(Publicité)
 


10/05/2017

Mauvais genre

Aujourd’hui, 50 % de l’effectif médical québécois est constitué de femmes. Une fierté ! Mais, le monde infirmier demeure, lui, indubitablement féminin. Alors quoi, l'homme ne possèderait-il pas les compétences, la nature soignante pour revêtir l'habit infirmier ?

Bernard Roy est professeur titulaire à la faculté des sciences infirmières de l’université Laval, au Québec. Il est également directeur de la collection « Infirmières, communautés, sociétés » des Presses de l'université de Laval

En 1985, quelques mois avant la fin de ma formation en soins infirmiers, je bavardais autour d’un verre, avec une amie rencontrée alors que nous réalisions nos stages respectifs dans le même institut psychiatrique. Elle, en médecine, moi, en soins infirmiers. Nous aimions nos manières de penser le monde. Elle appréciait l’écoute que je portais aux patients, mon attitude soignante. Lors de ce tête-à-tête, je lui mentionnais que, tout comme moi, ma mère était infirmière. Et voilà, qu’à ces mots, elle éclata d’un rire déconcertant. Dans sa tête de psychiatre en devenir, mon choix de profession fut d’emblée associé à un trouble de filiation, à un Œdipe non résolu. Pourtant, l'un comme l’autre, nous osions franchir d’opaques frontières de genre. Son audace d’investir cette profession dominée par le masculin m’épatait. Mais moi, désormais, je percevais mon incursion dans le monde féminin comme douteuse, pathologique.

Dans le monde occidental, la présence masculine dans l’univers infirmier fut longtemps suspecte. Au cours du XXe siècle, la recherche en sciences infirmières réalisa plusieurs travaux sur la « nature » et le « genre » du soin. Dans les années 1970, nombre d’articles posaient un regard négatif sur la présence des hommes dans cette profession féminine. On affirmait que l’homme ne possédait pas les compétences, la nature soignante pour revêtir l’habit infirmier. D’autres, prétendaient, le plus sérieusement du monde, que les infirmiers reproduiraient les règles de la domination patriarcale. Les mœurs douteuses des hommes choisissant de chausser les souliers de l’infirmier seront invoquées. A contrario, au milieu des années 1980, un large pan de la société québécoise se réjouissais du mouvement de féminisation de la profession médicale.

Aujourd’hui, 50 % de l’effectif médical québécois est constitué de femmes. Une fierté ! Mais, le monde infirmier demeure, lui, indubitablement féminin. L’influence de Florence Nightingale qui estimait, au XIXe siècle, que la femme était naturellement soignante, perdurera longtemps au Québec. Jusqu’à l’adoption du Bill 89, en 1969, la profession infirmière est réservée aux femmes. Au XXIe siècle, selon l’OIIQ (1) la proportion d’hommes infirmiers peine à dépasser le seuil des 10 % (2). Si les peuples sans histoire sont sans avenir, nous pouvons présumer que l’avenir des hommes dans la profession infirmière est loin d’être assuré. Simone de Beauvoir écrivait « on ne naît pas femme, on le devient ». Pareillement, on ne naît pas soignant, on le devient. Et pour le devenir, il nous faudra raconter des histoires de soignants. Des récits d’hommes ayant escaladé la muraille du genre du monde infirmier. Parce que le soin est une nécessité sociale, il doit être accompli par tous, aussi bien les femmes que les hommes. Comme l’affirme la philosophe Fabienne Brugère, le soin, la sollicitude, le souci des autres sont plus nécessaires que jamais dans nos sociétés destructrices du lien social.

1- Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

2- Dans le reste du Canada, la proportion avoisine les 8 %, tandis qu’en France, elle est de 13 %.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

Forums

Exprimez-vous et échangez avec vos collègues sur nos forums.
Cadre, infirmière spécialisée, de psychiatrie, scolaire, du travail, participez à nos nouveaux forums
Tous les sujets de discussion

À découvrir

Abrégé d’auto apprentissage en anatomie et physiologie


Voici l'indispensable ouvrage d'exercices pour maîtriser toute l'anatomie et la physiologie !

Un véritable guide de découverte et d'apprentissage de l'anatomie à destination des étudiants en Ifsi.

Le livre propose 6 rubriques pour réviser l’essentiel :
- Une représentation schématique du corps humain
- Des objectifs éducationnels
- Une série d’affirmations de type vrai/faux et des schémas à légender
- Un score chiffré
- Des schémas en couleurs
- Des tableaux synthétiques

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...