16/01/2020

Accès aux soins : l’Igas pointe le faible recours à l’interprétariat professionnel

La possibilité de recourir à un interprète professionnel est une condition sine qua non de l’accès aux soins et à une prise en charge de qualité. Or, selon un rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales), publié le 14 janvier, le recours à l’interprétariat professionnel doit être mieux cadré. La prise en compte des difficultés linguistiques – qui concernent potentiellement 800 000 étrangers parlant pas ou peu le français  est généralement bien organisée, via notamment des structures associatives, mais, constate l’Igas, le recours à des interprètes professionnels est minoritaire. C’est pourtant une recommandation de la Haute autorité de santé (HAS).

En comparaison avec d’autres pays, la France est clairement en retrait en la matière, « tant du point de vue du droit (certains pays affirmant un droit à l’interprétariat attaché au patient) que de la pratique », note le rapport. « À population étrangère comparable, le niveau des dépenses en France devrait se situer aux environs de 30 M€ selon les standards anglais ou suisse, voire 300 M€ sur la base des pratiques suédoise contre 6 M€ actuellement ».

Se référant à des structures exemplaires en la matière, comme les CHU de Toulouse et de Strasbourg, le rapport insiste sur la nécessité d’un système « connu et lisible et sa justification affirmée ». En milieu hospitalier, « la mise en place d’une fonction de coordination de l’interprétariat, telle qu’elle existe au CHU de Toulouse apparaît comme une bonne pratique permettant tout à la fois de sensibiliser et de former les professionnels de santé au bon usage de l’interprétariat, d’organiser le recours (procédures de recours, appels d’offres de prestataires, contrôle qualité du service fait…), y compris en gérant avec rigueur les listes de volontaires internes à l’établissement (mises à jour, vérification de leurs compétences linguistiques, organisation de formations) ».

L’Igas propose de faire entrer l’effectivité et la qualité de l’organisation du recours à l’interprétariat professionnel dans le référentiel de certification de la HAS. Sur le volet pratique et économique, les auteurs du rapport suggèrent que l’interprétariat à distance soit la base du système, disponible sur le territoire et à tout moment. L’accès à l’interprétariat présentiel devrait être rendu possible dans les situations où il est le plus opportun (annonce de diagnostic grave, consultations de santé mentale).


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...