21/10/2020

« Il faut tirer le corps infirmier vers le haut »

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a rendu public, le 13 octobre, son avis portant sur « l’hôpital au service du droit à la santé ». Une réflexion présentée dans un contexte de crise sanitaire, mais déjà amorcée avant le Covid-19, au sein de laquelle une montée en compétence et un rôle plus prégnant des infirmières sont encouragés. Alain Dru, co-rapporteur de l’avis, nous éclaire sur la réflexion du Cese.

Espace infirmier : Votre avis accorde une plus grande place au rôle infirmier dans le système de santé. Comment votre réflexion et vos préconisations ont-elles été élaborées ?

Alain Dru: Notre logique a été construite à plusieurs niveaux. Tout d’abord, d’un point de vue démographique car le déficit de médecins ou du moins, la mauvaise répartition des praticiens sur le territoire, va continuer à s’accentuer. Comme il faut dix ans pour former des médecins, nous avons réfléchi aux métiers qui pourraient prendre une place plus importante dans le système de santé, en envisageant une évolution du statut pour ainsi palier le manque de praticiens. Nous avons pensé aux infirmières car en trois ans, voire en cinq ans pour les infirmières en pratique avancée (IPA), elles peuvent être formées et opérationnelles sur le terrain, soit en moitié moins de temps que les médecins. Il y a aussi tout intérêt à envisager le soin infirmier sous un autre jour que celui d’aujourd’hui, notamment en offrant des perspectives de carrière plus intéressantes afin que les infirmières aient de nouveau l’envie d’exercer à l’hôpital. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous sommes favorables à la mise en place d’une Validation des acquis de l’expérience (VAE) pour les IDE qui souhaitent devenir IPA. Car actuellement, pour qu’une infirmière salariée suive le master en pratiques avancées, l’hôpital doit se priver de sa présence au sein d’un service pendant deux ans, une démarche difficile en cette période de déficit de personnel. La VAE permettrait d’éviter des blocages.

Qu’en est-il de l’exercice en ville ?

Nos travaux nous ont permis de constater que la jeune génération de soignants est demandeuse d’un exercice partagé au sein des Maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) ou des centres de santé. L’un des moyens de développer la prise en charge sur le terrain est d’offrir cette perspective de travail en collaboration avec d’autres professionnels de santé. Nous savons par ailleurs que le nombre de personnes âgées va augmenter dans les années à venir, avec une hausse des soins à domicile ou en Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les gériatres nous ont affirmé que les infirmières sont la force de frappe sur laquelle il faut miser. Il faut donc insister sur cette perspective d’exercice pluriprofessionnel pour encourager à l’installation en ville.

Ces actions sur les infirmières pourraient avoir un impact sur les autres professions…

En effet. Cela nous paraît d’autant plus emblématique que numériquement, il s’agit de la profession soignante la plus nombreuse. De fait, si nous parvenons à tirer vers le haut le corps infirmier au niveau de la formation et des spécialités, cela va permettre de confier certains actes à d’autres professions comme les techniciens de laboratoire ou les aides-soignants. Avec notre avis, nous validons des propositions qui nous paraissent être une évidence car de toute façon, nous allons nous heurter à la réalité de la désertification médicale. Il faut donc nous y préparer maintenant afin de mettre en place des habitudes de travail et éviter des pertes de chance pour les patients, plutôt que d’agir en catastrophe.

Propos recueillis par Laure Martin

Les dernières réactions

  • 22/10/2020 à 07:36
    alerte
    alerter
    c'est grave de constater que l'on va tirer par le bas parceque l'on ne forme pas suffisamment de médecin
    mettre la formation IPA en VAE serait un scandale
    cela va devenir angoissant de se faire soigner
  • 22/10/2020 à 08:30
    valérie
    alerter
    Certes, c'est peut-être compliqué pour un établissement d'envoyer une IDE se former en pratique avancée pendant 2 années mais comment peut-on envisager de former l'IDE aux compétences de l'IPA sans lui accorder le temps nécessaire aux apprentissages et acquisitions nécessaires à cette nouvelle fonction.
    La question ne se poserait pas pour les médecins.
    Prenons l'exemple d'autres évolutions de la profession : les IADE, IBODE, puericultrices, cadre de santé ...la question ne se pose pas: on valide un diplôme après une formation spécifique à temps plein. Attention aux faux cadeaux comme celui d'un diplôme au rabais pour combler un retard, un manque d'anticipation de la part des différentes politiques de la santé mais aussi le choix de faire des économies sur le dos des soignants.
  • 22/10/2020 à 11:10
    Lyes We Can
    alerter
    Rarement lu un tel tissu de bêtises et d'ignorance crasse sur la profession infirmière et le master IPA...
    L'idiotie de ces propositions de VAE n'a d'égal que la méconnaissance du terrain et de la formation universitaire de pratique avancée.

    Vous pouvez aussi à titre de comparaison valider certains AS en tant qu'IDE par mimétisme et adieu les 3 ans en IFSI...

    Ce genre d'article est fortement délétère pour l'ensemble de la profession infirmière. Une insulte aux pionnières de la science infirmière qui ont lutté pour l'accès aux formations universitaires et au développement d'acquisition nouvelles.

  • 22/10/2020 à 11:34
    Rhésus
    alerter
    Ce conseil connais t-il la fonction d’IPA ? Je ne crois pas
    C’est un gros manque de respect pour la profession de penser qu’une VAE peut remplacer 2 ans d’etudes Universitaires qui nous permettent d’avoir un raisonnement clinique et suivre des patients en engageant notre responsabilité
    A ce moment là je propose une VAE aux IDE en salle de réveil pour devenir IADE, ca revient au même
  • 22/10/2020 à 12:45
    Florence
    alerter
    Il faudra m'expliquer Monsieur comment vous justifiez de X d'années d'exercice pour une VAE, sur un rôle où il y a des activités dérogatoires ( IPA) , sans tomber sous le coup de la loi pour exercice illégal de la médecine...
    C'est dommage de ne pas mieux connaître la législation avant de s'exprimer...
  • 23/10/2020 à 05:06
    VAE :) :) :) :) ??????
    alerter
    VAE et puis quoi encore ? un tirage au sort comme la green card ?

    Il faut protéger le titre d'IPA rapidement et instaurer un socle minimal horaire de formation clinique et théorique et exclure la possibilité de VAE.

    Si on suit ce raisonnement, en tant qu'IDE avec quelques années d'expérience je pourrai bientôt faire une VAE pour être urologue parce que j'ai posé des sondes urinaires à l'hosto et qu'un urologue c'est long à former vous comprenez ?

    Dans les pays pionniers de la PA aucune formation ne se fait en VAE, on ne Brade pas les diplômes car il y'à une pression démographique sur le système de Santé.

    Attention à ce genre de conseil non avisé car à vouloir trop se hâter , on fini par dégouter IDE, IPA, IBODE, IADE,PUER et à les faire fuir vers des contrées ou le diplôme est respecté : Luxembourg, Suisse....

    Je terminerai par la réponse d'une étudiante IDE de 3eme année que j'ai croisé l'autre jour quand je lui ai demandé où elle allait bosser une fois diplômée ? " Ben au Luxembourg évidemment"
  • 23/10/2020 à 12:57
    Jack burton
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 24/10/2020 à 07:59
    Tata
    alerter
    J’exerce en ville dans un centre de santé avec des médecins généralistes et actuellement en M2 IPA. J’effectue les consultations en binôme avec mes collègues médecins, pour les renouvellements de traitement des maladies chroniques ils me laissent donner mon avis sur la prescription, pour m’entraîner en sachant qu’ils reprennent les explications avec moi et surtout qu’ils valident l’ordonnance. Je dois gérer quasi quotidiennement mes incertitudes alors que je n’ai pas encore la responsabilité de valider mes choix seule. Cette formation est un chance, un gain de réflexion, de connaissances et de compétences Une VAE ne m’aurait pas permis d’acquérir une telle maturité. Prendre une place dans un système de santé rénové d’accord, mais pas n’importe comment. Un diplôme c’est également un gage de crédibilité auprès des autres professionnels de santé.
  • 25/10/2020 à 12:06
    Dag
    alerter
    Bonjour

    Une VAE pour la fonction d'IPA n'est pas adaptée. Une VAP peut s'envisager, accompagnée d'une prise en charge du salaire/rémunération pendant la durée de la formation. Les responsabilités liées à la fonction d'IPA ne peuvent en aucun justifier une VAE....il y a un socle de savoir et de compétences à acquérir.

    Je souhaite par contre répondre à Lyes We Can et l'inviter à se questionner sur la pénurie croissante d'Aides-soignants en France. Pour ma part, si j'estime comme vous qu'une VAE pour les AS souhaitant devenir IDE n'est pas appropriée, par contre, il faut revoir la passerelle existante des AS souhaitant devenir Infirmiers.

    Non vraiment, désolé, mais une AS qui dispose de plusieurs années d'expériences devrait bénéficier d'une formation spécifique en IFSI. On ne peut pas mettre sur le même plan une AS ayant 10 ans de pratique en EHPAD/Hôpital et Mlle DURAND 17 ans, qui vient apprendre le métier d'IDE.

    Il faut tout revoir à ce niveau là ! Ou sinon, un jour (oh c'est déjà là) votre cadre de santé vous contactera pour vous demander de faire fonction AS pendant plusieurs semaines ! On prend les paris ???)

    Continuons à dénigrer les AS comme ça, les IFAS se videront totalement. Je rappelle pour votre gouverne que la DREES a évoqué -40% DE CANDIDATS en l'espace de 5 ans dans son rapport rendu en décembre 2019.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...