Un infirmier à la présidence de la Fédération des CPTS | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

04/10/2022

Un infirmier à la présidence de la Fédération des CPTS

Infirmier libéral, David Guillet a été élu à la tête de la Fédération des communautés professionnelles territoriales de santé (FCPTS) fin septembre. Un poste qu’il conçoit dans la continuité de la précédente mandature, dans le but de promouvoir l’exercice coordonné.

Ils étaient deux en lice. Et finalement, seul David Guillet a déposé sa candidature pour briguer la tête de la FCPTS. Élu à l’unanimité, il ne veut pas pour autant « en faire un totem ». Il reconnaît néanmoins que le « signal est fort et démontre l’évolution des mentalités car il s’agit de la première fois qu’une fédération nationale dans le domaine de la santé est présidée par un non-médecin », pointe-t-il du doigt. Pour autant, son action se déroule dans la continuité de la précédente mandature, au cours de laquelle il était déjà vice-président.

Les axes de travail de la FCPTS

Plusieurs axes de travail vont se déployer au cours des prochains mois. Tout d’abord, la mise en application de onze délégations de compétences entre un médecin délégant et un infirmier délégué pour la prise en charge à domicile de patients de plus de 60 ans, porteurs ou non de handicap, ne pouvant plus se déplacer au sein des cabinets de médecins libéraux. « Après avoir répondu à un appel à manifestation d’intérêt de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) et de la Haute Autorité de santé (HAS), la FCPTS a été désignée comme pilote de ce dispositif, ouvert à l’ensemble des professionnels exerçant au sein de structures d’exercice coordonné », explique David Guillet. Les Idels devront suivre une formation pour pouvoir participer.

La FCPTS entend également travailler sur la mise en place d’inter-CPTS afin de créer des dynamiques territoriales à l’échelle des départements et des régions. « L’objectif est notamment de les rendre lisibles et visibles des autorités et des tutelles », rapporte-t-il, précisant que la Fédération prévoit l’organisation d’un tour des régions pour aller à la rencontre de ses adhérents.

Enfin, l’équipe est en phase de communication autour de l’avenant 2 à l’Accord conventionnel interprofessionnel (ACI) CPTS, signé en décembre 2021, qui attribue à ces organisations une nouvelle mission de gestion des crises sanitaires. « Elles doivent s’en saisir et se concentrer sur les aspects organisationnels et le matériel afin d’être prêtes à anticiper les crises », soutient-il.

Expliquer et non imposer

Dans cette mouvance, David Guillet n’entend pas pour autant imposer l’exercice coordonné aux professionnels de santé. Il souhaite plutôt acculturer et expliquer les avantages d’un tel mode d’exercice. « La crise sanitaire a amené un réel besoin de travailler ensemble pour répondre à la problématique d’accès aux soins. Les professionnels de santé, dont les infirmiers, se sont rendu compte que les cabinets autour des leurs ne sont pas des concurrents mais bien des partenaires. Nous allons aux devants d’importants problèmes de santé, il faut se soutenir. Et si les Idels ne se structurent pas à l’échelle d’une CPTS, ils risquent de ne pas être inclus dans la mise en place du nouveau modèle du système de santé », conclut-il.

Laure Martin

Les CPTS EN CHIFFFRES

- 311 CPTS ont signé l’ACI

- 420 sont en cours de signature

- 40 à 50 % de la population est couverte ou le sera prochainement, par une CPTS.

À LIRE ÉGALEMENT

- Clausener M.,« CPTS : une mission de réponse aux crises sanitaires », sur espaceinfirmier le 04/01/2022

-  Soubelet I., « La CPTS Asclépios cherche les phtalates dans les têtes ? », sur espaceinfirmier le 01/07/2021

- Martin L., « Une formation pour devenir coordinateur de CPTS », paru dans L'infirmièr.e n° 13 d’octobre 2021

- Martin L., « CPTS : un infirmier libéral au bureau de la Fédération », », sur espaceinfirmier le 23/11/2018