Titre de l'image

31/03/2021

Cannabis thérapeutique : l’expérimentation sur les rails

Le ministre de la Santé Olivier Véran a lancé, le 26 mars, l’expérimentation de l’usage
du cannabis thérapeutique. 3 000 patients devraient être inclus et suivis au sein de
215 établissements de santé.

La première prescription de cannabis thérapeutique a eu lieu le 26 mars par le Pr Nicolas Authier, qui avait présidé le comité scientifique temporaire en charge d'évaluer la pertinence et la faisabilité de la mise à disposition du cannabis thérapeutique en France. L’expérimentation, lancée ce même jour après avoir été repoussée en raison de la crise sanitaire, vise à recueillir les premières données françaises sur l’efficacité et la sécurité du cannabis à des fins thérapeutiques, ainsi qu’à préparer les circuits de sa mise à disposition. 

Un traitement personnalisé  

L’expérimentation prévoit une personnalisation du traitement pour chaque patient, avec un ajustement des doses des deux principes actifs, le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), jusqu'à obtenir l'effet thérapeutique sans effet indésirable. Jusqu'à 3 000 patients maximum vont être inclus dans l'expérimentation, pour cinq types d’indications : douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies accessibles, certaines formes d'épilepsie pharmacorésistantes, certains symptômes rebelles en oncologie liés au cancer ou au traitement anticancéreux, certaines situations palliatives et la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques (SEP) ou des autres pathologies du système nerveux central.

La Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD) a participé au groupe de travail de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour la mise en œuvre de cette expérimentation, qu’elle soutient sans pour autant prendre position sur la prescription du cannabis thérapeutique. « Nous gardons un point de vue neutre sur le sujet dans l’attente de l’analyse des données récoltées lors de l’expérimentation », fait savoir Karine Constans, membre du conseil d’administration de la SFETD, et coresponsable de la commission professionnelle infirmière. La SFETD travaille en parallèle à la mise en ligne, sur son site Internet, d’un onglet spécifique permettant un accès aux données déjà publiées dans le domaine pour que tout un chacun puisse se faire un avis éclairé sur la question.

Informer les infirmières

Traités pour une durée maximale de 24 mois, les patients vont être inclus par 215 structures de référence, principalement des établissements de santé, sélectionnées par l’ANSM. Ils seront identifiés soit par ces centres de référence, soit orientés vers ces structures par leur médecin traitant après la vérification des critères d’inclusion. Les médecins et pharmaciens impliqués dans le projet ont déjà suivi une formation. Ils sont environ 150 et d'autres se sont enregistrés. « Même si elles n’ont pas un rôle actif dans l’expérimentation, il pourrait être intéressant d’informer les infirmières sur l’expérimentation ainsi que les psychologues amenés à rencontrer ces patients, soutient Karine Constans. Cela pourrait prendre la forme d’un webinaire. »

La sélection et la sécurisation des produits

Les produits prescrits sont mis à disposition gracieusement pendant deux ans par les fournisseurs. Le cannabis sera proposé en première intention par voie orale, sous forme d'huile, et en cas d'accès paroxystique, sous forme de fleurs séchées par inhalation avec un vaporisateur. La sécurisation des médicaments a été notamment assurée par la sélection des producteurs selon un cahier des charges précis et des distributeurs en France, qui sont des laboratoires pharmaceutiques.

Le registre national électronique, validé par la Cnil et mis en place par l'ANSM, permet d'assurer le suivi de l'expérimentation, des patients, ainsi que la sécurisation du circuit des produits distribués, la pharmacovigilance et l'addictovigilance. Les données enregistrées serviront à une évaluation du rapport bénéfice/risque du cannabis dans les différentes indications choisies et apporteront aussi des précisions, notamment sur les risques d'interactions médicamenteuses dont certaines sont connues avec des spécialités pharmaceutiques à base de cannabis.

Laure Martin

Les dernières réactions

  • 01/04/2021 à 14:16
    Jacques
    alerter
    Bonjour
    Ce test concernant l utilisation du cannabis doit il être propose par le neurologue ou le patient doit il en faire la demande ?
    Merci
  • 01/04/2021 à 20:08
    Djamila
    alerter
    Bonjour je souhaiterais connaître les modalités pour participer à l'essaie thérapeutique. Merci de votre retour.
  • 01/04/2021 à 20:09
    Djamila
    alerter
    Bonjour je souhaiterais connaître les modalités pour participer à l'essaie thérapeutique entant que patient .
    Merci de votre retour.
  • 01/04/2021 à 20:54
    P.
    alerter
    J'ai connaissance d'un lieu de soins spécifiques à des troubles somatiques et psychologiques où les patients sont à l'occasion calmés et soulagés par le MEOPA. Je pense que l'usage thérapeutique du cannabis aurait pu y trouver une place pour une expérimentation.
  • 08/04/2021 à 13:04
    Djalil
    alerter
    L’etat Reprend le monopole
    Mauvais pour le business
  • 13/04/2021 à 21:12
    Marie
    alerter
    Mon fils étant atteint d une dystonie âge de21 ans dit généralise car ça touche plusieurs menbre le canabis il y a que sa que ça qui le soulage il m aimerait pouvoir avoir axé à cette thérapie Marie merci de votre réponse

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +