Titre de l'image

24/05/2022

La recette biterroise du service sanitaire

Trois formatrices de l’Institut de formation aux métiers de la santé (IFMS) de Béziers (Hérault) ont présenté lors du Salon infirmier, le 18 mai, la démarche adoptée pour construire le service sanitaire de leurs étudiants. Un dispositif en mode projet qui leur laisse une grande part d’autonomie. 

« Au départ, nous n’en voyions pas l’utilité », « pour nous, c’était une perte de temps », « les objectifs étaient flous », « j’ai eu des difficultés à comprendre ce qu’on attendait de nous ».  Lors de l’annonce de la mise en place du service sanitaire, les témoignages des étudiants en soins infirmiers (ESI) de l’IFMS de Béziers étaient sans appel. Les formateurs ont donc décidé de composer une « recette » pour donner toute sa valeur au dispositif. Ils ont commencé par identifier des populations cibles en fonction des besoins du territoire : la petite enfance et la périnatalité ; l’enfance et l’adolescence ; les jeunes en situation précaire ; les jeunes en formation ; les personnes âgées non institutionnalisées ; les populations fragilisées. Ils ont ensuite cherché des partenaires s’occupant de ces populations et acceptant d’accueillir les ESI de deuxième année pendant les trois semaines du service sanitaire. Le choix de l’affectation est laissé à l’étudiant. Ensuite, par groupes de quatre ou cinq, ils investissent le terrain pour répondre à un besoin de la population cible.

Hors temps, hors lieu, hors rôle

Le service sanitaire se base sur l’immersion des ESI dans leur lieu de stage. « L’objectif est de les plonger dans un milieu étranger et de les faire travailler en mode projet afin de faire ressortir leurs compétences », a expliqué Nathalie Izquierdo, cadre de santé formatrice. Pendant la durée du stage, les ESI sont hors temps. Ils établissent leur propre planning, sur une base de 35 heures par semaine, en fonction de leurs besoins. « Ils peuvent effectuer des allers-retours entre le terrain de stage et l’IFMS afin de comprendre la structure et les besoins de la population cible », a ajouté Nathalie Izquierdo. Avec les formateurs, ils effectuent des points quotidiens sur l’avancée du travail, l’organisation et la dynamique de groupe. Les ESI sont également hors lieu puisqu’affectés sur des terrains de stage qu’ils ne connaissent pas. Et hors rôle, en étant dans le cadre d’une mission différente de ce qu’ils ont l’habitude de vivre.

La construction du projet

Ce dispositif intégratif oblige les ESI et les partenaires à sortir de leur zone de confort pour construire un projet adapté à la population visée. Le service sanitaire leur permet de travailler différentes postures, notamment en étant auteurs d’un projet d’éducation et non plus étudiants. « Ils se sentent investis d’une mission », a rapporté Laurence Jajko, cadre de santé formatrice. Ils mobilisent les acquis théoriques pour avancer dans la construction du projet tout en utilisant les compétences de chacun. « Nous constatons que progressivement, ils adoptent une posture professionnelle pour mettre en place leur action éducative », a-t-elle ajouté. De leur côté, les formateurs sont des facilitateurs et des animateurs. « Nous aidons aux échanges, questionnons les étudiants, les amenons à confronter leurs idées, les guidons sur la méthodologie, les aidons à trouver un sens à leur travail », a énuméré Émilie Vidal, cadre de santé formatrice.

La satisfaction de tous

Au travers des témoignages, tous les étudiants reconnaissent la valeur ajoutée du service sanitaire, notamment l’intérêt de travailler en mode projet et de voir le résultat concret de leur travail. « C’est gratifiant de savoir que les outils mis en place sont encore utilisés », rapportent-ils. Une institutrice a retenu la notion de partage et d’échanges avec les ESI, qui ont monté un projet autour des écrans pour les classes primaires. « Grâce à leur venue et leur travail, j’ai poursuivi les actions mises en place avec les parents des enfants, a expliqué l’institutrice en question. L’aide de futurs professionnels de santé était vraiment intéressante. »

Laure Martin

À LIRE ÉGALEMENT

- Martin L., « Service sanitaire, un dispositif à clarifier », L’Infirmièr.e, n° 8, mai 2021.

- Lana S., « Service sanitaire : premier bilan  », L’Infirmière Magazine, n° 419, septembre 2020.

- Hunsinger V. et Ramsay K., « Agnès Buzyn : “Sept millions d’euros pour accompagner le service sanitaire” », Espaceinfirmier.fr, 28/02/2018.

- Gries L., « Service sanitaire : un démarrage inégal », L’Infirmière Magazine, n° 399, décembre 2018.

