(Publicité)
 


19/04/2017

Ordre Infirmier, les syndicats jouent leur va-tout

La Fédération des personnels des services publics et des services de santé Force Ouvrière (FOSPS) réclame à la ministre de la Santé, l’abrogation de l’Ordre national des infirmiers (ONI) dont l’existence conduit, selon elle, à une « taxation » sur le droit d’exercer.

C’est l’annonce du projet de décret sur l’inscription automatique des infirmiers à l’Ordre national des infirmiers (ONI) qui a fait réagir la FOSPS mais aussi l’intersyndicale FO, Sud santé, Unsa santé sociaux, CGT, CFDT, CFTC, Snics-FSU. Réunis le 18 avril au soir, les syndicats se sont unis pour demander à Marisol Touraine de ne pas signer ce décret. Pour FO, ce projet de texte est une « nouvelle provocation inacceptable » d’autant plus que le Conseil d’État a indiqué « que son injonction de mise à concertation du projet de décret sous trois mois n’est pas assortie d’une astreinte et n’oblige donc pas l’État à publier le décret ».

Le syndicat explique ne pas comprendre l’attitude de la ministre de la Santé qui avait, au printemps 2011 en tant que parlementaire, déposé une proposition de loi exigeant l’abrogation des Ordres professionnels. FO souhaite donc qu’elle agisse en cohérence. Le syndicat la met également en garde contre sa politique qui « la conduit droit dans le mur » et « accentue le rejet des personnels qui continuent, depuis la grève et la manifestation nationale du 7 mars, à se mobiliser dans de nombreux établissements ».

Des infirmiers victimes de pression

Cette demande d’abrogation de l’Ordre ne date pas d’hier. « Nous la demandons depuis sa création, rappelle Didier Birig, secrétaire fédéral de FPSPS. L’Ordre a été créé sur la base d’un postulat arrêté par des lobbyistes infirmiers qui ont fait croire aux députés que l’Ordre était une demande de la profession, ce qui est complètement faux. » Selon le syndicat, il y a aujourd’hui un infirmier sur cinq adhérents à l’Ordre mais « on serait en dessous si certains infirmiers n’avaient pas subi des pressions, dénonce-t-il. Certains professionnels ont dû présenter la preuve de leur adhésion à l’Ordre pour obtenir un poste ou accéder à des formations. C’est une taxation sur le droit d’exercer. » Un scandale pour le syndicat, d’autant plus que « l’ONI n’apporte rien aux infirmiers salariés ». Pour FOSPS, les missions de l’Ordre pourraient être exercées par le Haut conseil des professions paramédicales (HCPP). Quant à l’enregistrement des professionnels, « il pourrait être assuré par les Agences régionales de santé », propose Didier Birig. Avant de conclure :« Si les libéraux veulent un Ordre, ils n’ont qu’à le financer car pour eux, le coût de l’Ordre est déductible de leurs impôts. »

