Effectifs : l’OMS demande aux États de mieux prendre soin des soignants | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

29/09/2022

Effectifs : l’OMS demande aux États de mieux prendre soin des soignants

Une analyse des données des 53 pays de la zone Europe met en évidence l’urgence de consolider les effectifs soignants, notamment en rendant les métiers plus attractifs et en orientant mieux les décisions stratégiques.

Dans un rapport paru le 14 septembre sur les effectifs des personnels soignants en Europe, l’OMS relève de façon méthodique les difficultés qui se posent au secteur, et propose dix pistes d’actions pour rendre aux métiers du soin leur attractivité, en assurant de meilleures conditions de travail aux professionnels. « La pression sur les professionnels du soin, essentiellement des femmes, reste élevée. Le rattrapage de l’activité décalée (pendant le Covid) pèse sur les services et sur les employés, décrit en guise d’introduction Hans P. Henri Kluge, le directeur de la zone Europe de l’OMS. Cela s’ajoute à la charge classique que représente la prise en charge de populations vieillissantes, qui présentent de plus en plus fréquemment des pathologies chroniques. »

L’analyse des données remontées par les 53 États qui composent la zone Europe de l’OMS (toute l’Europe, une partie de l’Asie et la Russie) permet de mettre en évidence des situations contrastées selon les pays, mais aussi des problématiques communes. « La Région est arrivée à un tournant décisif », poursuit Hans P. Henri Kluge, appelant de ses vœux des investissements mieux ciblés vers les besoins des personnels — et des systèmes — de santé ainsi que des orientations stratégiques et politiques appropriées.

Age et inégalités de genre

Parmi les difficultés mises en lumière, l’augmentation de l’âge moyen des soignants pose une question urgente sur les besoins de recrutement. Dans treize pays — sur les 44 qui ont fourni des données sur ce thème —, plus de 40 % de la population médicale a plus de 55 ans. La France en fait partie. « Cette situation est un défi majeur à relever pour assurer la pérennité de l’offre médicale », souligne le texte. Autre point d’attention : les inégalités de genre. « Les femmes constituent la majeure partie des effectifs infirmiers dans tous les pays. (…) Une analyse des données révèle que les inégalités sociales et de genre sont souvent reproduites par les systèmes de santé », note le rapport. Les revenus des femmes dans le secteur de la santé sont en moyenne inférieurs à d’autres secteurs économiques, et les écarts de salaires entre femmes et hommes sont plus importants. « Les salaires les plus amputés concernent les femmes en âge de procréer, et il est clair que la maternité est un facteur de baisse de revenus pour les femmes qui travaillent dans le secteur de la santé. 

Dix pistes d’actions

Le texte liste encore d’autres points d’achoppement : l’insuffisance des recrutements, surtout dans certains services (long séjour, SSR, psychiatrie), les conditions de travail qui poussent les professionnels à se réorienter, l’insuffisante protection des travailleurs, une organisation trop peu efficace entre les différents métiers, des orientations managériales et politiques inadaptées aux besoins de la population et des professionnels… « Il est temps d’agir », conclut le directeur régional.

L’OMS propose 10 pistes d’actions aux États, pour consolider leurs effectifs soignants :

- mettre en cohérence la formation et les besoins des populations et des services ;

- renforcer la formation continue des professionnels de santé ;

- élargir le recours aux outils numériques ;

- développer des stratégies pour attirer et fidéliser les professionnels dans les zones rurales et éloignées ;

- créer des conditions d’exercice qui favorisent l’équilibre avec la vie privée ;

- protéger le bien-être physique et psychique des professionnels ;

- élaborer de nouvelles stratégies de management et de planification des effectifs ;

- renforcer les systèmes d’information pour avoir des données plus robustes ;

- augmenter les investissements publics dans la formation, le développement et la santé des professionnels ;

- optimiser le déploiement des budgets à travers des orientations innovantes.

Lisette Gries

https://www.who.int/europe/publications/i/item/9789289058339

À LIRE ÉGALEMENT

- Renaud, A., « L’Angleterre souffre (elle aussi) d’une pénurie infirmière inédite», sur Espaceinfirmier.fr, le 02/09/2022.

- Martin L., «13 millions d’infirmières à former face à la pénurie mondiale, sur Espaceinfirmier.fr, le 27/01/2022.

- Gries L., « Au Royaume-Uni, des postes d’infirmières ouverts à d’autres paramédicaux », sur Espaceinfirmier.fr, le 16/06/2021.

- Renaud, A., « France et États-Unis, même pénurie », L’Infirmièr.e n° 15-16, décembre 2021-janvier 2022.