20/05/2020

Cette infirmière a traversé les États-Unis pour aider face au Covid-19

Marybella Cole, 35 ans, a quitté l’Idaho pour venir prêter main-forte aux infirmières new yorkaises, en première ligne contre le coronavirus. Elle a laissé sa famille à des milliers de kilomètres pour plonger au «cœur du cyclone» de l’épidémie.

Tout s’est fait très vite. Elle n’a pas hésité. «Ma décision était prise. Une fois que le médecin avec qui je travaille m’a donné le feu vert, j’ai trouvé une agence pour m’envoyer en mission. La semaine suivante, j’étais partie.» Marybella Cole débarque mi-avril à New York depuis l’Idaho – dans l’ouest des Etats-Unis – où elle vit avec son mari et ses deux enfants. La ville est déjà ravagée par le virus. Elle est accueillie par les acclamations et les applaudissements du personnel médical du réseau Northwell Health de New York, avec les 45 autres infirmières qui arrivent avec elle ce jour-là pour renforcer les effectifs des hôpitaux.

C’est pourtant un tout autre voyage que la jeune femme avait prévu de faire. «J’étais censée partir avec ma fille de 12 ans en Papouasie-Nouvelle-Guinée. On devait embarquer sur un navire médicalisé et faire le tour de l'île en offrant notre aide aux services de santé publique. Mais le Covid-19 a changé mes plans», lâche-t-elle. Marybella opte pour New York où elle sait qu’elle sera utile. «Il n’y a rien de plus important que ce qui se passe en ce moment», estime-t-elle. D’autant que dans le service de chirurgie réparatrice où elle travaille, à Lewiston, l’activité commence à ralentir.

Quitter ses enfants n’est pas facile. «Mon fils de six ans est habitué à passer beaucoup de temps dans les jupes de sa mère. Et ma fille voulait tellement venir avec moi, comme elle s’apprêtait à le faire en Papouasie. Elle est comme moi : elle aime l’aventure , s’amuse Marybella. Mais je n’avais aucune idée de l’endroit où j’allais atterrir à New York, et c’était plus sûr qu’ils restent à la maison.»

Le stress continuel des urgences

L’arrivée dans la mégalopole est en effet assez chaotique pour l’infirmière. Elle doit d’urgence résoudre des problèmes pratiques. «J’ai contacté énormément d’infirmières pour leur demander comment elles faisaient pour se loger. La plupart partageaient des AirBnB pour 1500 ou 2000 dollars par mois.» Une option bien trop onéreuse pour Marybella, qui doit encore rembourser ses dettes et payer son loyer en Idaho. Elle finit par trouver un hôtel accessible près de son lieu d'affectation : l’unité Covid du Long Island Jewish Medical Center. L’établissement est labellisé “Magnet”, comme seulement 8% des hôpitaux américains : la garantie des meilleures conditions de travail pour les infirmières. «Les conditions sont en effet aussi bonnes qu'elles peuvent l'être dans ces circonstances», constate-t-elle.

Mais Marybella n’est pourtant pas préparée à la réalité qu’elle découvre. Son quotidien se remplit soudainement de sonneries d’alarmes stressantes, d’urgences vitales à gérer et de morts. « Il n'y a tout simplement pas moyen de se préparer à ça. On court tout le temps, au milieu des lits, dans les couloirs. Il y a du matériel médical et des médicaments partout. J’enchaîne des journées de 14 heures, sans avoir le temps de faire de pauses.” » L’infirmière, qui travaille de nuit, doit à la fois gérer sa fatigue physique et morale. « Je me sens souvent débordée par mes émotions. La journée, je ne fais que dormir… je suis tellement épuisée », souffle-t-elle.

Mais Marybella, tout en énergie, se veut résolument optimiste. « Il n'y a pas de mauvaise expérience. C'en est certainement une qui m'aidera à progresser dans ma pratique. Je veux dire : combien de fois aurons-nous l'occasion de vivre une pandémie? Même si j’espère que ce ne sera plus jamais le cas », s’empresse-t-elle d’ajouter.

Héloïse Rambert

Les dernières réactions

  • 20/05/2020 à 21:10
    patbianco
    alerter
    "Je veux dire : combien de fois aurons-nous l'occasion de vivre une pandémie? "
    moi je préfère manger des fraises , quelle connerie ce reportage !!!
    la mode des blogueuses :
    L idiote ne sait pas ce qu elle dit , le sage ne dit pas ce qu il sait !

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...