Laure Martin

Les dernières réactions

  • 19/04/2017 à 15:29
    Solange Granier
    alerter
    Pourquoi - en France - les infirmières sont elles méprisées par les gouvernants ?
    Jamais, depuis 1988 et les grandes grèves, les infirmières n'avaient elles été à ce point méprisées que sous le quinquennat de François le Traître, aidé en cela par son bras armé, tous les jours pendant cinq ans : Marisol Touraine alias la bien nommée MST.
    Roi du consensus mou et de la synthèse pendant plus de onze ans à la tête du parti socialiste, le président Hollande aura gouverné la France comme le parti socialiste, au détriment des français et des infirmières en particulier.
    Aidé en cela par des centrales syndicales qui lui sont redevables, la CFDT en étant le triste exemple avec son secrétaire général qui a co-dirigé le ministère de la Santé et des Affaires Sociales. Nous le savons tous, les syndicats en France sont surtout subventionnés par nos impôts même si ils représentent - au total - moins de 10% des salariés de ce pays.
    Ainsi les infirmières libérales qui disposent de pas moins de quatre syndicats reconnus, bientôt cinq, sont elles malmenées. La non renégociation en 2012, de la convention nationale de 2007 est une aberration passée presque inaperçue.
    90% sont donc écartés du droit à la parole car non syndiqués, ce qui n'est pas une obligation.
    Obligatoire l'est, elle par contre, l'adhésion aux ordres professionnels avec cotisation annuelle. Ce qui en fait une rente de situation pour des banquiers et des personnages parfois très controversés aux dysfonctionnements souvent étouffés comme nous venons de le voir avec le rapport de la Cour des Comptes sur le fonctionnement et les abus de l'ordre des chirurgiens dentistes. Qui dit adhérent dit soumis aux pouvoirs extraordinaires que détiennent ces entités qui cumulent les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires. Celles et ceux qui ont goûté aux chambres disciplinaires en restent marqués à vie. Les décisions de la chambre nationale ayant prédominance sur la justice du peuple, tel le toubib de Bayonne blanchi par les tribunaux mais interdit d'exercice à vie, confirmé par le Conseil d'Etat. Et quand les infirmières refusent de se soumettre et de participer, les ministres prolongent par décret ces ordres devenus illégitimes comme en 2011, 2016 et 2017.
    Imaginez, une seule minute, leurs pouvoirs illimités quand tous ces leviers sont entre les mains des mêmes personnes qui cumulent les mandats syndicaux, ordinaux, associatifs et autres. Comme le sont les politiciens qui eux aussi ont la mauvaise habitude d'empiler les responsabilités et les dédommagements financiers qui vont avec !
    Les politiques ayant un mandat national sont obligés de choisir dans quelques semaines selon une loi qui est entrée en vigueur il y a quelques mois. Ce qui évitera à beaucoup de prendre une veste aux prochaines législatives tant les français sont ulcérés de leur comportement.
    Une ordonnance de février 2017 interdit aussi aux cumulards syndicalistes et ordinaux infirmiers de continuer à faire la pluie et le mauvais temps sur tous les aspects de notre vie professionnelle. Ils devront choisir à l'occasion du renouvellement des mandats de l'ordre infirmier, avant le 03 juillet 2017.
    Avec une telle concentration, plus de 630000 infirmières sont donc muselées soit par leur appartenance à un ordre infirmier, soit ignorées par des syndicalistes trop occupés à gérer leurs avantages. Quand ce ne sont pas les mêmes qui font les deux.
  • 19/04/2017 à 16:17
    blaise
    alerter
    Il est dommage que toutes celles et ceux qui refusent l'ordre infirmier ne se soient pas remué le popotin un peu plus tôt car aujourd'hui M. Borniche et ses collaborateurs ont beaucoup de cartes en main pour mettre sous l'éteignoir toute la profession ; car n'oublions pas qu'ils ont l'appui inconditionnel du Conseil d'État (qui loue ses locaux à l'ONI), d'une banque qui fait son job de banque à savoir faire de la thune, et d'une ministre que je ne saurais décrire mieux que dans la réaction de Solange.

    Il y avait largement la place de déglinguer cet ordre à certains moments, mais comme il est toujours plus facile de laisser faire les autres plutôt que de se bouger, nous en sommes à une situation de quasi non-retour et bientôt, sauf retournement de situation toujours possible, chacun se mettra bien sagement en rang d'oignons derrière les élites ordinales infirmières et sera prié de passer à la caisse sous peine de foudres à venir.

    Pour un grand nombre de militants anti-ordre de la première heure, le problème n'existe plus car ils ont cessé (souvent avec joie) leur activité professionnelle ; mais pour la jeune génération, en plus des conditions de travail de plus en plus éprouvantes, il va leur falloir payer pour cela.

    Révoltez-vous et ne vous soumettez pas !
  • 19/04/2017 à 17:54
    Lison
    alerter
    Arrêtons le délire ! Personne n'est "muselé" et l'Ordre n'empêche absolument pas de s'exprimer, de revendiquer, etc. Voyez les médecins ou les architectes, les avocats, les notaires ou les experts-comptables. Ces professionnels sont-ils muselés ? Sont-ils opprimés ? Au contraire ils savent défendre leur pré-carré. Allons soyons objectifs, les ordres ont tous contribué à défendre les intérêts bien compris de leurs membres. Les oppresseurs sont ailleurs. Les infirmiers ont tout intérêt à renforcer leur corps, leur corporatisme et à se distinguer des autres professionnels de l'hôpital et des établissements de santé. Voyez ce qu'obtiennent les IADE. Du pragmatisme, du corporatisme, de l'auto-défense. Voilà la solution et pas de scrupules. Pas d'idéologie, c'est de la perte de temps. Le monde est sauvage, chacun doit défendre sa came et les infirmiers ont bel et bien des intérêts à défendre ! Qu'ils utilisent l'Ordre, comme les syndicats, comme les associations, c'est pragmatique. Surtout qu'ils usent de leur rapport de force. C'est comme ça que cela se passe !
  • 19/04/2017 à 18:04
    Bzzz24
    alerter
    C quoi l'avantage d"être syndicaliste ? C donner de son temps pour informer, réunir, discuter. Si vous n'êtes pas contents, engagez vous ! C facile de critiquer. On a les syndicats qu' on mérite! Ne pas voter pour ceux qui en croquent voilà une responsabilité de citoyen lors des élections...
    C bien que ceux qui sont à l'ordre ne soient pas en responsabilité syndicale. L'ordre est neuf et connait quelques péchers de jeunesse mais c' est un moyen de nous faire reconnaitre comme profession à part entière !
  • 19/04/2017 à 18:39
    Solange Granier
    alerter
    @ Lison : eh ben, on en demandait pas temps. Merci pour avoir confirmer ce que nous craignions.
  • 19/04/2017 à 19:03
    sisli5
    alerter
    On voit bien que ceux qui sont pour l'Ordre sont des nouvelles générations d'infirmiers (je dirais même plus du grade Licence).
    Le popotin on l'a remué bien avant vous , mais en faisant des soins pas en étant rivé/es sur les écrans de téléphone L Le vrai soin avec un grand S et non pas de la théorie de blablatage , et au final un non-connaissance du patient . C'est pareille à la petite guéguerre comme quoi les IADE ou de bloc seraient mieux que les soins généraux . Chacun a sa valeur ,spécialisé ou non!
    Se syndiquer ou pas ,chacun son choix , même non syndiqués on est défendable.
    L'Ordre Infirmier ne nous apportera rien de plus qu'une augmentation de chômeurs : tu es inscrit à l'Ordre tu bosses, sinon va pointer à Pôle -Emploi. Ce n'est pas la cotisation qui montrera si l'IDE est compétente ou non!
    sisli5
  • 19/04/2017 à 19:17
    patbianco
    alerter
    "Il est dommage que toutes celles et ceux qui refusent l'ordre infirmier ne se soient pas remué le popotin un peu plus tôt "

    Il est surtout dommage que les infirmiers( e) ne se soient pas bouger le fion toutes ces années pour défendre leur profession et on peut remercier enfin un vrai contre pouvoir grâce à l ordre pour faire entendre notre voix

    50 € / an = 4,16 € /mois , vous devez bien dépenser beaucoup plus dans des futilités et encore je reste poli cette fois ci .

    ce qui chagrine les syndicats , c est tout l argent qui ne reçoive plus !!
    car en 30 ans de métier , je n ai jamais vu la CGT , sud santé et tutti quanti défendre mes intérêts
    L infirmiere, la seul profession qui fait gréve en allant travailler

    LEs infirmières sont toujours aussi connes
  • 19/04/2017 à 19:49
    blaise
    alerter
    L'ordre infirmier n'est pas un contre-pouvoir car il est le valet du gouvernement qui vient, par décret de prolonger le mandat des conseillers locaux pour 3 mois (après avoir prolongé ceux des nationaux et régionaux) ; et tout cela parce que l'ordre a de grandes difficultés à organiser des élections.
    Par ailleurs c'est grâce à la ministre que l'ordre a été ressuscité fin 2015 alors qu'il avait été supprimé par l'Assemblée Nationale.
    Et pour couronner le tout, c'est avec l'aide du Conseil d'État que le code de déontologie est enfin paru et c'est toujours grâce à lui que les infirmiers risquent l'inscription automatique.
    Alors parler d'un contre-pouvoir pour l'ordre infirmier relève de la pure bêtise.

    Le législateur avait bien compris l'inutilité d'un ordre infirmier et l'hostilité qu'il génèrerait en le rendant obligatoire, ce qui n'a pas empêché le refus massif et le fait actuel que les quatre cinquièmes de la profession n'y aient pas adhéré.

    Les immatures ne seraient-ils pas ce qui croient aux inepties ordinales ?

  • 19/04/2017 à 20:16
    blaise
    alerter
    Rectification dans ma dernière phrase : lire "ceux" à la place de "ce".
  • 19/04/2017 à 21:06
    PATBIANCO
    alerter
    les 4/5 de la profession sont les mêmes que j ai vu avec un scotch sur leur blouse en le mot EN GREVE et qui courraient comme des dératés au travail et qui en plus entendaient les médecins se foutrent d 'eux !!!!


    Ecoute Branluchon , dis moi une seule chose que la CGT , Sud santé et les autres ont fait pour nous , à part essayer de nous piquer notre argent ,et ce n est pas 50 € /an qu ils demandent !!!
    En trente ans de métiers , j ai vu aucun syndicat nous défendre !!!


    Essayer d être intelligents les infirmier (e), et soyez lucides pour une fois , arrêter d 'écouter les pseudos intelligents de la profession qui sont inscrits au parti communiste

    Les seules professionnels qui font reculer les gouvernement sont ceux qui ont un ordre

