Titre de l'image

22/11/2021

Les professionnels de santé « à poil » sans les Iade

En soutien aux revendications des infirmiers anesthésistes, qui sont en grève depuis le 2 novembre dernier, les professionnels de santé du Centre hospitalier de Dieppe ont posé nu devant l’objectif de l’un des chirurgiens de l’établissement, passionné de photo.

« Sans Iade, je suis à poil ; sans statut, je suis tout nu. » C’est avec ce message que les infirmiers anesthésistes (Iade) du CH de Dieppe ont souhaité attirer l’attention sur leur mouvement de grève national débuté le 2 novembre. « L’idée est venue de l’une de mes collègues, Mailys Lejeune, raconte Nicolas Paysan, Iade au CH de Dieppe. Nous cherchions une manière de donner de la visibilité à nos revendications. » Le brainstorming a conduit à cette idée de faire poser nu les soignants de l’établissement, mais aussi le personnel administratif. « Nous ne voulions pas d’un énième calendrier de gens nus », précise l’infirmier. L’aspect esthétique de la démarche a donc été discuté avec le chirurgien, passionné de photographie, qui a accepté de prendre les clichés mais également de poser. « Nous n’étions pas sûrs que les équipes, autres que la nôtre, acceptent mais finalement, tout s’est fait assez naturellement, se réjouit Nicolas Paysan. Ils se sont proposés d’eux-mêmes, ce qui montre bien que nos revendications ne sont pas exagérées. » « Nous avons voulu faire des photos non mensongères, complète le Dr Laure Pauliac, chirurgien viscérale et digestif au CH de Dieppe, qui a pris les photos de la campagne. Les soignants qui ont accepté de poser ont donc été photographiés dans le cadre de leur activité, tout comme la sous-directrice. » « Sans pour autant le soutenir, la direction comprend notre mouvement », précise Nicolas Paysan.

CHIR2fili.jpg

Reconnaissance de la pratique avancée

La principale revendication des Iade porte sur la reconnaissance de leur autonomie au sein du bloc opératoire : ils souhaitent être reconnus comme des auxiliaires médicaux en pratique avancée. « Notre exercice quotidien sur le terrain répond aux exigences de la pratique avancée, nous sommes autonomes et indépendants, rappelle Nicolas Paysan, précisant que les Iade ne veulent pas pour autant devenir des IPA. Nous souhaitons la reconnaissance de la pratique avancée clinique, et non praticienne, car nous souhaitons le maintien du binôme Iade-médecin anesthésiste-réanimateur. » Cette reconnaissance du statut impliquerait une modification du décret d’actes car « le texte actuel nous définit uniquement comme des exécutants », regrette le soignant. « En tant que chirurgien, je ne peux que soutenir leur mouvement, souligne le Dr Pauliac. Au bloc, je ne peux rien faire sans les Iade car nous n’avons pas autant de médecins anesthésistes-réanimateurs que de salles de bloc. Et leur autonomie est réelle. »

Comme le rappelle le Syndicat national des infirmiers anesthésistes (Snia) dans un communiqué du 15 novembre, « le raisonnement clinique de haut niveau mis en œuvre par l’Iade lui permet d’investir pleinement l’autonomie que lui octroie son champ de compétences dans une pratique collaborative entretenue avec le médecin anesthésiste-réanimateur sur la base d’une stratégie anesthésique définie au terme de la consultation d’anesthésie. »

« Nous défendons également notre place en préhospitalier, poursuit Nicolas Paysan, car progressivement, nous nous faisons évincer des Smur au profit des IDE, qui coûtent moins chers pour les directions. » Et de préciser : « Attention, en aucun cas nous ne remettons en cause le travail des IDE. Nous ne voulons pas leur fermer la porte, mais nous souhaitons aussi garder notre place. Car si nous perdons ce panel en préhospitalier, nous allons progressivement être moins réactifs en peropératoire. »

Les infirmiers anesthésistes sont en grève jusqu’au 25 novembre.

Laure Martin

Les dernières réactions

  • 23/11/2021 à 07:15
    reflexion
    alerter
    les IADES ne pensent plus que fric il s'agit de la profession la plus corporatiste de l'hôpital c'est malsain!!!!!!
  • 25/11/2021 à 15:30
    Juju
    alerter
    Si faire grève pour des sujets qui touchent une profession donnée c'est être corporatiste, alors d'accords, les IADE sont corporatistes...
    Grand bien leur fasse. ce sont les rares dans les professionnels de santé à encore vouloir et pouvoir se mobiliser pour défendre leur profession. Bravo à vous !
  • 26/11/2021 à 09:25
    RP
    alerter
    Il est tout a fait normal avec deux ans d'étude supplémentaire que les IADE soient reconnues à hauteur de leurs champs de responsabilité et d'expertise. Ce qui n'empêche que c'est l'ensemble des professions paramédicales qui devraient être revaloriser; pas seulement par le salaire mais par la reconnaissance de leurs compétences au sein de leur institution. Depuis de nombreuses années rien ne bouge au niveau du ministère et on voit le résultat sur le plan de l'attractivité des professions soignantes qui n'attirent plus, voir la dévalorisation de l'expertise et des compétences de ces professionnels. Bravo pour les actions engagées qui je l'espère porteront leur fruit.
  • 26/11/2021 à 18:05
    Urgence
    alerter
    En quoi les IADE sont corporatistes? Pck ils défendent leur profession?
    Les mecs ont un bac +5 et gagnent 13€ de plus qu’un IDE.
    Normal non?!
  • 27/11/2021 à 16:30
    Dol
    alerter
    Soutien à 100 % des IADE (même si parfois il faut reconnaître que certains syndicats d'IADE ont tendance à vouloir la jouer très perso vis à vis des autres pro de santé, ce qui n'est pas en leur faveur)

    Mais à un détail prêt, ils ont raison de se battre comme ils font. Quand tu vois les conditions de travail dans certains lieux de soins, peu importe la rémunération, t'as intérêt à être motivé pour te lever et sortir de chez toi !

  • 29/11/2021 à 13:05
    Mamadou
    alerter
    Mdr
    On voit pas grand chose
    Les Iades se font leur pub

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +