(Publicité)
 


12/12/2019

Réforme des retraites : ce qui attend les infirmières

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé le 11 décembre les détails très attendus de la réforme des retraites. Le point sur ce qui concerne les infirmières.

Édouard Philippe avait promis d’annoncer mercredi 11 décembre « l’intégralité du projet » de réforme des retraites auquel son gouvernement s’attelle depuis plus de deux ans. Si les infirmières ont trouvé dans les annonces de Matignon une partie des réponses aux questions qu’elles se posaient, force est de constater que de nombreux points restent en suspens.

Ce qui est clair tout d’abord : la réforme met en place un système universel par point. Les pensions des infirmières du secteur public ne seront donc plus calculées en se fondant sur les revenus des six derniers mois de travail, mais en prenant en compte l’ensemble de la carrière. Les primes des fonctionnaires permettront en outre d’acquérir des droits.

Par ailleurs, la réforme ne s’appliquera qu’aux personnes nées en 1975 et après, et non en 1963 comme proposé initialement. Les infirmières des générations antérieures continueront donc à cotiser et à percevoir leurs retraites selon l’ancien système. « Cela va permettre à ceux qui sont à 20 ou 25 ans de la retraite de réfléchir à ce qu’ils vont pouvoir faire pour aller au bout », commente Céline Laville, présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI).

57, 60, 62, ou 64 ans ?

Quand on aborde la délicate question de l’âge de départ à la retraite, les choses deviennent en revanche beaucoup moins limpides. Pour mémoire, le gouvernement maintient pour l’ensemble des salariés l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, mais instaure un « âge d’équilibre » fixé à 64 ans : si la personne part avant, sa pension subira un malus, et si elle part après, elle bénéficiera d’un bonus.

Les infirmières du secteur public, elles, peuvent actuellement partir à 57, 60 ou 62 ans selon leur statut. Avec la réforme, l’âge d’ouverture des droits passerait à 62 ans pour tout le monde, avec possibilité de partir deux ans plus tôt grâce à l’extension au secteur public du compte pénibilité jusqu’ici réservé au privé. Or, pour l’instant, le gouvernement ne parle que d’un critère pour ce compte pénibilité : le travail de nuit. « Pour nous, la pénibilité ne doit pas se limiter à cela », estime Bertrand Laisné, de la fédération Santé-sociaux de la CFDT.

Il reste donc de nombreux détails à fixer, ce qui n’est pas du goût de Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI-CFE-CGC). « Si le texte était prêt, ils nous l’auraient sorti », remarque-t-il. Or, le projet ne sera présenté en conseil des ministres que le 22 janvier et discuté au Parlement fin février. « Il va falloir attendre les détails, or c’est là que le diable se cache », avertit Thierry Amouroux. En attendant, l’ensemble des syndicats appelle à poursuivre la mobilisation.

Adrien Renaud

Et les Idel ?

Les Idel doivent, elles aussi, être intégrées dans le système universel voulu par le gouvernement. Leur taux de cotisation doit donc augmenter, ce qui a poussé Édouard Philippe à proposer d’utiliser les réserves de leur régime autonome pour adoucir la transition vers un taux de cotisation plus élevé. « C’est de l’enfumage », s’emporte Ghislaine Sicre, présidente du syndicat Convergence infirmière (CI). « C’est de l’argent qui sert aujourd’hui à payer les cotisations des professionnels de santé, et qui va servir demain à lisser le coût de la réforme. » CI appelle donc à la poursuite du mouvement. « Nous allons tout bloquer », prévient Ghislaine Sicre.

Les autres points du futur projet de loi

• Un même niveau de cotisation pour tous les Français sur la totalité de leurs revenus jusqu'à 120 000 euros bruts annuels. Au-delà, ils paieront une cotisation de solidarité plus élevée qu’aujourd’hui.
• Un système basé sur des points et non plus sur des trimestres, « chaque heure travaillée ouvrira des droits ».
• La valeur du point et son évolution sera fixée par les partenaires sociaux « sous le contrôle du Parlement ».
• L’engagement que la valeur des points acquis ne pourra pas baisser et une indexation progressive sur les salaires plutôt que sur l’inflation.
• Universalité du système, ce qui signifie la suppression des 42 régimes spéciaux mais « sans brutalité » et « avec tranquillité et calme ».
• Garantie d’une pension minimale de 1000 euros nets par mois pour une carrière complète au Smic et, dans la durée, d’une pension minimale à hauteur de 85 % du Smic. Des points seront alloués pour compenser les périodes de chômage et de maladie ainsi que pour « chaque heure travaillée ».
• Pour les femmes « grandes gagnantes » du système, la maternité sera compensée à 100 % et elles bénéficieront d’une allocation de 5 % de points supplémentaires pour chaque enfant, dès le premier enfant.
• Le principe des carrières longues est maintenu avec la possibilité de partir, pour ceux qui ont commencé à travailler avant l'âge de 20 ans, deux ans avant les autres.

Les dernières réactions

  • 12/12/2019 à 18:25
    Nadège 89
    alerter
    Bonjour je suis née en 1980 j ai choisit la catégorie B dite active. Je perds sur mon brut! Les closes du départ ont changé ! A quelle sauce va être ont mangé. En sachant que nous ne pouvons faire machine arrière pour la catégorie.
  • 12/12/2019 à 21:23
    Karine 27
    alerter
    Idem en 2011.on.nous demandait de choisir cat A ou B
    Je suis restée en cat B donc ....je gagne moins et je devais partir plus tot et je pars quand maintenant ???
  • 13/12/2019 à 05:58
    Dies Ire
    alerter
    Au moment du droit d'option en 2011, un peu plus de 40 % des IDE ont opté pour la catégorie A en perdant au passage la possibilité de partir à la retraite à 57 ans (nouvel âge 60 ans) et aussi la bonification d'un trimestre validé tous les 10 trimestres cotisés, ce qui change beaucoup au moment du calcul final de la décote ; de plus, la catégorie A est dite "sédentaire", ce qui est assez humiliant pour la profession infirmière.
    Avec la réforme envisagée, les cartes sont rebattues et l'inquiétude est justifiée car tout laisse à croire que les IDE vont devoir travailler encore plus durement et plus longtemps.
    La profession infirmière va souffrir et attirer de moins en moins, c'est évident !
  • 13/12/2019 à 18:02
    Isa 78
    alerter
    Moi aussi j'ai choisi de rester en catégorie B, au moment du choix, en 2011.
    Donc je gagne bcp moins qu'une IDE de catégorie A avec le même échelon.
    Les primes ne seront pas intégrées à notre calcul de retraite non plus.
    Nous sommes donc perdants sur toute la ligne.
    A quand un basculement des IDE en une seule et même catégorie ???
  • 14/12/2019 à 09:11
    DROL21
    alerter
    IDE à l'hôpital, en clinique, à l'éducation nationale, au service des armées, en libéral......autant de retraites différente pour un même travail ! En regard des parcours professionnels d'une infirmière réformer n'est pas incohérent. Maintenant il reste à égaliser les chances en prenant en compte la pénibilité. 7 ans d'espérance de vie en moins pour les IDE et plus de 20 % d'invalidité au moment de partir me semble suffisamment éloquent.
  • 17/12/2019 à 11:10
    Anemone
    alerter
    Moi aussi j'ai choisi de rester en B. J'ai 52 ans.
    Aujourd'hui, le contexte législatif dans lequel nous étions lors du choix d'option en 2010-2011 sous Bachelot risque de changer, or notre choix est irrévocable. Peut-on contester cette irrévocabilité si la réforme passe???
    Vous le dites toutes, si la réforme passe, nous serons les dindons de la farce, nous aurions perdu sur l'age de départ sans malus et sur le salaire. Je n'imagine pas ce que représente le totale de ce que nos collègues de catégorie A ont gagné de plus que nous à échelon égale!!!
    Je souhaite que les syndicats puissent aussi porter notre cas en haut lieu, et que ça ne passe pas comme une lettre à la poste. Alertons les et faisons entendre notre voix!
  • 17/12/2019 à 15:07
    Isa 78
    alerter
    Anémone,
    Je ne pense pas que les syndicats porteront notre cas en haut lieu comme vous dites.
    Les ide ne peuvent pas tout bloquer , ont un service minimum à assurer , sont requisitionnés.
    Le ministre de l'éducation nationale défend ses ouailles, promettant encore une revalorisation et tant mieux pour elles.
    Notre ministre tire encore sur la corde et on ronchonne mais on continue à bosser.
    Pas d'augmentation du point, pas de suppression de la catégorie B comme pour les enseignants.
    2ème jour de congés pour moi et déjà 2ème jour d'appel de ma cadre car il y a des arrêts , alors ... ben on remet sa blouse mais on ne sera pas remercié pour autant.
    A 56 ans je pense aller bosser dans le privé. C'est dommage , cela m'attriste
  • 17/12/2019 à 21:37
    Spheerie
    alerter
    Infirmière qui a fait le choix de rester en catégorie B il y a plusieurs années pour pouvoir partir à 57 ans, avec un salaire moindre depuis plusieurs années.j'ai aujourd'hui 54 ans, je dois partir dans 3 ans,comment est il possible de modifier l'âge prévu de notre départ à la retraite???comment un gouvernement peut il etre aussi peu respectueux et nous oublier, mepriser à ce point? Aujourd'hui je ne sais pas si je vais travailler encore 3 ans ou 5 ans, voire 7 ans? Avoir gagné moins et travailler plus longtemps n'est pas censé!
  • 18/12/2019 à 17:16
    Anemone
    alerter
    Isa 78,
    J'ai parlé des syndicats parceque je ne supporte pas l'idée de subir une injustice sans se battre.
    Peut-être que nous ne gagnerions pas et nous continuerons à travailler comme nos collègues de catégorie A, avec le même âge pivot qu'elles, sans avoir le même salaire ... Peut-être, mais ça me semble tellement aberrant que je n'ai pas le choix d'espérer être entendue.
    Maintenant, la question est comment se faire entendre ? À part par le biais des syndicats, je ne vois pas.
    Peut-être qu'il faudrait toutes et tous écrire à nos députés, au ministère.... etc
    Je ne sais pas mais notre passé de bonne soeur, va falloir le mettre de côté... n'est-ce pas ?
  • 18/12/2019 à 17:19
    Peter
    alerter
    Le gouvernement nous dois des comptes.
    2011 choix des catégories. Et déjà une aberration.
    Existe t- Il un recours juridique ???
    Pour qu'une décision prise reste en 2011 soit défendue.
    Une honte à nouveau. Une anarque du grand banditisme ce gouvernement.
    Pourri !
    J' en appelle au leader des syndicats à se pencher sur le problème des IDE.
    ON VA SE FAIRE A NOUVEAU B......Ça suffit maintenant. Trop C'est trop.
    Retraite à 57 ans pour ceux qui le souhaire.
    Quelque soit sa catégorie.!!!!
  • 18/12/2019 à 17:31
    Anemone
    alerter
    Peter, je ne sais pas si un recours est possible
    mais il faudrait tenter.
    Dans ce fil de discussion, il y a t-il quelqu'un de syndiqué qui pourrait nous renseigner ?
  • 18/12/2019 à 22:47
    Gab
    alerter
    57 ans, cadre B et ras le bol d'être méprisée
    Arrêrez de faire ce métier de c....
    on nous prend pour des gourdasses
    et surtout découragez toute vélléité à entrer dans ce métier
    on pourra toujours faire grève toute notre carrière que l'on obtiendra jamais rien because aucun pouvoir de nuisance
    ma satisfaction: avoir réussi à détourner quelques un(e)s de ce boulot