    signé l immature qui se glousse des collègues colchiques dans les prés
  • 19/04/2017 à 21:44
    tuque
    alerter
    les personnes qui avancent les bienfaits pour la profession d'avoir un ordre, ne répondent jamais aux questions qui passent sur les forum, concernant l'impact concret des ordres infirmiers sur la qualité de vie professionnelle des infirmières...
    pas plus qu'elles ne répondent aux questions posées par ceux qui travaillent au Québec, pays où existe le plus grand ordre infirmier francophone...
    donc reprenons :
    - concernant le montant : tout à chacun sait parfaitement que le montant actuel ne resterait pas longtemps en vigueur...OIIQ : 221$ en 2007 et 450$ 10 après...
    concernant les "avancées" : les gros dossiers de l'oiiq sont :
    - la prescription infirmière et son déploiement
    - le code de déonto renouvelé
    - les documents et activités de soutien pour la nouvelle loi sur les soins de fin de vie
    - la pratique infirmière avancée
    - la gouvernance clinique dans la réorganisation du réseau
    - la collaboration interprofessionnelle, notamment en ehpad
    - la révision du code des professions, surtout la gouvernance des ordres...
    EN QUOI CELA VA AIDER LES PROFESSIONNELLES?
    le travail qui doit être fait, doit être fait par l'état, pour le bien de tous ces concitoyens et donc financé par l'état, et pas par les infirmières qui n'ont rien à y gagner.
    la prescription? pour qui et pour quoi? et surtout pour combien?
    les nouvelles lois? en France il n'y a pas d'ordre et pourtant la loi est appliquée
    la pratique avancée? avancée pour qui, et vers où? et pour combien en terme de salaire?
    pour tous les items c'est la même chose....
    Les défenseurs de l'ordre entrent à mon avis dans deux catégories : ceux qui pensent que un organisme peut "imposer" un respect, à ceux-ci je dirais regarder objectivement ce qui se passe dans les pays où l'ordre existe pour les infirmières de terrain...pas sûr que vous aimeriez la réalité objective (il ne suffit pas de lire les écrits ordinaux pour connaître la réalité)
    et les autres qui souffrent d'une certaine vision de la démocratie qui les conduit à penser qu'ils sont autorisés à se sentir légitime pour définir ce que doit être notre profession...comment peuvent-ils croire qu'ils sont si intelligents alors que la grande majorité de notre profession pense qu'ils se trompent? comment quelqu'un qui n'a pratiquement plus exercé depuis des décennies et qui est à la retraite pourrait savoir ce qui est bon pour la profession?
    vous n'êtes pas satisfaits de votre condition? et bien engagez vous dans les syndicats, ne serait-ce qu'en votant pour ceux qui vous représentent le plus....le respect ne s'impose pas, il se gagne par un professionnalisme et un positionnement professionnel...pas par des écrits ni des codes de déontologie...l'objet d'un ordre est la protection du public, pas des professionnels...il existe en France déjà suffisamment de lois pour protéger le public, pas besoin de créer un organisme supplémentaire pour sanctionner les professionnels...quant aux désirs de l'ordre qu'il pourrait avoir un impact sur les décisions gouvernementale, on est dans le délire psychotique total, qui refuse la confrontation au réel...
  • 19/04/2017 à 21:48
    blaise
    alerter
    Une bien belle défense de l'idéologie ordinale, mais toutefois dans un style, une syntaxe, une grammaire et une orthographe quelque peu déficientes.
    Là c'est certain, le gouvernement tremble et recule.
  • 19/04/2017 à 21:49
    blaise
    alerter
    "Déficients" et non pas "déficientes"
  • 19/04/2017 à 21:52
    blaise
    alerter
    Ma réponse s'adressait à @PATBIANCO.
  • 19/04/2017 à 22:16
    Lison
    alerter
    @blaise.
    L'Ordre a fait condamner le Gouvernement par le Conseil d'Etat (qui est une juridiction donc rien à voir avec le Gouvernement). Alors en quoi est-il à la botte ? Il s'est battu, il a gagné.
    C'est donc le contraire : l'Ordre a les moyens juridiques, politiques pour faire plier le Gouvernement et installer un rapport de force. Il peut agir d'autant plus légitimement que tous les infirmiers et infirmières en font partie. C'est un peu plus efficace et concret que tous ces râleurs derrière leur écran. Ce sont au contraire les anti-ordres comme vous qui êtes des jaunes, des sociaux-traitres en cherchant à saborder l'outil de représentation professionnel donc de rapport de force et qui faites le jeu du Gouvernement, des fédérations d'employeurs, du pouvoir médical oligarchique.
  • 19/04/2017 à 22:20
    tuque
    alerter
    l'ordre a gagner sur un problème de droit, ce qui n'a rien à voir avec impacter sur les orientations gouvernementales...
    ex: le directeur d'hôpital te donne une note "illégale" tu le poursuis au tribunal administratif et tu gagnes...ce n'est pas pour ça que tu pourras décider des embauches ou d'une autre orientation des DRH...
  • 19/04/2017 à 22:44
    blaise
    alerter
    Donc l'ordre infirmier serait le dernier rempart contre le péril rouge, mais il est surtout une organisation réactionnaire à la botte du pouvoir, au service d'une banque et qui sert des intérêts qui n'ont rien à voir avec ceux des infirmiers.
    Mais ce qui est concret, c'est que la grande majorité des infirmiers ne sont pas inscrits et que la plupart de ceux qui le sont l'ont été sous la contrainte et par obligation.
    Les élections ordinales qui devraient venir sera le révélateur de l'impopularité de cet ordre à moins que par bonheur, les élections présidentielles (les vraies) nous offrent la solution par la suppression de tous les ordres professionnels en France.
  • 19/04/2017 à 23:39
    PATBIANCO
    alerter
    " une orthographe quelque peu déficientes ( sans S s il te plait)"
    je vois que tu as été au même cours que moi !!!
    Je n ai pas le temps de faire dans la prose et suis pragmatique , alors l ordre est une belle évolution sauf pour les bouffons qui sont malheureusement la majorité dans cette profession.

