08/01/2018

Harcèlement au travail : perte de poste en cas de situation avérée

Suite au suicide d'un neurochirurgien en novembre 2017 au CHU de Grenoble, Édouard Couty, médiateur national, a remis un rapport à la ministre des Solidarités et de la santé, ce 8 janvier, afin d’établir un diagnostic sur la situation de l'établissement de santé, « au regard des difficultés rencontrées par certains praticiens et des situations de souffrance au travail dans certains services », précise-t-il dans ce rapport. Il évoque notamment de nombreux exemples de souffrance au travail de médecins, liés notamment à des problèmes de réorganisation de services ou de gouvernance. Pour accompagner le rendu du rapport, on peut ainsi lire sur le site du ministère que « la ministre a confirmé le principe selon lequel, dans les situations avérées de harcèlement au travail, les établissements perdraient le bénéfice du poste occupé par la victime nommée dans un autre établissement ».