Travailler de nuit, un danger pour l'espérance de vie | Espace Infirmier
 

09/01/2015

Travailler de nuit, un danger pour l'espérance de vie

Le fait de travailler au moins trois nuits par mois pendant plus de cinq ans augmente les risques de mortalité liée aux maladies cardiovasculaires et au cancer du poumon, selon une nouvelle étude conduite auprès d'infirmières.

Parue dans l'American Journal of Preventive Medicine le 5 janvier, l'étude, menée par un collège international de chercheurs, a démontré qu'au-delà de 5 ans de travail posté incluant des nuits, les risques de mortalité sont accrus. D'après les résultats, le fait de travailler trois nuits par mois ou plus, en alternance avec des journées et des soirées, pendant plus de cinq ans, augmente la mortalité, toute cause confondues, de 11%.

La mortalité liée à des maladies cardiovasculaire augmente de 19% pour les infirmières qui ont tenu ce rythme pendant 6 à 14 ans, et de 23% pour celles qui font des nuits depuis plus de 15 ans. Une corrélation a également été établie pour le cancer du poumon. Au delà de 15 ans de nuits, le risque de mortalité pour ce type de cancer est 25% plus élevé.

Troubles du rythme circadien

« Le sommeil et le rythme circadien jouent un rôle important pour la santé, notamment pour le système cardiovasculaire et la lutte contre les tumeurs », expliquent les auteurs. Ce n'est pas la première fois qu'une étude démontre les risques associés au travail de nuit, qui a été classifié en 2007 par l'Organisation mondiale de la santé comme un agent cancérigène, en raison, précisément, des troubles du rythme circadien. Les résultats de cette enquête sont une preuve supplémentaire de la nocivité des nuits passées à travailler, surtout quand elles sont alternées avec d'autres horaires.

75.000 infirmières américaines auscultées

L'étude a concerné 75.000 infirmières américaines, toutes des femmes, qui participent à la recherche au long cours « Nurses' Health Study » (soit « étude sur la santé des IDE »). En 1976, une cohorte de 121.000 infirmières, âgées de 30 à 55 ans, a été constituée. Leur état de santé est vérifié tous les deux ans par des questionnaires.

« C'est une des plus larges études prospectives de cohorte au monde, avec un suivi au long cours et une proportion importante de travailleuses de nuit, souligne le Pr. Eva Schernhammer, membre du collège de chercheurs. Le fait que l'on étudie un seul métier implique une plus grande validité des résultats, par rapport aux études qui mixent plusieurs activités. »

Lisette Gries

Les dernières réactions

  • 09/01/2015 à 20:10
    blaise
    alerter
    Voilà une grande étude qui prouve que la nuit, c'est fait pour dormir.
  • 25/02/2015 à 02:08
    Roje
    alerter
    depuis 23 ans je travaille en poste 3/8 dans l'industrie chimique je fais des Check up tout les 5 ans j'ai 47 ans et je pense passer a la journée d'ici 1 à 2 ans car mon état physique c'est dégradé depuis peu !
  • 25/02/2015 à 07:20
    line
    alerter
    Je suis infirmière depuis 30 ans et je fais la nuit depuis 20 ans exclusivement. Ma raison a été moins de soucis pour la garde pour mes enfants. Il y a quelques années ,j'ai développé de l'hypertension et ensuite un diabète , je ne saurais jamais si le fa
  • 25/02/2015 à 11:26
    chantou
    alerter
    On pense aux veilleuses quand on parle de nous, déjà, je ne supporte pas, pour moi les veilleuses éclairent nos couloir la nuit a l'hopital, et la chambre de nos enfants......alors ayons un peu de reconnaissance, pour nous personnels de nuits qu'ils bo
  • 26/02/2015 à 21:22
    fourmiz01
    alerter
    0 ans de nuit 7 à 9 fois par semaine dans un service de soins intensifs pour les prématurés; je prends ma pré-pension, fin de contrat le 20 janvier 2015 à 60 ans et.....je suis sensée devoir faire une recherche active de travail pour que le'ONEM me paye g
  • 06/09/2021 à 23:09
    Francois Champ
    alerter
    Ce que je trouve injuste, c'est que l'age de départ d'un infirmier ne change pas qu'il travaille en 3/8 ou avec des horaires de bureau !
  • 14/04/2022 à 01:44
    Vie de nuit
    alerter
    Ma belle fille de 31 travaille dans la presse de nuit depuis 5 ans et déjà elle a des détraction physique et mental lié à des problèmes thyroïdiens. Je pense que vu la pénibilité de travailler de nuit et leur espérance de vie il me semblerait normal que ces personnes partent à la retraite bien avant les autres!!’ Pour pouvoir profiter un peu de la vie et du jour car eux dorment le jour et ne voit donc jamais ou peu le soleil. Et ont toutes les carences qui vont avec !
    Longue vie à la belle fille