(Publicité)
 

Objectif Soins n° 239 du 01/10/2015

Droit

Gilles Devers  

« C’est l’absence de dialogue qui conduit au procès… » Cette phrase n’est pas fausse, mais elle est présentée comme un principe qui structurerait le droit de la responsabilité hospitalière, et là… c’est faux.

L’absence de dialogue ou une communication biaisée peuvent envenimer des situations déjà difficiles, mais, sur le plan juridique, rien n’établit que c’est l’absence de dialogue entre les équipes hospitalières et les patients qui serait la source des procès.

FAUT-IL...


Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Notre service client est à votre disposition au numéro vert : 0800 94 98 92 (appel gratuit à partir d'un fixe).

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...