Les dernières réactions

  • 31/05/2022 à 09:33
    Henriette Amunazo
    alerter
    J'AI ÉTÉ GUÉRI DU VIRUS DE L'HERPES SIMPLEX PAR LE DR WATER, LE GRAND HERBORISTE.
    Je suis si heureux de partager ce témoignage avec le monde car généralement il y a tellement de doutes sur la guérison du virus HERPES simplex. C'est vraiment sérieux, je m'appelle HENRIETTE AMUNAZO et je suis tellement heureuse qu'aujourd'hui je puisse donner ce témoignage au monde et aussi aider des gens qui ont été condamnés comme je l'ai été. Qui croira qu'une herbe peut guérir complètement l'HERPES du corps ?, Je n'ai jamais cru que cela fonctionnerait, j'ai dépensé beaucoup d'argent pour obtenir des médicaments à l'hôpital pour supprimer les épidémies, il est arrivé à un moment où tout ce que je voulais était mort à venir parce que j'étais fauché et que j'ai déjà de fortes épidémies du virus de l'herpès. Un jour, je parcourais Internet en posant des questions en ligne juste pour en savoir plus sur les derniers développements dans le secteur médical pour voir s'il y avait encore de l'espoir, puis je suis tombé sur un article sur ce grand homme appelé DR WATER via un ami en ligne qui a fait publiquement un témoignage sur la façon dont elle a également été guérie du virus de l'herpès simplex 2 par ce médecin à base de plantes qui est bien connu pour sa solide pratique à base de plantes anciennes pour la guérison de l'HERPES, du VIH, des VERRUES et du CANCER. Au début, je doutais à la fois de la femme et du médecin, tout comme tant de personnes qui voient ce message douteraient parce que médicalement, cela s'est avéré impossible, mais plus tard, j'ai décidé de lui donner un essai, alors je lui ai envoyé un e-mail. Je ne le croyais pas tant que ça, je voulais juste lui donner un essai. Il a répondu à mon courrier et avait besoin d'informations sur moi, puis je les lui ai envoyées, il a préparé un médicament à base de plantes (CURE) et l'a envoyé via le service de messagerie en ligne pour livraison. Il a donné mes coordonnées au bureau du courrier. Ils m'ont dit que 3-5 jours je recevrais le colis et après l'avoir reçu, j'ai pris le médicament tel que prescrit par lui au bout de 13 jours que le médicament a duré, il m'a dit d'aller à l'hôpital pour un test, et je Je suis allé, étonnamment après le test, le médecin m'a confirmé que le virus de l'herpès simplex était libre, je pensais que c'était une blague, je suis allé dans d'autres hôpitaux et j'ai également été confirmé sans herpès, je dirai que c'était comme un miracle. J'ai attendu de voir si j'aurais à nouveau des épidémies et cela fait 2 mois maintenant, je n'ai connu aucune épidémie. Merci monsieur de m'avoir sauvé la vie même si vous ne pouvez pas voir ce message, je ne cesserai jamais de témoigner de l'impact que vous avez eu dans ma vie en restaurant ma vie alors que j'étais stigmatisé et même évité par ma famille et mes amis. Je promets que je témoignerai toujours de vos bonnes œuvres. si vous avez le virus de l'herpès simplex, le VIH, le diabète, le virus du papillome humain ou des verrues génitales, contactez-le et je suis sûr que vous guérirez, contactez-le via :
    Courriel : Drwaterhivcurecentre@gmail.com
    ou Appel/WhatsApp : +2349050205019
    CE SONT LES CHOSES QUE DR WATER EST
    SPÉCIALISÉ
    . HERPÈS
    . VIH/SIDA
    . CANCER
    . VERRUES GÉNITALES
    . CALCULS RÉNAUX
    . ULCÈRE
    . HÉPATITE B&C
    . TROUBLE DU PORT-RATE
    . DIABÈTE
    . CANCER DE LA PROSTRASE
    . FIBRIODE, KYSTE
    . INFERTILITÉ [MARI OU FEMME]
  • 11/06/2022 à 16:34
    Mathias Gibbs
    alerter
    Je ne sais pas par où commencer car je suis débordé. Je n'ai jamais pensé que je serais guéri du virus VIH et des verrues génitales. Ces maladies ont affecté ma vie de nombreuses façons et j'ai tout perdu, y compris mon partenaire et mon travail, au cours de la recherche de solutions à ces maladies. Je souhaite partager avec ceux qui vivent avec le virus VIH et les verrues génitales (VPH) et ceux qui souffrent de diverses maladies de ne pas abandonner, car je n'ai jamais su que je serais un jour guéri et bien. Ma foi est revenue après avoir lu ceux qui ont été guéris, le Dr O.Water avec ses plantes médicinales. J'ai rapidement contacté ce grand docteur sur drwaterhivcurecentre@gmail.com. Il m'a donné l'espoir que je serais totalement guéri après le traitement, alors j'ai fait tout ce qu'il a demandé et il m'a envoyé ses médicaments à base de plantes avec les instructions sur la façon de les utiliser. À ma grande surprise, au cours de la troisième semaine, j'ai remarqué de grands changements dans mon système corporel et les verrues ont totalement disparu, même si je n'y croyais toujours pas jusqu'à ce qu'on m'ait confirmé que le VIH et les verrues génitales étaient absolument négatifs. S'il vous plaît, si vous vivez avec une maladie, je vous conseille d'écrire au Dr O.Water pour ses médicaments. C'est en fait un homme merveilleux et un don de Dieu, il est gentil et très simple. Son adresse e-mail est  DRWATERHIVCURECENTRE@GMAIL.COM. Son Whatsapp est le +2349050205019

Réagir à l'actualité

Pseudo :


À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +