(Publicité)
 

L'infirmière Magazine n° 298 du 01/04/2012

DOSSIER

Dans certains pays comme la Hollande ou l’Angleterre, par exemple, l’infirmier collabore directement avec le rhumatologue en réalisant l’évaluation/suivi de l’activité inflammatoire de la PR et du risque de comorbidités et en formant les patients à l’auto-évaluation du DAS 28 (Disease Activity Score).

Impliquer davantage les infirmiers : une nécessité

Les personnes atteintes de PR présentent un risque accru d’infections, de maladies cardio-vasculaires, de certains cancers (poumons, lymphomes) et d’ostéoporose. Ce « sur-risque » de comorbidités est la conséquence de la...


Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Notre service client est à votre disposition au numéro vert : 0800 94 98 92 (appel gratuit à partir d'un fixe).

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...