L'infirmière Magazine n° 394 du 01/06/2018

CRITIQUE

RENDEZ-VOUS

L’espace pro

Dominique Barbier  

psychanalyste

→ La relation thérapeutique en cancérologie implique de ne pas évacuer la question du pronostic vital. La mort rôde autour de nous : celle de nos patients, celle qui sera la nôtre… et cette angoisse renvoie tout soignant à sa finitude. L’incertitude face au résultat thérapeutique et l’agressivité du traitement anticancéreux rendent difficile le travail de deuil. De ce point de vue, il n’est pas inutile de s’interroger sur le sadisme médical fantasmatique qui conduit...




Cette page est réservée aux membres du site

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...