02/04/2020

Covid-19 : la psychiatrie délaissée et anxieuse

Alors que la lutte contre l'épidémie de Covid-19 requiert toutes les forces vives des structures de soin, les services de psychiatrie craignent d'être oubliés, davantage encore. Les soignants s'inquiètent que leurs patients, fragiles, ne soient discriminés. Les conséquences pourraient être désastreuses.

Une hécatombe. Matthieu Bellahsen, psychiatre en île-de-France, représentant du Printemps de la psychiatrie, ne mâche pas ses mots quand on le questionne : « On a peur d'une hécatombe de malades mentaux. » Le médecin, auteur de l'ouvrage La révolte de la psychiatrie, sorti début mars, pointe la discrimination pérenne dont souffrent ceux qui fréquentent les services psychiatriques : « La vie des malades mentaux vaut moins la peine que celle des autres. »

Distribution de cigarettes

Clément, dont le prénom a été changé, 30 ans, exerce dans un hôpital public de la banlieue parisienne. Et il en est convaincu : ses patients, en cas de contagion, « ne seront pas les premiers à être soignés ». Lui s'estime, finalement, assez chanceux : « On n'est pas en pénurie médicale, mais en pénurie de soignants, si. On a deux arrêts maladie pour fièvre en leur sein. »

Mais son service a dû tout de même faire face à quelques complications pour la réception de matériel. « Ça fait deux semaines qu'on fait des pieds et des mains pour avoir des masques, déplore le jeune médecin. Finalement, ça vient d'arriver. Mais certains ont dû demander à leur famille de leur en envoyer, d'en coudre même. » Surtout, ce qui était anodin hier est devenu complexe aujourd'hui : « Nous devons organiser nous-mêmes la distribution des cigarettes désormais. »

Mais les deux médecins s'inquiètent avant tout des conséquences de la crise sur les patients. « Certains sont là depuis très longtemps, ont des repères chamboulés. C'est un peu anxiogène. Ils ne comprennent pas vraiment. Des patients souffrent de troubles de l'attachement et ont besoin de proximité, souligne Clément. Or, désormais on porte des masques et des blouses, qu'on ne mettait jamais ! C'est bizarre pour eux. »

Des discours délirants

Patrick Estrade est infirmier en psychiatrie dans le Tarn. Diplômé depuis 1984, il assure n'avoir jamais été confronté à une telle situation. Il pointe dans la crise un élément déclencheur de troubles surprenant : le discours d'Emmanuel Macron. « Quand le Président dit “'Nous sommes en guerre”, ça réactive certains discours délirants, par exemple, explique le soignant. Le confinement pèse. Des patients développent des préoccupations phobiques, des rituels obsessionnels. Je ressens un grand repli sur nous-mêmes. »

Lui croit profondément aux activités créatives et collectives, qui ont dû être limitées. « On a gardé des petits groupes de deux, trois... Mais il y a toujours beaucoup d'incertitudes. » Si l'homme accepte la situation et les mesures nécessaires, il critique l'implication du gouvernement : « Le guide méthodologique sur la gestion de l'épidémie est paru le 16 mars. 60 pages et pas une sur la psychiatrie. Les directives spécifiques nous concernant ne sont sorties que le 23 mars ! »

Et après ?

« Après la vague d'arrivée du virus dans le secteur, il y aura celle du tri des patients au détriment des nôtres. Puis, la troisième vague sera celle des hospitalisations massives cet été. Le personnel sera déjà épuisé et devra s'occuper de tous ces patients que l'on a pu un peu suivre par téléphone mais qui auront dû rester confinés », souffle Mathieu Bellahsen. Mais ce ne sera pas fini. Le médecin parle d'une quatrième vague, « un tsunami politique. Beaucoup d'institutions ont fermé pendant l'épidémie. Le gouvernement va utiliser ça pour couper encore en disant qu'elles n'étaient pas si nécessaire que l'on voudrait le croire. »

Combatif, voilà ce qu'il lance en conclusion : « Ce n'est pas une opération résilience que j'attends. Mais une opération résiliation. Résiliation de toutes les politiques criminelles, intensifiés avec Macron. » Patrick Estrade, lui, ne perd pas espoir : « J'espère que nous saurons revenir à cette psychiatrie humaniste à laquelle nous tenons tant... »

Tous inquiets saluent dans ce moment critique la solidarité entre soignants, notamment soutenu par des permanences psychologiques, et la créativité dont, ensemble, ils font preuve.

Thomas Laborde

Une discrimination envers la psychiatrie

Dans un courrier adressé au ministre des Solidarités et de la Santé rendu public le 27 mars, Adeline Hazan, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), dénonce la « discrimination » à laquelle est, selon elle, confrontée la psychiatrie dans la gestion de l'épidémie de Covid-19. Elle relève « le retard observé dans la transmission de consignes nationales » qui « a conduit les ARS [agences régionales de santé] à donner des consignes différentes selon les régions ». Elle note que « l’allocation par les autorités sanitaires des ressources devenues rares ne respecte pas un égal accès de tous les secteurs au regard de leurs besoins. Les agences régionales de santé ont indiqué que la psychiatrie n’était pas prioritaire dans la distribution du matériel de protection. Selon les informations remontées des établissements, « il apparaît que dans plusieurs régions, la répartition des masques, solutions hydroalcooliques et kits de dépistage entre les établissements de santé ne prévoit délibérément aucune attribution à la psychiatrie », précise-t-elle. Côté patient, la contrôleure estime que « le maintien des mesures de confinement dans la durée posera des difficultés particulières pour la population des personnes suivies en psychiatrie » et qu’« il convient de les anticiper pour assurer la poursuite des soins dans le respect des droits des patients ». Son courrier énonce des propositions dans ce sens.


En savoir plus :

Consignes et recommandations destinées au secteur de la psychiatrie, sur le site du ministère de la Santé.

Les dernières réactions

  • 04/04/2020 à 15:36
    Susy
    alerter
    Je suis retraitée et je viens a travailler car les infirmièr(ère) sont davantage en diminution :,soit la maladie ou de problèmes de santé liés coronavirus .

  • 18/04/2020 à 17:34
    Lilirose28
    alerter
    Et toutes ces démarches de donations.... pour les services de psy ?
    La psychiatrie c'est bien moins brillant que la réanimation, et je vous l'accorde les services de réanimation sont en première ligne et les patient en état d'urgence ; mais les patients souffrant de troubles psychiques méritent tout autant que n'importe quel malade , et toutes ces jolies démarches de dons et autres aides apportées ne sont jamais en direction des patients psychiatriques
    Cette épidémie a pourtant de lourdes conséquences pour ces personne en souffrance morale qui se retrouve isolées sans le soutien nécessaire familiale et amical.... des dons pour un peu de douceur et d'occupations seraient tout aussi bienveillants et preuve d'empathie et d'Humanité..... mais ça ne se verra pas !
  • 18/04/2020 à 20:48
    Petra
    alerter
    Je suis retraitée et je viens a travailler, car les infirmières sont en diminution :par la maladie liée au coronavirus

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...