Coût de la rentrée universitaire 2022 : une hausse historique | Espace Infirmier
 
Titre de l'image

22/08/2022

Coût de la rentrée universitaire 2022 : une hausse historique

Inflation record et crise sanitaire ont un impact inégalé sur le coût de la rentrée universitaire, en hausse de 7,38 %. Les étudiants en soins infirmiers, compte tenu des spécificités de la filière, sont encore et toujours pénalisés par rapport aux autres étudiants, selon l’analyse de la Fnesi.

Comme chaque année, la Fage (Fédération des associations générales étudiantes) et la Fnesi (Fédération nationale des étudiant.e.s en sciences infirmières) publient leurs estimations des coûts de la rentrée scolaire étudiante. Et en 2022, sous l’effet conjugué d’une inflation élevée et de la crise sanitaire, ils s’envolent. En moyenne, un étudiant devra débourser 2 527 €, soit une augmentation de 7,38 % par rapport à 2021, selon l’indicateur de la Fage, sa plus forte hausse depuis sa création, en 2003. Pour rappel, cet indicateur représente « le coût moyen de la rentrée pour un étudiant de 20 ans en licence à l’université, sans double inscription, non boursier et ne vivant plus chez ses parents ».

La Fage distingue deux types de frais :

- les frais spécifiques de rentrée en hausse de 13,04 %, soit un coût moyen de 1 307,20 €. Ce sont les frais de complémentaire santé qui connaissent la plus forte augmentation (+32,21 %) suivis des frais de matériel pédagogique (+15,82 %), des assurances des logements (+11,8 %). Le montant de la contribution vie étudiante et de campus (CVEC) n’y échappe pas après deux ans sans augmentation, passant à 95 € (3,26 % de hausse)

- les frais de la vie courante affectés par la hausse des biens de consommation (+6 %) atteindront en moyenne 1 219,82 €, soit 1,92 % de plus que l’année précédente.

Au total, un étudiant déboursera en moyenne 2 733,25 € lors de sa rentrée s’il étudie en Île-de-France et 2 453,17 € dans les autres régions.

Les étudiants en soins infirmiers pénalisés

Des moyennes qui cachent des disparités selon les filières. Qu’en est-il des étudiants en sciences infirmières (ESI) ? Selon la Fnesi qui a également dévoilé son indicateur – construit à partir de celui de la Fage en l’ajustant selon les spécificités de la filière –, les inégalités sont toujours criantes entre les ESI et les autres étudiants de l’enseignement supérieur. Exemple : en formation initiale, les frais de rentrée s’élèveraient à 2 674 €, incluant 383 € de frais spécifiques. Soit un indicateur en hausse de 3,97 % par rapport à celui de 2021 (2 508,22 € et 221,36 € respectivement).

Ces frais spécifiques pèsent également sur les finances des étudiants des différents cursus, notamment en raison des frais liés aux concours :

- pour les étudiants infirmiers en puériculture : 2 630 €, avec 339 € de frais spécifiques ;
- pour les étudiants infirmiers anesthésistes : 2 707 €, pour des frais spécifiques de 343 € ;
- pour les étudiants infirmiers en bloc opératoire : 2 778 € (414 € de dépenses spécifiques) en comptant le concours. Si la réforme du diplôme d’Ibode est bien appliquée à la rentrée universitaire 2022, le coût s’élèvera alors à 2 586 €, dont 222 € de coûts spécifiques ;
- pour les étudiants infirmiers en pratiques avancées : 2 506 € (dont 142 € de frais spécifiques).

S’ils majorent la note, les frais spécifiques évoluent peu, restent même stables pour certains – cas des frais pédagogiques (achat d’un portfolio, d’un référentiel de formation…), d’achat de chaussures et de livres –, ou diminuent. Ainsi, les tenues passent de 81 à 70 € (-13,9 %). Une baisse qui trouve son explication dans une instruction de décembre 2020, imposant aux lieux de stage de les fournir. Un texte de portée limitée puisque cette obligation ne concerne que les établissements hospitaliers. L’achat de la tenue, coûteux (autour de 100 €), reste obligatoire pour certains travaux pratiques dans plus d’une soixantaine d’Ifsi, déplore la Fnesi.

Des frais illégaux encore pratiqués

Au chapitre des frais de rentrée, dans son dossier de presse, la Fnesi revient sur un de ses chevaux de bataille : l’application de frais considérés comme illégaux depuis la publication d’un arrêté du 23 janvier 2020, que s’obstinent à pratiquer certains Ifsi. Et de citer la région Normandie où 14 établissements sur 18 demandent 31 € de frais complémentaires, la Bourgogne-Franche Comté, 36 €. Il peut s’agir de frais de livres, tenues, entretien du wifi dans l’établissement de formation, de photocopies, etc. réclamés sans réelle justification et de surcroît non clairement identifiés sur ParcourSup. L’organisation rappelle que « les frais d’inscription classiques, la CVEC (95 €) et les frais universitaires (170 €) sont les seuls frais légaux demandés aux ESI ».

Des ESI éloignés des campus universitaires

La courbe des coûts associés à la vie courante est tout autre comme le montre l’indicateur de la Fage (voir plus haut), et les étudiants en sciences infirmières sont particulièrement concernés. La hausse du prix des carburants se fait durement sentir pour les ESI en stage (73 € environ par mois pour un étudiant en soins infirmiers en stage, selon l’indicateur de la Fnesi).

Remise à la pompe, augmentation des Aides personnalisées au logement (ou APL) à hauteur de 3,5 %, revalorisation des bourses de 4 % sur critères sociaux… pour la Fnesi les mesures annoncées par le gouvernement restent insuffisantes. Cela d’autant plus qu’en raison de leur éloignement géographique des services proposés par les campus universitaires, les ESI restent défavorisés pour y accéder. « Concernant les repas à 1,28 €, beaucoup d’étudiant·e·s en sciences infirmières ne pourront bénéficier de cette aide », pointe la Fnesi, dénonçant une intégration universitaire trop lente et timide qui dure depuis déjà plus de 10 ans…

Hélène Trappo

À LIRE AUSSI

- De Vaumas E., « Intégration universitaire : la Fnesi toujours aussi mobilisée », sur espaceinfirmier.fr, 07/10/2021

- Renaud. A, « Le coût de la rentrée baisse pour les étudiants infirmiers, mais… », sur espaceinfirmier.fr, 19/08/2021

- Mignot S., « Rentrée des étudiants infirmiers : une note toujours salée », sur espaceinfirmier.fr, 27 août 2018.

Les dernières réactions

  • 25/08/2022 à 18:15
    Margotte
    alerter
    Le montant de 100€ pour une tenue est très surestimé puisque pour 40€ on peut trouver un ensemble tunique pantalon neuf
    Du coup je m’interroge pour tous les montants ??
  • 27/08/2022 à 10:24
    Juan Emiliano
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 27/08/2022 à 10:24
    Viviane Mangwenya
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 22/09/2022 à 11:26
    Elina Valasquez
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 22/09/2022 à 11:28
    Karen Trento
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.