19/03/2020

Coronavirus : La SF2H contre-indique la réutilisation des masques

Dans un avis publié le 14 mars 2020, et relayé mercredi par APMnews, la SF2H rappelle aux professionnels de santé les conditions de port des masques de protection respiratoire pour faire face efficacement à la situation épidémiologique exceptionnelle provoquée par le Covid-19.

En attendant les approvisionnements massifs de masques dans les établissements sanitaires, médico-sociaux et les officines, annoncés par le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran et le directeur général de la santé Jérôme Salomon, le 17 mars dernier, la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) a émis, mercredi, par le biais d’une dépêche APMnews, une série de recommandations relatives à l’utilisation des masques chirurgicaux et des appareils de protection respiratoire de type FFP2.

Risque accru de transmission

La société savante déconseille notamment la réutilisation des masques dès lors qu’ils ont été manipulés et ôtés du visage, et ce, malgré un contexte de « rationalisation de l’emploi des ressources sanitaires ». « Les masques à usage médical et les appareils de protection respiratoire sont des dispositifs médicaux ou des équipements de protection individuelle à usage unique », rappelle-t-elle, en citant l’Institut national de santé et de recherche (INRS) (1).

En cas de réutilisation d’un masque, le personnel de santé s’expose en effet à un risque accru de transmission, au lieu de le réduire. Un revers néfaste dont l’explication tient au fait que « la face externe des masques respiratoires sera très vite contaminée au contact de patients infectés Covid-19 ou suspects de l’être », indique la SF2H dans son avis. En conséquence, elle conseille également « de respecter les bonnes pratiques d’élimination des masques pour éviter d’augmenter le risque de transmission (notamment la réalisation d’une hygiène des mains après retrait et élimination du masque) ».

Port prolongé autorisé

En revanche, considérant la situation épidémiologique et le fait que les stocks de masques imposent des mesures exceptionnelles, la société savante préconise d’autoriser le port prolongé du même masque chirurgical anti-projection ou appareil de protection respiratoire filtrant de type FFP, en veillant, malgré tout, à ne pas dépasser respectivement une durée maximale de quatre et huit heures, selon la notice d’utilisation du fabricant. Enfin, la SF2H enjoint les professionnels de santé à ne pas remplacer les masques chirurgicaux par des masques en tissu, en papier ou des chiffons noués derrière la tête, les données scientifiques concernant leur étanchéité étant très rares (2).

Eléonore de Vaumas

1- Institut national de santé et de recherche (INRS), « Les appareils de protection respiratoire » et « Masques de protection respiratoire et risques biologiques : foire aux questions »

2- MacIntyre CR, Seale H, Dung TC, et al., « A cluster randomised trial of cloth masks compared with medical masks in healthcare workers », BMJ Open, n°5, vol. 4, 22 avril 2015. 

En bref

• Lundi 16 mars, Emmanuel Macron a annoncé que les masques du stock de l’État seraient livrés entre mardi soir (dans les 25 départements les plus touchés) et mercredi soir (pour le reste de la France). Les professionnels libéraux, hospitaliers, pharmaciens dénoncent des quantités insuffisantes et situations de pénurie.
• Dans une « lettre réseau » transmise aux pharmaciens, la Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) précise les modalités de distribution des masques. Dans les « zones d’exposition à risque », sont prévus par semaine et par professionnel :
- médecins généralistes et IDE : 18 masques, chirurgicaux ou aux normes FFP2 selon les indications et les disponibilités, et le choix du professionnel ;
- pharmaciens : 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel ;
- médecins spécialistes : 18 masques, chirurgicaux ou aux normes FFP2 selon les indications et les disponibilités ;
- masseurs-kinésithérapeutes : 6 masques chirurgicaux ou aux normes FFP2 selon les indications et les disponibilités, pour la réalisation des actes prioritaires et non reportables ;
- sages-femmes : 6 masques chirurgicaux pour prendre en charge les femmes confirmées COVID-19 ;
- services d’aide et de soins à domicile : 9 masques chirurgicaux par professionnel exerçant au sein de la structure pour assurer les visites prioritaires.

La rédaction

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez

Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie

Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...