(Publicité)
 


10/05/2019

Manifestations du 9 mai : la fonction publique hospitalière dans la rue

Au délitement du statut de fonctionnaire et aux baisses d’effectifs voulus par le gouvernement d’Emmanuel Macron qui font grincer les dents des manifestants, les ressortissants de la fonction publique hospitalière ajoutent des revendications spécifiques.

Dans toute la France, les agents de la fonction publique d’État, territoriale et hospitalière se sont mobilisés pour défendre leurs métiers et statut. Ils étaient entre 108 000 (ministère de l’Intérieur) et 250 000 (CGT) dans les rues. À Marseille, les agents de l’hôpital Nord (AP-HM) sont aussi descendus de leurs étages.

Quelques soignants ont quitté leur poste et se sont relayés pour informer les patients et visiteurs de leurs conditions de travail. Si seule Force ouvrière était présent devant l’établissement, les autres délégations ont préféré gonfler les rangs de la manifestation interprofessionnelle unitaire qui se tenait sur le Vieux-Port dans la journée du 9 mai.

Les annonces de fermeture de maternités et de services de chirurgie, la « casse » et les suppressions de postes viennent plomber le moral des soignants, IDE en tête à l’Hôpital-Nord. « Les départs à la retraite sont remplacés mais cela peut mettre beaucoup de temps. Par contre, lorsqu’une collègue est en arrêt pour une pathologie lourde pendant sept ou huit mois, on ne la remplace pas , explique Véronique Lopez, infirmière détachée syndicale FO. Dans leurs services, les soignants remarquent notamment l’embauche de nombreux contractuels et craignent de perdre les bonnes relations avec le patient ainsi qu’une bonne coordination des soins. « Quand du nouveau personnel arrive, c’est sans être formé aux spécialités des services, alors qu’il y avait auparavant des doublons. »

Maltraitance et mal-être

Les soignantes relatent des services en tension et le manque d’attention portée aux patients. « On est censé travailler 7,48 h mais on peut faire 12 h. Dans ces conditions, on maltraite nos malades », poursuit une autre IDE, qui regrette le manque d’ASH et le fait que des patients peuvent entrer dans des chambres qui n’ont pas été préparées. « Hormis les services normés tels que la réanimation, on est à une soignante pour 15 patients. Quand il y a des absences au pied levé, il n’y a pas de remplacement. Les autres agents et les patients sont impactés par cela. Avant, une infirmière était stagiaire plus titulaire après un an. Maintenant, elles sont en CDD contractuels. »

Ailleurs en France, environ 40 services d’urgences mènent ou ont mené des mouvements de grève depuis mi-mars. Ils revendiquent du personnel et des lits supplémentaire pour « zéro hospitalisation brancard » et une augmentation de la rémunération des soignants.

Sandrine Lana



Les urgences la jouent collectif

À lire dans « L'Infirmière Magazine », n° 405

Réservé aux abonnés 

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...