L'infirmière Magazine n° 373 du 01/07/2016

ACTUALITÉS

EN BREF

Une cellule de traitement des accrocs à Facebook (et aux réseaux sociaux) a été ouverte au sein d’un établissement public de Constantine, qui abrite déjà un centre d’addictologie. Outre les dommages psychologiques et sociaux engendrés par cette dépendance, le directeur de l’établissement argue du fait que les accrocs au réseau social sont particulièrement vulnérables au lavage de cerveau des groupes islamistes extrémistes, qui recrutent sur Internet. LE QUOTIDIEN...




Cette page est réservée aux membres du site

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...