  • 18/12/2019 à 23:04
    Isa 78
    alerter
    Dommage que notre ministre ne soit pas Mr Blanquer.
    Cela nous aurait plus rapporté.
    Elle est devenue tellement politique et non plus soignante qu'elle se contrefiche de nous , de nos revendications et de notre catégorie B.
  • 18/12/2019 à 23:14
    Spheerie
    alerter
    Peut etre est il urgent de faire appel aux syndicats de nos hôpitaux respectifs pour qu'ils fassent entendre nos craintes au niveau national, peut etre parler de notre cas sur les réseaux sociaux, c'est tout de même impensable de changer notre age de depart alors que nous gagnons moins que nos collègues, c'est immoral !
  • 18/12/2019 à 23:19
    Spheerie
    alerter
    Partagez ce site le plus possible aux ide categorie B
  • 19/12/2019 à 00:23
    Anemone
    alerter
    Oui spheerie, je suis d'accord.
    Si on ne cause pas de nous, personne causera pour nous.
    Effectivement nous n'avons pas de force de blocage de l'économie du pays, mais si on innonde les forums, les réseaux sociaux et qu'on alerte les syndicats, les députés et les journaux
    etc... Peut-être.... Peut-être que l'on sera écouté.
    Si on ne bouge pas, c'est sûr que rien ne se fera.
  • 19/12/2019 à 20:08
    Isa 78
    alerter
    Le jour où on aura de vrais syndicats qui voudront vraiment nous défendre auprès d'un(e) ministre engagée à nos côtés, cela changera : c'est loin d'être le cas actuellement.
    Et puis nous sommes une profession qui n'est pas unifiée donc cela ne peut pas marcher : ceux qui sont avec les personnes âgées ont une prime, en réa une prime, aux urgences une prime ... Parce que dans les autres services on joue au scrabble toute la journée c'est ça ?
    Et le pire est que ces primes ne rentrent pas dans le calcul des retraites.
    Cat. B, 55 ans, 20 ans de DE, 1950 € en bas de ma feuille de paie et en partant à la retraite à 62 ans (au même échelon), 1735 brut. Catégorie A, minimum 200 € de plus. Ben ça paraît !
    Pour avoir parlé de ce pb l'an dernier au syndicat , il m'a été répondu "ah bon et du coup vous êtes sûre que vous ne pouvez pas revenir en arrière" !!!
  • 19/12/2019 à 20:42
    Agnès 86
    alerter
    J’ai 51 ans, ide depuis 30 ans, travaillant dans le territorial en ehpad... pas de prime sup comme j’ai pu le lire, pas de 13e mois, pas de reconnaissance du travail de coordination. J’ai aussi fait le choix de la cat B en 2011, de toute façon pas d’info pour nous conseiller dans le territorial. Les syndicats ne nous connaissent pas la plupart du temps. Les grèves que nous avons fait en janvier 2018, entre 14 et 15h pdt la sieste des résidents... n’ont rien apporté, à part des promesses non tenues , nous on est réquisitionné , traitement différent en fonction des syndicats et ceux qui peuvent tout bloquer... vive la conception du service public et de l’interet commun...
    Nous avons un minimum de conscience professionnelle donc nous continuerons à travailler comme depuis des deceNnies. A part alerter les medias, faire des pétitions...
  • 19/12/2019 à 20:46
    Agnès 86
    alerter
    Question : l’ordre infirmier, n’était t’il pas fait pour défendre nos droits, le déroulement de nos carrières ?
  • 19/12/2019 à 21:03
    Spheerie
    alerter
    Une greve de la fin? Une greve de la faim?
    J'ai eu aujourd'hui un retour de la coordination nationale infirmière qui me dit clairement que aujourd'hui on ne peut rien dire sur l'avenir des retraite des ide catégorie B.la loi sur la réforme va etre votée l'an prochain et aucune info possible
    Il faut interpeller les syndicats,tous les syndicats,ecrire aussi à la coordination nationale infirmière, aller chercher sur le net le sujet d'extinction infirmière catégorie B, et partager...interpeller tous les syndicats, cgt santé x unsa santé, cfdt santé...
  • 19/12/2019 à 23:10
    Dies Ire
    alerter
    L'ordre infirmier ne sert à rien et est complètement soumis au pouvoir en place : n'attendez donc rien de bon de ce côté là.
  • 20/12/2019 à 08:51
    sylvie 64
    alerter
    eh oui restée en catégorie B aussi !
    Si mes souvenirs sont bons, pas un syndicat était "fichu" de donner des explications sur le choix à faire ! Y a t'il des recours ? Profession "de bonne soeur" que nous entretenons ! il serait judicieux de ne pas remplacer en cas d'absentéisme ! de négocier nos remplacements en heures supplémentaires (Personnellement je le fais.... et nous sommes plusieurs dans notre service !! Ma 1ere question quand on appelle ça paie combien ? donnant-donnant....... Il faut savoir dire non !)
    Profession où il ne faut pas attendre de reconnaissance ! Vous faites un beau métier ! La réponse de l'infirmiere type quand un patient remercie c'est normal nous sommes là pour ça !!
    Nous acceptons 1,20 à l'heure la nuit de plus par rapport à la journée !
    Quand il y a des grèves les services tournent !
    Si la profession était soudée..... Une choses de simple à faire ne pas remplacer les collègues de nuit à la relève.... se préparer avant..... choisir les collègues "agées" qui n'ont pas de charges familiales au retour de nuit...... arrets de travail en cascade....... Panique a bord !!! Je donne pas une semaine pour avoir des retombées positives !!!
    Nous
  • 21/12/2019 à 07:41
    Davidbesc
    alerter
    Infirmier catégorie b, né en 1980 donc juste l âge pour bien se faire avoir ..
    Si on nous enlève la possibilité de départ anticipé c'est une rupture de contrat, et je ne voit pas comment ils pourraient faire cela sans nous redonner le manque à gagner depuis 2011 ,, de toute façon on en veut pas , sinon on aurrai déjà choisit le pognon en 2011 ! Il faut effectivement en parler autour de nous, aux syndicats , dans la rue .. courage a tous !
  • 21/12/2019 à 18:34
    Anemone
    alerter
    J'ai envoyé des mails aux syndicats de mon hôpital, il y a une semaine : silence radio.
    On se sent seul!
  • 23/12/2019 à 07:25
    CL
    alerter
    Bonjour,
    Je n'ai pas fait le choix de rester en catégorie B, mais j ai de suite pensé à ceux qui l 'ont fait à l annonce de la réforme. Je trouve cela inacceptable, et injuste si vous devez prolonger, une compensation doit vous être accordée auquel cas.



  • 23/12/2019 à 22:44
    Nono
    alerter
    Née en 1980 j ai également fait le choix de rester en catégorie B , j ai renoncer à gagner un peu plus tous les mois pour pouvoir partir plus tôt à la retraite.
    J estime que notre métier est suffisamment penible !
    Je n étais pas dupe au moment du choix et me doutais bien que mon départ à la retraite ne serait plus 57 ans mais plus tard .
    En revanche il doit être tjrs plus tôt que les A !
    A quoi bon perdre tous les mois de l argent pr ne meme pas beneficier d un départ anticipé ? Même formation, même travail !
    C est du vol
  • 23/12/2019 à 22:54
    Nono
    alerter
    Nous faisons tous le même constat .... maintenant quels sont nos recours ?
  • 24/12/2019 à 18:11
    Spheeries
    alerter
    Tous en arret maladie!
  • 27/12/2019 à 12:07
    Marie
    alerter
    Je suis infirmiere depuis 1980, quand j'ai commencé je devais partir à 55 ans aujourd'hui 64 !! Je suis en ehpad, des postes vacants qui ne sont pas pourvus car plus personne ne veut faire ce métier. 3 ans d'etude, salaire a peine plus haut que le smic en debut de carriere, une vie familiale tres perturbée car travail les week end et jour feries, des vacances pas toujours en meme temps que son conjoint, des horaires variables qui sont souvent modifies au dernier moment. Stress, piétinement, heures suplementaires
    Et aujourd hui nous sommes ignorees et délaissées
    Le burn out est partout autour de nous, des personnes et des corps au biut du rouleau AU SECOURS !!!!!!!!!!!!!!
  • 27/12/2019 à 13:32
    Lolo
    alerter
    Comme bcp de collègues, j'ai choisi de rester en catégorie B pour partir à 57 ans. Dans la fonction publique territoriale, Il me reste 1 an à faire et c'est le flou artistique. Ni les syndicats ni la DRH ne sont en mesure de me dire ce qui va se passer après la réforme...
    Je suis prête à me battre mais par où commencer ?

