Des patients âgés mieux suivis grâce à un protocole de coopération médecin/infirmière de ville | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

03/11/2022

Des patients âgés mieux suivis grâce à un protocole de coopération médecin/infirmière de ville

Un nouveau protocole de coopération paru au Journal officiel du 27 octobre 2022 permet aux infirmières de prendre en charge à domicile, y compris en Ehpad, des patients âgés ou en situation de handicap en difficulté pour se déplacer chez leur médecin. Dépistage, renouvellement ou adaptation de traitements…, elles pourront réaliser de nombreux actes par délégation du médecin traitant.

Intitulé « Coopération entre médecins et infirmiers pour la prise en charge à domicile des patients âgés ou en situation de handicap et en difficultés pour se déplacer aux cabinets des médecins » , ce nouveau protocole applicable sur le territoire national s’inscrit dans le cadre de la mesure 28.5 du Ségur de la santé : « renforcer les interventions des professionnels libéraux sur les lieux de vie des personnes âgées ». Les modalités devraient être accessibles très prochainement sur le site du ministère de la Santé et de la Prévention. Il fait suite à un avis de la Haute autorité de santé (HAS) adopté le 19 mai dernier. En voici les contours.

Le public cible

Le dispositif vise les patients de plus de 65 ans et les patients majeurs présentant toute forme de handicap reconnu par les maisons départementales pour les personnes handicapées (MDPH). Il exclut ceux souffrant de pathologies psychiatriques non stabilisées, et pour lesquels le médecin s’est déplacé au domicile au moins à 3 reprises au cours de l’année précédente et/ou ayant un score modifié < 1 pour les déplacements sur l’échelle IADL (Instrumental activities of daily living) sélectionnés selon des critères d’inclusion définis.

Les actes délégués

Le document détermine les actes que le médecin traitant délègue à l’infirmière :

- une consultation mensuelle de suivi ;

- une intervention en réponse à un appel du patient en cas d'événement intercurrent au domicile du patient.

Au cours de cette intervention, l'infirmière est susceptible de réaliser « des dérogations » listées dans le protocole : la prévention de la déshydratation par adaptation des traitements par diurétiques et antihypertenseurs en cas de forte chaleur, l’identification du risque de chute et prescription de mesures urgentes, le diagnostic de la dénutrition et la mise en place d’actions de correction en lien avec le médecin délégant ; le renouvellement et l’adaptation de certains produits ou DM prescrits par le délégant tels que des antalgiques de niveau 1, les laxatifs, les dispositifs de compression veineuse force 2, des topiques antifongiques ; le renouvellement des collyres prescrits par le délégant ou un autre médecin pour une pathologie oculaire chronique ; l’initiation et l’adaptation de collyres en cas d’irritation oculaire ou de conjonctivite due à une affection virale ou bactérienne ; l’adaptation des diurétiques en cas de décompensation modérée chez des patients traités pour insuffisance cardiaque, en anticipation de l’intervention du médecin délégant ; l’adaptation des AVK en fonction de l’INR et des pathologies du patient.

Le suivi centré sur le patient ainsi organisé concerne également les interventions en Ehpad. Enfin, délégant et délégué doivent exercer dans une structure de soins coordonnés.

La rédaction d’espaceinfirmier.fr

À LIRE ÉGALEMENT

Machard P., "Insuffisance cardiaque : l’Assurance maladie appelle à la mobilisation", sur espaceinfirmier le 22 septembre 2022