  • 20/04/2017 à 00:37
    Sissia
    alerter

    Infirmiere Libérale : Pour moi l'Ordre ne sert a Rien. Je résiste et ne paie pas ma cotisation. Et puis je trouve pas normal qu'à diplome égal notre cotisation soit plus élevée.
    Je n'étais pas pour l'ordre quand j'excercai à l'hôpital. Pourquoi le serai-je maintenant.
  • 20/04/2017 à 06:24
    blaise
    alerter
    @PATBIANCO, je ne suis pas allé aux mêmes cours que toi : dans ma phrase, que j'ai rectifiée dans le post suivant, l'adjectif qualificatif "déficients" est accordé avec les quatre noms communs qui le précèdent à savoir "style", "syntaxe", grammaire" et "orthographe" ; et donc, comme tout élève de CE1 le sait, le mot "déficients" doit être mis au masculin pluriel (car il y a plusieurs noms dont un est au masculin) : je ne sais pas si tu as pigé, mais dans tous les cas, l'aveuglement ordinal dispense d'insulter ses contradicteurs et c'est même écrit dans le saint-bréviaire déontologique.
    C'est cela le grade licence ?
  • 20/04/2017 à 07:08
    sisli5
    alerter
    T'as tout compris Blaise!
    C'est ce que je disais hier : çà c'est le grade licence !
    Mais si on gratte derrière que tu leur enlève leur portable, le calcul de de dose de tête ou avec papier stylo t'as plus personne !Si il manque un appareil ou qqch elle/il ne va pas chercher dans l'autre salle où il peut faire ou découvre un appareil inconnu , résultat ah ben je sais pas faire (même s'il y a la notice sous les yeux pour l'utiliser).
    sisli5
  • 20/04/2017 à 08:57
    phil91
    alerter
    ces syndicats étant en grande perte de vitesse,se manifestent pour contrer l'ordre, sans aucun argument cohérent,constructif ou positif pour la profession. Un comportement délétère et assassin vis à vis de cette catégorie professionnelle, souvent méprisée.L'ordre aura le mérite de faire relever le buste à l'ensemble des paramédicaux,comme les kinésithérapeutes,qui eux ne se plaignent de rien !
  • 20/04/2017 à 08:58
    phil91
    alerter
    ces syndicats étant en grande perte de vitesse,se manifestent pour contrer l'ordre, sans aucun argument cohérent,constructif ou positif pour la profession. Un comportement délétère et assassin vis à vis de cette catégorie professionnelle, souvent méprisée.L'ordre aura le mérite de faire relever le buste à l'ensemble des paramédicaux,comme les kinésithérapeutes,qui eux ne se plaignent de rien !
  • 20/04/2017 à 14:32
    Solange Granier
    alerter
    @ phil91 : vous avez du caca dans les yeux pour dire que les kinés ne se plaignent de rien ?

    @ sisti5 : on a affaire de plus en plus à une bande d'assistés qui se comporte au travail comme si ils étaient encore couverts par maman.

    @ PAT BIANCO : vous auriez donc raison et plus de 450000 IDE auraient tort ?
  • 20/04/2017 à 15:18
    phil91
    alerter
    Vous ètes bien ignorants et inconsistants de considérer que vous n'avez besoin de personne pour gérer aussi bien l'ensemble de la profession, qui a toujours su étre manipulée par les politiques du fait de l'éclatement des organisations professionnelles qui se heurtent à la jalousie de certains syndicats. L'attitude des grabataires toujours opposés à la progression de notre identité n'a d'égal que la médiocrité des propos tenus sur ce lieu de dialogue.
  • 20/04/2017 à 15:52
    Pierre
    alerter
    Je suis de l'avis à Lison. N'ayons pas peur de nous montrer corporatistes, à l'instar des autres professions ordinales et particulièrement les sages-femmes et kinésithérapeutes qui ont vu leurs compétences et missions considérablement augmentées grâce surtout à leur ordres respectifs. Et je ne parle pas de leur statut...