  • 27/12/2019 à 13:42
    Spheeries
    alerter
    Idem pour moi qui doit partir dans 3 ans...le flou total...il faut partager un maximum sur les reseaux ce qui risquent de nous arriver, prévenir tous les collègues, il faudrait que l'on entende parler de nous mais comment?
  • 27/12/2019 à 14:26
    David29
    alerter
    Il me semble que ça impacte ceux ne après 1980 ....
  • 27/12/2019 à 15:45
    Nono
    alerter
    Pr l instant tout est encore incertain mais je crains le pire , j ai déjà alerté le syndicat (fo)mais je le trouve passif et peut concerné par notre histoire de catégorie B.
    J ai eu droit comme retour que tout cela était prévisible. Évidemment je ne me contente pas d une telle réponse.
    Si cette réforme devait impacter nos droits je négocierai avec mon hôpital sinon je quitte !
    Ce sera une année décisive pr moi.
    Ça suffit d être exploitée au Quotidien puis encore se faire "voler" par l'état !
    C est comme si je travaillais à perte.
    Un scandale
  • 27/12/2019 à 15:45
    Pat Atchaude
    alerter
    Comme vous, j'ai choisi la catégorie B en 2011 pour pouvoir partir à partir de 57 ans.
    Cet âge pivot ou d’équilibre à 64 ans concerne tout le monde à partir de 2022.
    Peut-être que certains(es) d'entre-vous ont un compte Facebook et pourraient contacter Barbara Lefebvre, qui officie dans Les Grandes Gueules sur RMC, afin de lui exposer le problème. D'ailleurs, elle défend les soignants sur son mûr suite à la grève du 17 décembre.
  • 27/12/2019 à 17:56
    Spheerie
    alerter
    Bonne idée pat achaude, je viens d'écrire, soyons nombreux..
  • 27/12/2019 à 18:29
    Spheerie
    alerter
    Facebook cgt, envoyer vos messages
  • 28/12/2019 à 14:15
    Christine
    alerter
    Je suis en catégorie A signée en 2011 avec un départ à 60 ans entériné par le gouvernement pour ceux qui étaient déjà actif… Comme ceux de la Catégorie B nous avons un statut particulier...Allons nous tout perdre??? Je ne me vois pas faire 4 ans de plus, ils ne se rendent pas compte...
  • 29/12/2019 à 23:32
    bubu08
    alerter
    Bonjour, je suis ide cat A parce qu'à l'epoque notre chère ministre de la santé nous promettait une substancielle augmentation de salaire et qu' à l'epoque l'hopital nul dans lequel je travaillais etait incapable de nous dire combien ns allions gagner en plus.
    On s'est bien foutu de notre poire une fois de plus. Je suis scandalisé de voir que le gouvernement s'apitoie sur le sort des enseignants qui sont bien lotis avec bcp de vacances alors que les personnels soignants crevent au boulot. Que dire des gens qui peuvent encore partir à 50 ans... Je suis un sédentaire depuis 2 ans et suis à 6 ans de la retraite et je devrais partir à 62 ans alors que j ai bcp traaillé à l'hopital
  • 30/12/2019 à 15:13
    garsmed
    alerter
    Bonjour, je suis resté infirmier en catégorie b moi aussi. Ce choix (et c'est inscrit dans le décret) est inaliénable et sans droit de remord, cela est de fait une clause du grand père. en effet aucune des deux partis ne peux revenir en arrière...normalement...
    Nous somme encore a peu près 20 000 en activité. Si chacun demandait, et ce ne serais que justice, de percevoir la différence de salaire non perçue depuis 2010 (a peu près 10 000euros chacun) cela pourrait bien défendre notre cause je pense...
    Cela sans parler de compenser les années supplémentaires a faire...
    Je voudrais lancer un collectif dans ce sens Facebook m'a paru indiqué: cf roux médéric...
    en se réunissant nous pouvons peser....ne comptons que sur nous mêmes...défendons notre clause du grand père
  • 30/12/2019 à 18:19
    Spheerie
    alerter
    Je trouve que c'est une excellente idée et je vous rejoins volontiers pour ce collectif, les anciens instits font de même,ils pensent à une action auprès du tribunal...arretons d'être silencieux et de tout accepter surtout quand c'est inacceptable!
    Peut etre faudrait il aussi créer un document que l'on pourrait faire tourner dans tous les hôpitaux avec signature?
  • 30/12/2019 à 18:29
    Isa 78
    alerter
    Gars med,
    On peut taper fort pour espérer avoir un minimum : passer en catégorie A avec l'annulation de la catégorie B, inclure les primes dans le calcul des retraites également.
    Mieux on sera payés, moins difficile sera le passage à la retraite avec une baisse de notre pouvoir d'achat sachant qu'ensuite on n'aura jamais de réévaluation de notre pension !!! Et comme on vit de plus en plus longtemps, à part se mettre une balle dans la tête ou prendre des médocs ben je ne vois pas comment on va pouvoir vivre si ce n'est juste survivre
  • 30/12/2019 à 18:50
    Spheerie
    alerter
    Il faut nous battre pour garder nos droits de catégorie B, il faut frapper fort, comment on peut faire tous ensemble?
  • 30/12/2019 à 22:05
    Nono
    alerter
    Je me suis ralliée à Médéric Roux !
    L union fait la force ,soyons nombreux à défendre notre cause !
    Vos messages me font plaisir je sens de l engouement.
  • 01/01/2020 à 20:43
    Actif
    alerter
    Bonjour.
    Je suis ravi de constater que je ne suis pas le seul à m'interroger sur ce projet de reforme
    Je suis IADE et j'ai choisi également de rester en catégorie active lors du droit d'option en 2010.
    Comme vous, je pense que la pénibilité dans nos métiers n'est pas un vain mot.
    Ce droit d'option restera pour moi une injustice totale pour tous les soignants.
    Comment renoncer à sa pénibilité quand on travaille de jour comme de nuit, les week-ends et les jours fériés, que l'on fait des gardes, et que l'ont subit tous les risques inhérents à nos métiers de soignants?
    Cette nouvelle réforme ne tient pas compte des actifs que nous sommes.
    Nous serons les grands perdants.
    Je considère qu'un contrat est un contrat!
    Si l'état employeur revient sur ses engagements avec cette réforme, il se doit de nous dédommager!
    Comme les organisations syndicales sont absente de ce débat, une action collective devant le tribunal administratif reste notre meilleure chance de défendre nos droits.

  • 01/01/2020 à 21:13
    Spheerie
    alerter
    Oui et comment cela se passe pour cette action?
  • 02/01/2020 à 10:55
    Anemone
    alerter
    Gars med, Ok pour le collectif, mais suffit il de créer une page Facebook? Je me aussi rallier à Mederic Roux mais je ne peux pas commenter.
    Isa 78 fait un commentaire sur ce site qui sème le trouble. Je pense qu'il faut travailler à se mettre d'accord sur ce que l'on veut et ce que nous ne voulons pas au cas où la réforme passerait. Je ne sais pas si je veux l'annulation de la catégorie B, comme le propose Isa78... Ces autres propositions comme celles d'inclure les primes dans le calcul des retraites doivent être menées dans la luttes de tout les hospitaliers avec nos syndicats , or, il me semble que l'idée du collectif est plus circonscrit. Ton texte détient tres justement le préambule, les bases de ce collectif "INFIRMIERS DE CATEGORIE B défendez votre clause du grand père
    pour rappel depuis 2010 vous etes placés en classe extinction (jusqu'au dernier ayant choisi cette option).
    nous avons gardé la pénibilité (un an gagné tous les dix ans) et ainsi la possibilité de partir a la retraite a 57 ans.
    En contrepartie vous percevez en moyenne 100 euros de moins par mois (10000 au total a peu pret) que les infirmiers passés en cat A...

    A ce jour si la réforme passe nous resterons 7 ans de plus sans contrepartie ni rétroaction du non perçu.

    Nous sommes encore plus de 20000 sur toute la France, Je vous propose donc de monter un collectif visant a mettre la pression sur ce gouvernement car une clause du grand père est sensée être inaliénable….

