06/09/2016

Libérée, délivrée, je ne te piquerai plus jamais

Étudiant en Ifsi, Tété raconte avec gouaille son quotidien de «s uper-héros à temps partiel » sur son blog. C’est l’invité du mois de L’Infirmière magazine.

Yo les gros (oui, je suis Lorrain) ! Me revoilà pour une presque analyse de pratique professionnelle (APP). L’action se situe dans le service palliatif où j’ai effectué une partie de mon dernier stage. Cette presque APP porte sur un refus de soin de la part d’une patiente. Ce service a une patientèle très variée : des petits, des grands, des vieux, des jeunes, des drôles, des tristes.

Un jour, au cours du tour des glycémies (ce moment où toi, comme les patients, commencez à vous demander ce que vous allez manger), je toque, puis entre dans la chambre de Madame L. La patiente a un cancer multi-métastasé ; son pronostic vital est engagé ++. Madame L. est diabétique insulino-dépendante, mais c’est le cadet de ses soucis : elle a un protocole Novorapid adapté à ses glycémies (très stable lors de ses deux semaines d’hospitalisation). Mais lorsque j’arrive, Madame L. refuse catégoriquement le dextro : « Ne m’embêtez pas avec ça » (je pense qu’elle a retenu le « p’tit con » qui aurait bien ponctué sa phrase).

Je suis reparti en moonwalk en discuter avec les collègues. Puis je suis retourné voir la patiente pour lui expliquer ce qui allait se passer : les risques, les trucs et bidules à surveiller… Cette situation a fait appel à mes cours précédents : déontologie, santé publique, tout ça. Alors votre jeune future (peut-être) blouse blanche s’est posé plusieurs questions : ai-je eu une réaction adaptée ? aurais-je dû être plus insistant ? quel est l’avis du médecin ? comment œuvrer au «b ien mourir "? qu’est-ce que je vais manger ce midi ? Je me suis aussi documenté sur le refus de soins (chapeau !).

A posteriori, je trouve mon comportement adapté aux débats actuels sur la fin de vie. La prise en charge palliative doit être centrée sur le confort des patients. Après tout, je pense que ça ne dérange personne qu’elle mange des tonnes de chocolat, tant qu’elle passe ses derniers moments avec nous dans les meilleurs sentiments possibles. La patiente est orientée et une fois tout le bordel expliqué, elle est restée sur son choix. Le médecin ne trouvant pas cette doléance déraisonnable, le bénéfice/risque justifiant un arrêt du traitement, on l’a laissée tranquille. Je n’ai pas vu l’intérêt d’insister. Je pense que parfois, à vouloir soigner, on oublie de prendre soin.

Ce jour-là, j’ai mangé des gâteaux secs, parce qu’une fois de plus, j’avais oublié ma gamelle à la maison. Lovenox & macrogol <3.

Les dernières réactions

  • 11/07/2017 à 04:18
    Cecile66
    alerter
    Bonjour
    Je me pose une question concernant les prises de dextro chez des patients porteurs d une fav d un cote et perfuses avec un pse d insuline de l autre. Sachant que du cote perfuse le resultat du dextro peut etre fosse, mais sachant egalement que le

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...