarification à l’activité, NDLR), qui est une source de grande souffrance dans les établissements, à moins de 50 % du financement des hôpitaux. Manifestement, la ministre cherche encore un moyen d’y arriver. La seule ouverture qu’elle a consentie était sur la modification de la gouvernance hospitalière.

Quelle sera pour vous la suite des évènements ?

Nous avons été très déçus par le rendez-vous avec la ministre. Nous demandions un geste fort, et nous voyons que rien n’a été débloqué pour les soins. Nous sommes donc en train de finaliser le calendrier de la démission. Celle-ci devrait être effective avant la fin du mois de janvier. Nous continuons d’ailleurs à appeler nos collègues à la démission. Nous réfléchissons enfin à d’autres moyens d’action… et nous allons manifester le 14 février.

Propos recueillis par Adrien Renaud

Les dernières réactions

  • 20/01/2020 à 12:15
    lemo
    alerter
    bof qu'ils démissionnent !!!
  • 21/01/2020 à 07:31
    lemo
    alerter
    est ce que c'est leur rôle de diriger des équipes?
    que pensent ces médecins du fait que certains de leurs collègues gagnent 1500 à 2000 euros par jour?

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...