L’Angleterre souffre (elle aussi) d’une pénurie infirmière inédite | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

02/09/2022

L’Angleterre souffre (elle aussi) d’une pénurie infirmière inédite

Le NHS anglais vient d’annoncer que près de 10 % de ses postes de soignants étaient vacants. Toutes les catégories de personnel sont touchées, à commencer par les infirmières, qui représentent plus du tiers des emplois à pourvoir.

Les difficultés de recrutement à l’hôpital ne sont pas une spécialité française. La preuve, le National Health Service (NHS) anglais, qui gère l’ensemble du système public de santé outre-Manche, a annoncé le 1er septembre que le nombre de postes vacants s’élevait pour le deuxième trimestre 2022 à 132 139, soit 9,7 % du total des postes ouverts. Les postes infirmiers sont les premiers concernés : 46 828 sont vacants, soit 11,8 % des postes ouverts. Des chiffres qui inquiètent les responsables sanitaires au plus haut point.

Ces résultats « prouvent que le NHS n’a tout simplement pas assez de personnel pour faire tout ce qu’on lui demande de faire », réagit dans le Guardian Saffron Crodery, directrice par intérim de NHS Providers, l’organisation qui regroupe l’ensemble des établissements anglais. L’augmentation par rapport au trimestre précédent constitue « un bond de presque 30 000 postes vacants », calcule Danny Mortimer, patron de NHS Employers lui aussi cité par le Guardian, soit « l’équivalent de l’ensemble du personnel d’un grand hôpital ». Il faut dire que le niveau de vacance s’établit désormais à un plafond historique : il n’était « que » de 7,9 % au trimestre précédent, et avait même atteint 5,9 % dans le courant en mars 2021.

« Endormi au volant »

Côté infirmier, on n’hésite pas à blâmer les autorités, qui n’auraient pas pris la mesure de la crise que vit la profession. Pat Cullen, secrétaire générale et directrice du Royal College of Nursing, le principal syndicat infirmier, estime dans The Independent que le gouvernement « s’est vraiment endormi au volant », refusant de voir que « des dizaines de milliers d’infirmières expérimentées sont parties l’année dernière, juste au moment où l’on ne peut pas se permettre de perdre un seul professionnel ». Elle presse donc le prochain premier ministre de réagir en accordant des hausses de salaires.

Il faut dire que la rémunération semble, d’après la presse britannique, être l’une des raisons majeures de la crise que connaît le NHS. « Je vois beaucoup de collègues partir pour faire de l’intérim, où l’on a plus de flexibilité et où l’on est payé ce qu’on vaut », témoigne Alex, infirmier de Bristol interrogé par The Independent. Celui-ci dit envisager d’émigrer en Australie ou en Nouvelle-Zélande, pays qui « paient mieux leurs infirmières et ont un meilleur équilibre vie professionnelle – vie personnelle ».

Un phénomène mondial

Le gouvernement, pourtant, ne reste pas les bras croisés. « Depuis septembre 2019, nous avons recruté 29 000 infirmières et sommes en position d’atteindre notre objectif de recruter 50 000 infirmières d’ici 2024 », affirme un porte-parole du ministère de la Santé cité par le Guardian. Celui-ci ajoute que le NHS développe un plan de long terme pour « recruter et retenir » davantage de personnel, et qu’un groupe de travail a été lancé pour « accélérer le recrutement à l’international ».

Car il faut le rappeler, l’Angleterre est extrêmement dépendante des soignants étrangers : en 2021, 34 % des nouvelles infirmières avaient été recrutées hors du Royaume-Uni ou de l’Union européenne, contre 7 % en 2015, calculait la BBC en août dernier. Un bon rappel du fait que, loin d’être un phénomène anglais, français ou européen, la pénurie infirmière est avant tout un phénomène global.

Adrien Renaud

À LIRE ÉGALEMENT

• Gries L., « Au Royaume-Uni, des postes d’infirmières ouverts à d’autres paramédicaux », sur Espaceinfirmier.fr, le 16/06/2021.

• Renaud, A., « France et États-Unis, même pénurie », L’Infirmièr.e n° 15-16, décembre 2021-janvier 2022.

Les dernières réactions

  • 06/09/2022 à 14:52
    Phyn Marcelo
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 22/09/2022 à 11:22
    Veronica Hadidh
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 22/09/2022 à 11:24
    Elina Valasquez
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :