L'infirmière Magazine n° 311 du 15/11/2012

À L’HÔPITAL

DOSSIER

MATHIEU HAUTEMULLE  

Le soigné et le soignant souffrent des odeurs nauséabondes. Le premier endure, de surcroît, le dégoût qu’elles suscitent.

Les odeurs, nous faisons bien plus que les sentir : nous les ressentons. Dans le soin, elles semblent souvent désagréables. Surtout en début de carrière. « Dans la grande majorité des cas, ces nouvelles odeurs sont presque une agression », écrit Céline Kovaes


Cette page est réservée aux membres du site

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...