28/10/2020

Maxime Lebigot, l’infirmier en croisade contre les déserts médicaux

Infirmier et responsable syndical au CH de Laval en Mayenne, Maxime Lebigot a fondé en 2016 l’Association de citoyens contre les déserts médicaux (ACCDM). Il se prépare à attaquer l’État en justice pour faire respecter le principe d’équité dans l’accès aux soins.

Espace infirmier : Comment avez-vous fondé l’ACCDM ?

Maxime Lebigot : En mars 2016, avec ma femme, qui est aussi infirmière, nous avons eu un premier fils. Fin juin 2016, notre médecin traitant de Laval, qui est parti à la retraite sans repreneur, a dû interrompre le suivi et les vaccins de notre fils. Il nous a donné notre dossier et nous a souhaité bonne chance. Nous avons appelé tous les médecins de l’agglomération, et tous nous ont dit de rappeler à la fin de l’été parce qu’ils ne prenaient plus de nouveaux patients. Mais quand nous avons rappelé au mois de septembre, ils nous ont dit qu’il n’y avait toujours pas de place, et que nous devions appeler l’Agence régionale de santé (ARS), car c’était leur faute.

Et que vous a dit l’ARS ?

Que la seule chose qu’ils pouvaient nous proposer pour faire les vaccins et assurer le suivi de notre fils, c’était d’aller aux urgences pédiatriques ! Il était hors de question qu’on aille embêter nos collègues des urgences pour de la vaccination. J’ai donc posté un message sur Twitter qui a eu un certain écho et qui a été relayé par Le Courrier de la Mayenne. C’était en septembre 2016, et en novembre, l’ACCDM tenait son assemblée générale constitutive.

Quelle est l’activité de cette association ?

C’est une activité de lobbying citoyen : nous participons aux conseils territoriaux de santé en tant que représentants des usagers, nous avons été auditionnés à l’Assemblée nationale dans le cadre de propositions de loi visant à réguler l’installation des médecins…

Et vous vous apprêtez à attaquer l’État en justice au sujet des déserts médicaux. Pourquoi choisir la voie judiciaire plutôt que la voie législative ?

On voit bien que les propositions de lois sur la liberté d’installation des médecins sont retoquées à l’Assemblée, notamment à la commission des affaires sociales qui, soit dit en passant, est composée de 19 % de médecins. Or, le préambule de la Constitution stipule que l’État garantit à chaque citoyen l’accès aux soins de façon équitable. Nous avons contacté Corinne Lepage, qui est avocate et ancienne ministre. Elle nous a dit qu’il y avait peut-être une faille à exploiter de ce côté-là, et a accepté de défendre le dossier.

Comment allez-vous procéder ?

Nous sommes en train de récolter des fonds, car cette procédure a un coût. Puis, à la fin de l’année, nous introduirons un recours gracieux, avant d’aller plus loin, par exemple devant le tribunal administratif.

Comment l’infirmier que vous êtes se positionne-t-il sur cette question des déserts ?

Je trouve qu’il y a deux poids, deux mesures. Quand un infirmier s’installe en libéral, il y a une régulation, et c’est bénéfique : cela permet une meilleure répartition. Pourquoi ne pas aussi réguler aussi l’installation des médecins ?

Propos recueillis par Adrien Renaud

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...