(Publicité)
 


21/04/2017

Maroc : les infirmiers en colère

Le 19 avril, c'était jour de grève dans les hôpitaux marocains. Si certains infirmiers du royaume, comme des techniciens de santé et des médecins, ont cessé le travail et sont descendus dans les rues, d'autres ont porté un brassard pour exprimer leur grogne et porter leurs revendications.

« Depuis 2016, les jeunes diplômés bénéficient d’une reconnaissance au niveau Licence et peuvent donc continuer leurs études à l’université. Mais tous ceux qui ont été diplômés avant cette date n'ont pas accès à cette équivalence, explique Sara Daouir, infirmière et militante du Syndicat national de la santé publique. Pire, auparavant nous pouvions continuer nos études dans un second cycle pour devenir cadre ou enseignant, mais aujourd’hui, cette possibilité n’existe plus. »

Le 19 avril, une grève nationale des infirmiers a donc été lancée au Maroc pour revendiquer le niveau Licence. Cette grogne découle d’un décret de 2013 qui a organisé la formation infirmière en modules, avec une équivalence Licence pour les infirmiers diplômés d’État et une entrée dans la profession à l’échelon 10 de la grille des salaires dans la Fonction publique. Pour l’occasion, les Instituts supérieurs des professions infirmières et techniques de santé (ISPITS) ont remplacé les Instituts de formation aux carrières de santé (IFCS). « Malheureusement, cela laisse 27 000 professionnels en dehors du système. Qui plus est, ceux-ci sont entrés dans la profession à l’échelon 9 », regrette Mohamed El Habib Bellakha, surveillant général et ex-président de l’association des Infirmiers du CHU Mohammed VI à Marrakech.

Une première

« C’est la première fois qu’un mouvement infirmier est soutenu par l’ensemble des centrales syndicales » se félicite Mohamed El Habib Bellakha. Au CHU Mohammed VI, le mouvement aurait été suivi par 80 à 100 % des infirmiers. Il fait suite à plusieurs manifestations organisées depuis 2014. Un sit-in devant le ministère de la Santé avait notamment été réprimé dans la violence les 6 et 7 avril dernier. Mais cette fois, les infirmiers ont bon espoir puisque la reconnaissance du niveau Licence est inscrite dans la Stratégie nationale de santé 2017-2021. « Le nouveau ministre de la Santé (en poste depuis le 5 avril, NDLR) a reconnu que notre revendication est légitime. Mais cela doit encore être discuté au Parlement » conclut Mohamed El Habib Bellakha.

Sandra Mignot

Les dernières réactions

  • 21/04/2017 à 18:32
    salah
    alerter
    merci pour votre soutien. resté avec nous.
  • 24/04/2017 à 17:37
    Bellakha
    alerter
    Bonjour
    je remercie Mme/Mlle Sandra Mighot pour l'article et le temps qu'elle nous a consacré ainsi que toute l'équipe de l'espace infirmier et l'infirmière Magazine,
    Merci infiniment
  • 27/04/2017 à 09:42
    Samira
    alerter
    Bjr un grand merci au rédacteur de l article pr son soutien ainsi qu 'a ts l équipe du magasine

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre 2017

Forums

Exprimez-vous et échangez avec vos collègues sur nos forums.
Cadre, infirmière spécialisée, de psychiatrie, scolaire, du travail, participez à nos nouveaux forums
Tous les sujets de discussion

À découvrir

Le Lacombe : Précis d’anatomie et de physiologie humaines, 31e édition


Entièrement relookée, cette nouvelle édition sera l’atout majeur de tout étudiant en apprentissage durant ses 3 années d’études.

Présenté en deux tomes, ce livre est devenu la référence incontournable en anatomie.

Dans ce précis sont étudiés tous les organes humains et sont présentés de façon claire les grands principes d'anatomie et de physiologie.

Le livre propose:
- Un tome de texte pour le cours,
- Un tome d'atlas, tout en couleurs, avec plus de 300 schémas.

En savoir +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...