Thérapeutiques alternatives : suffisantes, les premières réponses de Doctolib ? | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

30/08/2022

Thérapeutiques alternatives : suffisantes, les premières réponses de Doctolib ?

Accusée de promouvoir des thérapeutiques alternatives non fondées scientifiquement et épinglée pour avoir référencé de faux professionnels de santé, la plateforme de prise de rendez-vous en ligne Doctolib renforce les procédures d’inscription des professionnels, y compris pour les pharmaciens.

Selon Radio France, la plateforme leader de la prise de rendez-vous en ligne Doctolib aurait référencé deux profils de faux médecins se faisant passer pour des pédopsychiatres. Le parquet de Montpellier (Hérault) a ouvert une enquête pour exercice illégal de la médecine après la plainte d’une mère de deux enfants atteints de troubles de l’attention avec hyperactivité (TDAH) les ayant consultés via la plateforme.

Une nouvelle qui tombe mal pour Doctolib, la société essuyant déjà de vives critiques depuis une semaine, notamment par des professionnels de santé, pour avoir référencé des personnes pratiquant des thérapeutiques alternatives non fondées scientifiquement, du naturopathe holistique à l’iridiologue en passant par les magnétiseurs. A tel point que même l’Ordre des médecin a réagi. L'instance demande à Doctolib, via un communiqué de presse du 23 août, de renforcer ses règles éthiques pour s’inscrire sur sa plateforme.

VERIFICATION DU PROFIL

C’est chose faite aujourd’hui. Désormais pour les professionnels de santé, les prises de rendez-vous ne seront possibles qu’après vérification du profil et du droit d’exercer des praticiens inscrits, alors que la plateforme accordait jusqu’à présent un délai de 15 jours à ces professionnels « pour permettre notamment aux nouveaux installés d’ouvrir la prise de rendez-vous en amont de l’ouverture de leur cabinet », note Doctolib dans un communiqué du 25 août. Une « équipe dédiée » est chargée de confirmer l’identité du praticien grâce à ses pièces d’identité et son droit d’exercer grâce à son identifiant RPPS ou ADELI.

Reste qu’il est toujours possible de prendre rendez-vous sur Doctolib avec des personnes pratiquant des thérapeutiques non scientifiquement prouvées, lesquelles représentent 3 % des praticiens et 0,3 % des rendez-vous pris, selon la plateforme. Cependant Doctolib a « clarifié » le contenu des fiches de ces praticiens non réglementés « en mentionnant de manière explicite qu’ils ne sont pas des professionnels de santé », et assure qu’il est désormais « impossible » pour un patient de les confondre. Et justifie leur maintien sur le site « du fait de leur présence dans des établissements de santé ou à la demande des patients » et parce qu’ils « ont le droit d’exercer : ils effectuent des activités légales, qui sont enregistrées au registre du commerce ». Mais « afin de mieux encadrer le référencement des praticiens non réglementés sur Doctolib », la plateforme a ouvert une consultation avec son Comité médical et professionnel, la Miviludes, les syndicats de professionnels de santé, les Ordres de santé, les associations de patients et les autorités sanitaires, et pourrait prendre d’autres mesures par la suite. Face aux critiques et aux signalements de ces derniers jours, Doctolib a suspendu le 22 août 17 naturopathes affirmant avoir été formés par Irène Grosjean et Thierry Casasnovas, accusés de dérives sectaires.

Anne-Hélène Collin, avec  lemoniteurdespharmacies.fr

Les dernières réactions

  • 22/09/2022 à 11:25
    Elina Valasquez
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.