Titre de l'image

26/04/2021

Bretagne : les officines testent un nouveau parcours patient

Dans le cadre du projet OSyS, une cinquantaine de pharmacies d’officine bretonnes participent à une expérimentation « article 51 » sur un parcours de soins innovant. Objectif ? Favoriser l’accès aux soins des patients dans les zones en désertification médicale.

L’expérimentation OSyS (Orientation dans le système de soins) consiste à confier aux pharmaciens d’officine une mission d’orientation des patients afin d’améliorer leur prise en charge dans les zones où l’accès aux soins primaires est difficile. C’est l’association Pharma système qualité (PHSQ) qui a répondu à un appel à projet de l’Agence régionale de santé (ARS) Bretagne pour apporter une réponse à la désertification médicale qui sévit sur le territoire.

Soutenu par les Unions régionales des professionnels de santé (URPS) médecins et pharmaciens libéraux de Bretagne, ainsi que par l’Ordre régional des pharmaciens, ce projet transversal a obtenu l’avis favorable du Comité technique de l’innovation en santé (CTIS) en février 2021 pour une expérimentation de deux ans. Les officines volontaires sont réparties dans neuf zones où la population est confrontée à une sous-densité médicale entraînant un accès difficile aux soins médicaux, un recours inadapté aux urgences déjà saturées et parfois une automédication inappropriée voire risquée.

Pour une fluidification du parcours patient

« Dans notre expérimentation, le pharmacien d’officine est placé en tête de pont de l’orientation des patients dans leur parcours », indique Martine Costedoat, pharmacienne de formation, directrice générale de l’association PHSQ. Et d’expliquer : « Les pharmacies d’officine ont l’avantage d’offrir un maillage territorial complet sur l’ensemble du territoire. Leur amplitude horaire est également avantageuse tout comme leur accessibilité sans rendez-vous. » L’accès aux soins est donc facilité, d’autant plus que les pharmaciens ont une mission d’orientation et de premier recours.

Avec cette expérimentation, l’objectif est d’encourager les patients à se rendre au sein des officines en première intention pour une orientation optimale et une fluidification de la prise de rendez-vous chez le médecin, pour ce qui concerne treize symptômes (diarrhées, constipation, vulvo-vaginite, rhinite, cystite, angine, pharyngite, brûlure ou encore petites plaies). Le pharmacien va ainsi orienter le patient vers l’espace de confidentialité de l’officine afin d’effectuer un premier triage en s’appuyant sur un arbre décisionnel. Cet outil va le guider sur le parcours patient à proposer en fonction de la situation : un conseil pharmaceutique, une orientation vers un médecin pour une consultation physique ou une téléconsultation, une orientation vers les urgences. Avant le lancement de l’expérimentation, les pharmaciens devront suivre une formation sur les points d’alerte afin d’organiser et sécuriser cette orientation.

Lancement sur la côte et les îles bretonnes

Le pharmacien, qui va assurer la traçabilité de l’échange et envoyer, avec l’accord du patient, un compte rendu au médecin traitant, va être indemnisé pour le temps passé, soit 15 euros pour environ 15 minutes. « Notre expérimentation est importante car aujourd’hui les capacités de réponse rapide aux petits risques ne sont pas totalement assurées dans tous les territoires », indique Martine Costedoat. L’expérimentation devrait se déployer courant juin, d’abord dans les zones côtières et sur les îles bretonnes, à la demande de l’ARS, en raison d’un problème d’accès aux soins accru.

Laure Martin

Les dernières réactions

  • 29/04/2021 à 18:23
    chienchien
    alerter
    Pourquoi demander aux pharmaciens de faire ce qui à mon sens est le travail d'un ou d'une infirmière qui sait observer et décrire les symptômes et faire un compte rendu à un médecin.
    Il y a surement des modalités à trouver pour éviter que les pharmaciens prennent notre travail. Pourquoi pas des infirmiers d'état mandaté par l'ars, avec des heures de visites dans les zones en sous densité médicale. Voila un travail pour les infirmiers et infirmières de pratique avancée; Que les pharmaciens s'occupent des médicaments et nous des patients et de leurs symptomes
  • 29/04/2021 à 20:07
    Yann
    alerter
    Tout à fait d'accord. Les pharmaciens voient de plus en plus leurs compétences élargies à nos dépends. Et nous, toujours les mains liées pour poursuivre des soins de pansements, par exemple, parce que prescription du medecin pour 10 jour.....Pas possible de prescrire du sérum physiologique car produit dangereux !!!????
  • 30/04/2021 à 07:25
    DROL21
    alerter
    Les pharmaciens comblent le vide laissé par les médecins et les infirmiers pour une amélioration de la prise en charge. La question pour les Infirmières est pourquoi les 600 000 IDE n'ont elles pas imposées leur présence dans le premiers recours via les IPA, les articles 51 ou mieux la future refonte du décret.
    En fédérant tous les IDE l'ordre est en capacité de changer le rapport de force est d'imposer un leadership infirmier dans la santé. Il ne lui reste qu'à en avoir la volonté.c'est ce que fait très bien l'ordre des pharmaciens.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...