    Notre nombre est notre force aidons nous les uns les autres..." (Gars Med)
    Et notre force est de ne pas nous disperser. Je suis mobilisée dans le mouvement des hospitaliers, mais comme le problème spécifique des infirmiers en catégorie B n'est pas pris en compte dans les revendications, seul ce collectif pourra nous mettre en lumière
    Merci à tous.
  • 02/01/2020 à 11:20
    bubu08
    alerter
    Mettre la pression sur le gouvernement mais comment ?
    Les patients seront tjs soignés même s'il y a greve et c'est normal , ils ne doivent pas être l'objet de nos revendications. Pourquoi sommes nous une professions si mal traitée c'est bien parce que nous ne pouvons pas faire pression justement. Je m'agace de voir le gouvernement faire des courbettes aux profs. Je suis trés pessimiste quant à notre avenir. Cette si belle profession que nous exercons risque de se pauperiser à force de nous maltraiter de la sorte. Cat A et B meme combat car il ne faut pas croire que les A gagnent une fortune.
  • 02/01/2020 à 11:28
    Isa 78
    alerter
    Anémone bonjour,
    Effectivement, quitte à se faire avoir en étant en catégorie B (avec un allongement de la durée de cotisation et donc un recul du départ à la retraite) alors autant espérer en tirer profit en demandant notre passage en catégorie A (ce qui nous permettrait d'avoir une augmentation de notre salaire de base ainsi que le calcul des primes lors de notre retraite).
    Nous ne sommes ni enseignants ni policiers ni pompiers ni pilotes de ligne mais pourquoi serions-nous encore lésés !
  • 02/01/2020 à 11:54
    David29
    alerter
    Entièrement d accord anémone !
    Alors concrètement comment faire pour faire entendre notre voix
    Comment créer ce collectif ?
    Et non je ne pense pas qu'il faille déjà se résigner à perdre ce service actif ..
  • 02/01/2020 à 13:22
    Anemone
    alerter
    Bonjour Isa 78.
    1er: Pourquoi pas tenter de faire valoir ce que nous avons signé en 2010... Qu'ils laissent cette categorie s'éteindre comme ils avaient prévu et que cette réforme ne nous impacte pas quelque soit notre année naissance.
    2iem: Si vraiment ce n'est pas envisageable, il faut demander l'indemnisation de ce que nous aurions gagné en plus si tout le monde était passé en A. Après tout, c'est eux qui nous mettent dans la M....
    Je pense que la bataille sera plutôt judiciaire... et c'est là que ça se complique car ça demande une organisation et de l'argent. Je ne sais pas si un collectif sera suffisant. Je ne m'y connais pas assez
    D'autres ont-ils le même problème que moi: Je n'arrive pas à commenter sur la page Facebook Mederic Roux crée par Gars Med?
    Pour le reste, Isa 78, ne peut on pas rester fédérer autour des syndicats ? Puisque le propos du collectif n'est pas de se substituer aux combats déjà mené ailleurs

  • 02/01/2020 à 14:22
    Actif
    alerter
    Bonjour!
    Je rejoins ton propos, Anemone.
    Ce que tu dis, c'est du bon sens.
    Mais, dans cette conjecture, chacun se bat pour défendre ses intérêts propres.
    Nous, les actifs, sommes complètement absent de ce débat.
    Comment faire entendre notre voix?
    Seul, chacun dans coin, c'est peine perdu!
    Le collectif c'est la solution en attendant d'en avoir une meilleure.

    En effet, les syndicats auraient dû s'emparer de cette question.
    Si on les attends, nous ferons parties des concessions que chacun d'entre eux fera ou pas!

    Il ne s'agit pas non plus d'ajouter de la division : je pense que ceux qui ont choisi de renoncer à la catégorie active sont aussi des victimes.

    Le soutien des organisations syndicales est une nécessité.
    Mais c'est à nous, les actifs, de donner cette impulsion!
    Voici les étapes à franchir:
    Federer les actifs concernés, bâtir une plateforme revendicative claire, designer des représentants, et surtout , communiquer!

    A la question , comment?

