Une infirmière libérale dort dehors pour protester contre la Cpam | Espace Infirmier
 

18/01/2017

Une infirmière libérale campe devant la CPAM en protestation

À 62 ans, Hélène, infirmière libérale, se prépare pour sa deuxième nuit devant la Caisse primaire d’Assurance maladie de Bordeaux. Un signe fort de protestation contre la saisie de ses remboursements.

Infirmière libérale depuis plus de 25 ans, Hélène, 62 ans, dort depuis mardi soir (17 janvier) devant les locaux de la CPAM de Bordeaux pour protester contre une saisie de ses remboursements. L’infirmière a été condamnée, il y a quelques mois, à une amende de 54 000 euros de la Caisse primaire d’Assurance maladie pour des indus et, faute d'argent, elle ne peut se pourvoir devant la Cour européenne de justice pour contester ce jugement. La CPAM de Bordeaux exige le remboursement de sa dette en deux ans, ce qu'Hélène ne peut assumer. L’infirmière a demandé à négocier un délai pour le remboursement mais celui-ci lui a été refusé. De plus, pour accentuer la pression, la Caisse a effectué un prélèvement de 5 200 euros sur le remboursement mensuel dû à l’Idel, soit la totalité du remboursement qu’elle a reçu pour les soins effectués auprès de ses patients. En effet, le « prélèvement sur flux » est un recours légal dont dispose la CPAM pour récupérer une dette mais il ne peut se faire sans l'accord du professionnel de santé, et pose question quand il prive le soignant de tout revenu.

Si l’infirmière libérale ne peut toucher l’argent de ses visites, elle sera forcée de « vendre sa maison et donc se retrouver à la rue ». C'est pourquoi, elle a décidé de dormir depuis mardi soir dans la rue, devant les locaux de la CPAM – de la fin de sa tournée, vers 22 heures jusqu’à 5 h 30, pour reprendre ses visites – et ce, jusqu'à ce que la Caisse accepte de négocier les termes de son remboursement.

Jeudi après-midi, soit, le 19 janvier, la CPAM de Bordeaux lui a proposé un rendez-vous en présence d’un conseil du choix d’Hélène à l’exclusion de son avocat (maître Gata). « Physiquement, psychologiquement, émotionnellement pas en état pour analyser toutes propositions avec la CPAM sans l’aide juridique de [s]on avocat » Hélène a décliné cette offre. Elle va donc reprendre son action dès le 23 janvier si d’ici là, sa dette n’est pas renégociée sur une durée acceptable. Une histoire qui a touché tous les infirmiers libéraux et illustre les relations extrêmement dures qu'entretient la Cpam avec eux.

Olivier Blanchard

PS : Retrouvez l'essentiel de l'histoire d'Hélène, abordée dans un précédent numéro de L'Infirmière libérale magazine. 

Les dernières réactions

  • 18/01/2017 à 20:04
    Soso
    alerter
    Je suis choquée de voir qu'une femme qui donne de son temps et de sa personne pour les autres soit traitée de la sorte!!
    Nos politiciens et gros chefs d'entreprise qui fraudent, s'en tirent toujours indemnes.
    J'espère que toute la profession va se soule
  • 18/01/2017 à 23:03
    Ide libérale 65
    alerter
    Il est inconcevable que des instances soit à ce point inhumain alors que sans infirmiere libérale il n existerait plus tellement le déficit de la cpam serait énorme !!! Honte à ces directeurs de traiter ainsi ces professionnels passant 14 h par jour à soi
  • 25/01/2017 à 19:29
    Inconnu
    alerter
    L article ne dit pas comment est il possible d avoir 52 000 euros d indus... sans que l IDE ne s en apperçoive....
    Les indus sont des trop perçus me semble t il non!!!