    Pour Solange et Blaise, rien de neuf sous le soleil d'après ce que je vois... toujours la même rengaine, toujours aussi arrogants et méprisants envers celles et ceux qui ne pensent pas comme eux et enfin toujours aussi véhéments envers les étudiants qui, ne vous en déplaise, sont avant tout le reflet des professionnels qui les encadrent ! Bref, petits et minables.
  • 20/04/2017 à 15:59
    Pierre
    alerter
    Et pour terminer le débat en ce qui me concerne, je n'ai JAMAIS considéré que la profession était défendue par les syndicats alors même que les conditions de travail et de prise en soins n'ont jamais été aussi médiocres. Qu'ils défendent nos conditions de travail au lieu de perdre leur temps à taper sur l'Ordre qui est assez grand pour défendre les intérêts de la profession ! Lors de la dernière grève, nous n'avons pas vu passer le moindre tract ni la moindre initiative permettant éventuellement aux agents de se rendre à Paris. Les représentants syndicaux de mon équipe (et ils sont nombreux) étaient soit en RTT soit en congés et aucun d'eux ne s'est rendu à une manif'. Bel exemple non ?!!! A vomir... En attendant, je continue à défendre l'Ordre et à payer ma cotisation.
  • 20/04/2017 à 17:12
    blaise
    alerter
    Je ne vois pas en quoi les syndicats peuvent être une gêne pour celles et ceux que ça n'intéressent pas, il n'est pas obligatoire d'y adhérer et d'y cotiser ; on ne peut pas en dire autant de l'ordre infirmier, demandé par une poignée de prétentieux, et auquel il est obligé d'adhérer et de cotiser sans qu'on en ait la moindre envie et aussi sans savoir pourquoi.
    L'ordre infirmier existe depuis 10 ans, a été gavé d'argent par une banque audacieuse, et quand on voit l'état actuel de la profession, on ne peut pas dire que ce fut une décennie d'embellie générale ; en clair il n'a servi à rien, alors dehors !
    Alors grand bien fasse à celles et ceux, tout joyeux d'être un bon petit sujet ordinal et de payer avec délice pour la plus grande joie des dirigeants voyageurs, mais de grâce, restez entre vous, et ne tentez pas d'enrôler toute la profession.
    Et d'ailleurs, quels bénéfices, à part l'argent, pourriez-vous obtenir en inscrivant des personnes résolument hostiles à votre idéologie ? Pouvez-vous imaginer un instant des anti-ordres majoritaires dans les conseils ? Un joli foutoir en perspective !
    Mais ça n'arrivera pas car les élections seront massivement boycottées et ce sera tant mieux !
  • 20/04/2017 à 17:20
    patbianco@
    alerter
    @ PAT BIANCO : vous auriez donc raison et plus de 450000 IDE auraient tort ?

    Excusez moi les érudits , juste une maxime pour vous et les 45000:

    Ce n'est pas parce que l'erreur se propage qu'elle devient vérité (Mahatma Gandhi)