    Il existe plusieurs outils:
    Facebook, ce blog, laryngo, et des sites spécialisés pour créer une pétition en ligne.
    Enfin, pour avancer, concrètement, il nous faudra, le moment venu sortir de notre anonymat.
    Mais le temps presse!
  • 02/01/2020 à 16:03
    Anemone
    alerter
    Actif,
    Bien-sûr que dans ce choix d'option tout le monde était perdants, mais si la réforme passe, nous serons les dindons de la farce ...d'où mes propositions 1 et 2. Si on doit perdre autant perdre le moins possible. Pour tout le reste, je suis sur le pavé avec ou sans mon hôpital que je trouve très mou.
    Pour ce qui nous concerne ici, je propose de commencer par etablir, comme tu le dis, une plateforme revendicative commune à toutes celles et ceux qui ont fait le choix de rester en catégorie B. J'insiste sur le fait de recentrer le problème sur la double injustice qui nous serait faite avec cette réforme.
    Merci
  • 02/01/2020 à 19:01
    Spheerie
    alerter
    Tout à fait .qui se sent capable de mettreven place une plateforme? Une petition en ligne?
  • 03/01/2020 à 22:33
    Nono
    alerter
    Médéric Roux fait circuler une pétition en ligne sur Facebook pr défendre notre cause.
    Je viens de la signer .
    Faites tourner l information
  • 03/01/2020 à 22:38
    Spheerie
    alerter
    Oui il faut faire parvenir et informer les collègues de cette petition via Mederic Roux sur Facebook, très urgent, merci à lui
  • 04/01/2020 à 08:20
    Anemone
    alerter
    Merci !
  • 04/01/2020 à 11:39
    Pat Atchaude
    alerter
    Impossible de trouver la pétition et Médéric Roux sur Facebook, il n'y a qu'un seul compte et quasi personne d'inscrit dessus.
    Il y a aussi une discussion sur le forum infirmiers point com
  • 04/01/2020 à 12:22
    Anemone
    alerter
    Pat Atchaude, je pense que c'est celui que tu as trouvé. Nous sommes que 4 personnes à le suivre. cette page vient d'être créé par Gars Med.
    la pétition y est mais est peu visible, car il n'y a pas de photo en entête.
  • 04/01/2020 à 12:55
    Spheeries
    alerter
    Facebook les blouses blanches en colère, petition mederic roux partagée
  • 04/01/2020 à 15:00
    Pat Atchaude
    alerter
    Pétition signée. Merci.
  • 04/01/2020 à 15:33
    Pat Atchaude
    alerter
    La pétition sur le site change . org
    Qui a pour intitulé :
    " Infirmière de catégorie b: que personne ne touche à notre retraite "
  • 04/01/2020 à 17:17
    Actif!
    alerter
    Bonjour!
    Je viens de signer la pétition sur change.org!
    C'est très simple et c'est un bon début.
    Merci à toi Mederic pour cette initiative.
    On ne lâche rien!
  • 06/01/2020 à 10:08
    sylvie 64
    alerter
    Afin de rattraper notre manque à gagner il serait peut etre plus judicieux de tous demander des avancements d'échelon pour ceux restés en catégorie B !!
    Des recommandés envoyés à la direction, aux chers représentants syndicaux, à notre Ministre Madame Agnès Buzyn qui n'a jamais eu une grande considération pour les infirmières avant qu'elle ne démissionne !!!
    Bien à vous !
  • 07/01/2020 à 10:39
    Nono
    alerter
    Sylvie c est exactement ce que je pense.
    Si la réforme se fait en notre défaveur c est un compromis que je proposerai à la direction.
    Sinon je quitte la fonction publique !
    Ds le privé ns passons tous en A il me semble mais cela ne rattrapera pas le manque à gagner.
  • 07/01/2020 à 14:31
    suz
    alerter
    nee en 1981 , j ai aussi choisis de rester en categorie b
    et j espere ne pas me faire entuber franchement ras le bol. ils ont interet a nous redonner la difference depuis 2011 si changement
  • 07/01/2020 à 15:45
    sylvie64
    alerter
    Merci Nono !
    Pour ma part, quand je suis restée en categorie b.... j'ai tout de suite négocié de passer en classe supérieure. Aux dires de la surveillante à l'époque "c'est pas possible !", j'ai eu droit à des arguments qui ne tenaient pas la route, lors de la notation je ne demandais aucune formation pour faire beau sur le papier sachant la réponse …. refus cause manque d'effectif , peut etre l'année prochaine ! Mon vœu a été simple passage en classe supérieure !!! J'avais moi aussi des arguments ! ça a mis 2 ans !!
    Il ne faut pas hésiter à demander, à pousser les portes !

  • 09/01/2020 à 19:54
    marielaure84
    alerter
    ce qui ne va pas a la base je pense c est que les hopitaux font greve un par un alors qu il faudrait que ce soient tous les hopitaux en un seul bloc qui fassent la greve pour qu il y ait un impact plus important et malheureusement les infirmieres ne sont pas soutenues par le medecins qui eux se defendent et ont un pouvoir du fait de leur situation
  • 09/01/2020 à 22:49
    Olivier
    alerter
    Il faut reunir les conditions pour peser dans les décisions des politiques. On peut alerter le gouvernement, envoyer des mails aux ministres, au président. Ceux ci doivent vous répondre. On peut y arriver. Pour ma part, je vais envoyer des mails et même demander un rdv à mon député, car celui doit défendre les intérêts de chaque citoyen de sa circonscription. Je demande à chaque ide de catégorie b de le faire sans tarder. Ça peut avoir un impact lors des débats au parlement. Enfin il faut créer un collectif infirmier de catégorie b qui sera forcé de proposition. Je sui dans cette catégorie b.
  • 10/01/2020 à 11:34
    Bibi
    alerter
    Retraitée ide delà fonction publique,... depuis 12ans.... l'hôpital a toujours été un univers à part .....les syndicats de sont toujours battus...pour l'équipe soignante....mais ayant participé à 3 manifestations...force de constater que les médecins voir professeurs ne nous ont jamais soutenus...l'union créé une force active .... mais le patient a toujours été une priorité... Alors un nouveau mouvement doit regrouper ,,,,tout ce monde.....main dans la main...il faut y croire....bon courage ....j'ai laissé mon tablier depuis trop longtemps pour...défiler...
  • 10/01/2020 à 16:45
    Floe
    alerter
    Née en 1981 et restée en catégorie B je me questionne également sur notre avenir... Je vais essayer de trouver cette pétition! Y a t il un collectif également?
  • 10/01/2020 à 17:19
    Gmbpn
    alerter
    Née en 1971 j'ai choisi en 2011 de rester en catégorie B.. À quel âge vais je pouvoir partir à la retraite et sous quelle forme ??
  • 11/01/2020 à 17:10
    Nath23
    alerter
    IDE depuis 1985, 55 ans, restée en catégorie B je me sens doublement victime d'injustice car j'ai racheté mes 3 années d'étude; pour rien???
  • 11/01/2020 à 19:58
    Gmbpn
    alerter
    Quelqu'un peut il me renseigner sur le message laisser le 10/01/2020
  • 11/01/2020 à 20:08
    David29
    alerter
    Comme tout le monde glbpn ,, on ne sait pas vraiment
    Mais ça sent pas bon
    Pour toi ne avant 1975 tu devrait passer entre les gouttes..
    Mais faire tout de même 3 ans de plus que prévu !
    La question est plus quelles actions doit on mettre en place !
    On est 20000 dans notre cas ..

