09/01/2015

Le côté obscur des blouses blanches

IDE en région parisienne, Aurélien a choisi la seringue, « son arme de prédilection », pour emblème. Son blog, www.seringue.net, est un savant mélange d’actualités et de récits personnels. C’est l’invité du mois de L’Infirmière magazine.

Nous sommes légion, tout en blanc, servant de petites mains pour les grands docteurs qui inscrivent leurs ordres sur des prescriptions qu’il faudra déchiffrer et expliquer aux patients. Lors de mes cinq premières années d’exercice infirmier, j’ai connu deux aspects du métier : le côté soignant, accompagnant le patient dans sa longue sortie de l’enfer de la maladie; puis le côté obscur, celui du faisant fonction de cadre de santé de deux unités. Après tout, avant d’entrer à l’Ifsi, j’avais bien commencé en tant qu’ASH à mes 18 ans, passant même au standard, pour ensuite travailler quatre ans de nuit en tant qu’agent incendie. Au sein du même hôpital, j’ai avancé échelon par échelon.

Mais pourquoi changer de cap et endosser le rôle du contrôleur, de celui qui dicte la vie de chacun en les tenant grâce aux plannings, qui dit «oui » ou « non », dont on dira que « c’est forcément de sa faute » quand une nouveauté sera mise en place, qu’on regardera d’un mauvais oeil quand il criera trop fort? Je suis infirmier mais je suis touche-à-tout. J’aime l’encadrement, le travail bien fait et les nouveaux défis, alors j’ai accepté ce poste. Curieux de savoir ce que peut bien faire un cadre dans son bureau, de comprendre pourquoi on ne le voyait jamais dans le service ou trop souvent avec une tasse de café à la main.

J’ai découvert pourquoi on pouvait dire non à des équipes : parce qu’il est difficile de trouver des intérimaires, parce qu’il faut inscrire sa demande d’équipement sur le plan de l’année suivante, parce que tout le monde ne peut pas poser la même semaine de congé. J’ai compris pourquoi on était souvent derrière eux. La pression vient encore de plus haut et ce sont bien les cadres qui doivent tout gérer pour que ça aille au mieux dans un service.

Ah! J’ai assisté à des réunions longues et interminables, à des groupes de travail, à des comités divers et variés. Je me suis pris la tête avec du personnel et j’ai sûrement pris la leur en retour. Mais cela m’a fait prendre conscience d’une autre réalité en dehors du soin, ce qui me servira certainement pour la suite… Car je n’ai pas continué. Cela a duré dix-huit mois. Je préfère retourner au plus près du soin. Le contact avec les patients, les prises en charge, le relationnel et les soins techniques me manquent. C’est pourquoi je remets ma blouse blanche, mon sparadrap, mes ciseaux et ma pince Kocher dans ma poche et je rejoins le premier maillon de la chaîne à l’hôpital : le service des urgences.

Les dernières réactions

  • 25/01/2015 à 15:39
    Cat93
    alerter
    Comme je comprend !
    J'ai tenu 5 ans ! 3 échecs au concours d'entrée à l'école des cadres !
    Jusqu'au burn out ! Je n'ai pas pu franchir les portes de l'hôpital un matin !
    On subit la pression de la direction, des médecins qui demandent du personnel pour

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...