(Publicité)
 

L'infirmière Magazine n° 354 du 01/11/2014

FORMATION CONTINUE

L’ESSENTIEL

R., 23 ans, a été victime d’un accident de moto. Les médecins sont pessimistes quant à ses lésions cérébrales. Les parents de R. ont été prévenus et ont informé son amie. R. est transféré en service de réanimation. Très rapidement, les médecins informent les parents que R. est en état de mort cérébrale et qu’il pourrait être donneur d’organes. La mère et l’amie de R. refusent d’admettre son état et supplient les médecins d’entreprendre tous les soins possibles, quand le père souhaite un arrêt de la réanimation. Il est prêt à accepter le don d’organes. L’amie de R. n’imagine pas qu’une partie de lui puisse vivre dans le corps d’un autre.

Lorsqu’un patient est en état de mort encéphalique, les équipes de réanimation et les professionnels de santé spécialisés dans la rencontre des familles et les discussions autour du don d’organes sont souvent confrontés à ce genre de situation. Ce travail est encadré en France par...


Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Notre service client est à votre disposition au numéro vert : 0800 94 98 92 (appel gratuit à partir d'un fixe).

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...