  • 13/01/2020 à 18:39
    Pat Atchaude
    alerter
    Encore 70000 infirmières de catégorie B encore en activité, d'après lefigaro.fr
    Il y a encore de la marge concernant le nombre de signataires de la pétition sur change.org
  • 13/01/2020 à 23:38
    melilou
    alerter
    Moi aussi IDE en catégorie B en poste depuis bientôt 16 ans ... IDE on se fait avoir en beauté ! Ou sont les IDE .. pas assez de mouvements , les soignants sont anesthésiés on n’est des moutons il faut se révolter !!!!!
  • 14/01/2020 à 14:07
    Nono
    alerter
    Oui les soignants semblent résignés.
    Moi même j ai le sentiment que nos actions seront vaines concernant notre situation...
    Même si c est un scandale je prépare doucement ma réorientation avec Bcp d amertume.
    Je suis déçue par la population, certes elle nous aime mais cela ne suffit plus .
    En parallèle il ne se passe rien c est comme si les gens sont si naïfs qu ils croient et boivent les paroles du gouvernement comme un bon vin.
    Ils ne réagissent que lorsqu ils sont eux mm patients et là souvent ils s en prennent aux soignants qui sont tjrs en première ligne.
    Et déversent leur mécontentement....
    Je remercie Médéric roux qui se démène pr notre cause .
    Il faut le soutenir
  • 14/01/2020 à 18:13
    Bego
    alerter
    Roselyne Bachelot qui nous a mis dans cette merde comme ancienne ministre de la santé , doit assumer et nous défendre...elle est maintenant journaliste chroniqueuse, il faudrait pouvoir l approcher et la sensibiliser ou via ses rubriques à la télé
    Elle peut faire ça, non .... ?
    Qui ne tente rien n à rien
  • 14/01/2020 à 22:28
    Spheerie
    alerter
    Très bonne idée, Roselyne Bachelot
  • 15/01/2020 à 14:59
    laetitia
    alerter
    infirmière depuis 2004. je suis restée en categorie active.
    qu en est il de notre perte de salaire depuis 2011?? partirons nous tt de même à 57 ans???
    mon métier est ma passion, mais le peu de considération du gouvernement pour nous me dégoûte. on est vraiment des pauvres gourdes bonnes à soigner gentillement...
  • 16/01/2020 à 09:35
    beber
    alerter
    Bonjour,
    Oui pour nous IDE c'est le flou artistique.
    J'ai 55 ans 1/2 et ai fait le choix de rester dans la catégorie acive pour partir à 57 ans. Nous avons une profession difficile et qui attire comme les AS de moins en moins de candidats. Quid de notre statut des actifs, sédentaires... le gouvernement dit vouloir annuler les régimes spéciaux mais en remet pour certaines professions. Compte tenu de la lourdeur physique et psychique du travail des soignants, il n y a aucune considération et il est évident qu en fin de carrièrre, les congés maladie, accidents du travail , maladies professionnelles , burn out fleuriront. Les soignants sommes les grands sacrifiés de cette réforme.
  • 16/01/2020 à 11:24
    Fred
    alerter
    Une pétition à été lancé sur change. Org pour faire connaître cette injustice et envisager des reciurs
  • 16/01/2020 à 11:43
    Actif
    alerter
    Bonjour!
    En effet, nous serons les grands perdants!
    Ce qui nous menace peu paraître très technique pour l'opinion et c'est la tout le problème.
    Malgré l'évidence, nous devrons faire la démonstration de la pénibilité de nos métiers de soignants.
    Travail de nuit, 3x8, manutention, exposition aux matière dangereuses , exposition aux rayonnements, gardes, travail les week-end et jours fériés au nom de la permanence des soins, ....
    La liste est loin d'être exhaustive!
    Il suffit dailleurs de se pencher sur la récurrence des maladies professionnelles qui touchent nos métiers.
    Le mal de dos , c'etait tout un symbole!
    Le Burn out prend le dessus!
    Actuellement, des concertations sont menées par le ministère de la santé sur la pénibilité à l'hôpital.
    Tous les articles de presse qui traite de ce sujet n'abordent pas cette injustice.
    Car il s'agit bien d'une injustice:
    Depuis le droit d'option, chacun d'entre nous a fait des projections compte tenu de sa situation personnel et fait un choix.
    Ce choix était irrévocable et le ministère avait lourdement insister sur ce point!
    Comment pourrions nous accepter ce revirement ?
    Nous, actifs, pensions que la parole donnée par le gouvernement etait un crédit suffisant!
    Nous serions nous trompés à ce point?
  • 16/01/2020 à 15:36
    CATHY L
    alerter
    Je me rends compte que nous sommes nombreux a echanger a ce sujet .et tout ce noie dans ce dedale informatique .Un lien unique nous regroupant serait la bienvenu...QUELQU UN aurait t-il ces capacités? ( je suis ignarde en la matiere ).
  • 16/01/2020 à 16:17
    David29
    alerter
    Rejoindre mederic roux sur Facebook
  • 17/01/2020 à 18:29
    Invalidité
    alerter
    Bonjour,
    20% des IDE (à confirmer) partent en retraite pour invalidité : n'est-ce pas un facteur suffisant pour faire reconnaître la pénibilité du métier ?
    Invalidité, veut dire longue maladie, demi-traitement ... Et petite retraite !
    Que deviendra l'invalidité dans la fonction publique avec la réforme ? Y aura-t-il un maintien du salaire comme dans le privé, avec une poursuite de cotisation pour la retraite pour aller jusqu'à l'âge de la retraite sans pénalité ? Et qu'en sera-t-il des IDE en invalidité (mais pas encore à l'âge de la retraite ) ? Parce que déjà qu'on a un demi-traitement, si elle n'est pas revalorisé et si la retraite va être recalculer ... Actuellement notre invalidité = notre retraite. C'est une misère ... Une véritable mise en épave !
    Voici nos "remerciements" pour bons et loyaux services.
    Bon courage, tenez bon ! Si tu arrêtes t'es mort

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN
IFSI IFAS IFAP


Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...