Développement durable : Convergence Infirmière signe un partenariat avec le C2DS | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

21/04/2022

Développement durable : Convergence Infirmière signe un partenariat avec le C2DS

Convergence Infirmière, présidé par Ghislaine Sicre, vient de signer un partenariat avec le C2DS. Au programme, sensibiliser et informer les infirmières libérales sur les bonnes pratiques pour un système de santé durable et responsable.

« Notre objectif est de déclencher une prise de conscience chez les prescripteurs, les délivreurs et dans tout le monde de la santé, estime Ghislaine Sicre, présidente de Convergence Infirmière. Le parcours du patient ne s’arrête pas aux portes de l’hôpital. Le parcours de soins se fait dans un établissement et hors les murs. Il faut embarquer tout le monde dans cette démarche développement durable. S’il y a un travail en place sur le gaspillage en milieu hospitalier, cela doit continuer à domicile. Chacun doit être attentif à la prescription. On ne peut plus avoir trois types de pansement prescrits alors qu’un seul est utilisé. »

Partage de bonnes pratiques

Ce partenariat vient officialiser des échanges actifs depuis quelque temps déjà entre le syndicat CI et le Comité pour le développement durable en santé (C2DS). « Il n’y a pas de feuille de route établie ni de liste d’actions définies a priori, mais c’est un engagement de cœur et de convictions de part et d’autre », précise Véronique Molières, directrice du C2DS. Notre objectif est d’avoir dans le radar les professionnels de santé libéraux et de mettre en avant la continuité des démarches développement durable en santé sur un territoire. La dimension territoriale est réellement importante. On se rend compte que les actions menées par les établissements, dans une même région, sont rarement connues par chacun d’entre eux ni même parfois par l’Ademe, l’Agence régionale de santé (ARS) ou la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal). » Le C2DS a mis en place cinq Clubs métiers – médecins, pharmaciens, qualiticiens, communication, ingénieurs (en cours de construction) –, des speed datings afin que les établissements partagent leurs bonnes pratiques et depuis le mois de mars, des réunions régionales. La première s’est déroulée en mars au CHU de Montpellier et a donné la parole aux infirmières libérales par l’intermédiaire de la présidente de Convergence Infirmière. « De nombreux professionnels ont mis en place des choses intéressantes dans les établissements, notamment sur le recyclage, souligne-t-elle. Les paramédicaux doivent connaître ces actions afin de créer une synergie et de la connaissance entre les personnes. Nous avons trop longtemps travaillé en silos. Il faut sortir de cette approche. » Les prochaines réunions en Région auront lieu le 6 mai à Saint-Brieuc et le 3 juin en Auvergne-Rhône-Alpes. À chaque fois, des infirmières libérales de Convergence Infirmière pourront prendre la parole et apporter leur témoignage.

Le gaspillage en ligne de mire

Une démarche développement durable s’inscrit dans la durée et demande du temps. Dans l’immédiat, plusieurs pistes d’actions concrètes sont à l’étude par le syndicat infirmier. En ligne de mire, le gaspillage dans les soins « J’ai calculé que pour un seul patient avec un sondage évacuateur, je gaspillais 180 seringues et 300 à 400 compresses par mois, précise Ghislaine Sicre. Il faut vraiment réfléchir aux filières de recyclage qui manquent. Pendant un mois, des cabinets infirmiers volontaires vont comptabiliser et évaluer tout ce qu’ils consomment. Il faut vraiment se rendre compte des déchets récupérés chaque jour. Le but n’est pas de pointer untel ou untel, mais de sensibiliser le plus grand nombre d’infirmiers libéraux au tri et au gaspillage. Ils pourraient aussi récupérer le gaspillage non souillé. »

Des cabinets infirmiers THQSE ?

Cette action, qui devrait se dérouler avant l’été, sera couverte par le C2DS et bénéficiera ainsi d’une large communication. Pourquoi pas ensuite labelliser des cabinets infirmiers THQSE (Très haute qualité sociale et environnementale) ou former des infirmières libérales aux enjeux environnementaux. Tout est à construire en s’appuyant sur le local. « Je crois beaucoup aux liens sur un territoire et aux échanges avec les maires des communes, ajoute la présidente de Convergence Infirmière. À terme, nous pourrions même avoir des infirmières formées au développement durable qui seraient des vecteurs de sensibilisation sur leur zone géographique de travail. »

Isabel Soubelet

À LIRE ÉGALEMENT

- Martin L., « Un soin d’hygiène scruté sous tous les angles », L’Infirmièr. e n° 18, mars 2022.

- Soubelet I., « Ces établissements qui se mettent au vert », L’Infirmièr. e n° 15-16, décembre 2021-janvier 2022.

- Soubelet I., « Véronique Molières : “Notre but est de mettre en avant des initiatives duplicables en matière de décarbonation” », Espaceinfirmier.fr, le 15/11/2021.

- Soubelet I., « C2DS : top départ à la Convention hospitalière pour le climat », Espaceinfirmier.fr, le 29/04/2021.

- Martin L, « L’écoresponsabilité du cabinet pas à pas », L’Infirmièr. e n° 13, octobre 2021.

Les dernières réactions

  • 17/05/2022 à 20:47
    Henriette Amunazo
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.