    Autre chose ? Quel syndicat ( cgt, sud santé , Blaise ...) a interpellé et fait des propositions auprès des candidats à la présidentielle
    Personne mais l Ordre l a fait
    Allez au revoir
  • 20/04/2017 à 17:56
    blaise
    alerter
    L'ordre en faisant des propositions aux candidats dont un seul, d'ailleurs, a une réelle politique de santé (dont la suppression des ordres), n'a fait qu'enfoncer des portes ouvertes.
    La plateforme revendicative des syndicats lors des derniers mouvements est très complète parfaitement claire, renseignez-vous.
    Votre ordre, en fait, ne fait que tenter d'exister...
  • 20/04/2017 à 18:25
    Solange Granier
    alerter
    Ordre infirmier - La Fédération SUD Santé Sociaux appelle toutes celles et ceux qui souhaitent combattre le monstre à s’unir et à appliquer immédiatement le processus de lutte suivant :

    • Boycott de l’ordre infirmier ainsi que tous les autres ordres professionnels (refus d’inscription, de cotisation, boycott élections…),
    • Signer et faire signer la pétition
    • Exiger des directions d’établissement, des garanties concernant le recrutement sans obligation d’adhésion à l’ordre infirmier,
    • Soutenir les professionnel-les menacé-es par l’ordre infirmier…
    • Soutenir les professions qui ne sont pas encore ordonnées lors de tentatives de leur imposer un ordre, comme par exemple les aides-soignant-tes déjà dans la ligne de mire de l’ONI…
    • Organiser des débrayages réguliers jusqu’à abrogation.
  • 20/04/2017 à 20:37
    Pierre
    alerter
    Faites donc Solange Granier.... mais Sud Santé Sociaux ferait mieux de convaincre "toutes celles et ceux" qui souhaitent travailler dans de bonnes conditions à se mobiliser pour une cause sérieuse ! C'est pitoyable. En tout cas, les jeunes DE et la plupart des étudiants (je parle de ce que je connais bien évidemment...) sont convaincus de la nécessité de l'ONI. C'est plutôt rassurant.

    Patbianco@ : je suis de votre avis.
  • 21/04/2017 à 05:15
    blaise
    alerter
    A défaut de réflexivité, la relève infirmière aura au moins la docilité : du pain bénit pour l'oni...
  • 21/04/2017 à 08:30
    Palmito
    alerter
    Bonjour à tous, je crains que il n'y ai confusion entre mission des syndicats et celui des ordres. Pour ma part , je suis syndiquée et je cotise à l Ordre Infirmier depuis le début, car il y'a la place des deux instances . Ne nous trompons pas de combat, tous les endroits où on peut porter la parole infirmière est à respecter et à utiliser. Ne tombez pas dans ces disputes indignes de notre profession qui ne font que diviser ! Quel est l intérêt de critiquer les jeunes générations ! Ce sont eux demain qui nous soignerons... Alors unifions nous pour sauvez la seule instance qui réunie TOUS les infirmiers. C est la seule voie qui peut faire changer les choses... L ordre Infirmier sera ce que nous en ferons tous ensemble.
  • 21/04/2017 à 13:52
    Pierre
    alerter
    Tout est dit Palmito. Rien à ajouter.
  • 21/04/2017 à 14:44
    blaise
    alerter
    Discours daté qu'on entend depuis 10 ans.
    L'ordre est bien parvenu à unifier mais contre lui, une bien belle performance !
  • 21/04/2017 à 15:40
    blaise
    alerter
    Il était une fois un département du centre de la France dont le chef-lieu abrite un IFSI.
    Lors des élections départementales ordinales infirmières de 2008 (financées par le contribuable à hauteur de 1,5 millions d'euros, merci le premier ministre de l'époque), un grand nombre des formateurs de l'établissement sus-cité, certainement mus par un dessein mystérieux, ont été élus au tout nouveau conseil départemental.
    Mais en cette fin d'été 2011, cette assemblée au grand complet a démissionné, cela faisant suite au débarquement de la présidente élue début 2009 et remplacée prestement par le président auto-proclamé et reconduit dans ses fonctions par ses amis sous l’appellation d'élections ; il y a eu comme une déception, certainement...
    Il s'en est suivi une administration ARS puis de nouvelles élections avec une seule et unique élue de ce département, bientôt rejointe par ceux du département voisin ; mais il semble qu'aujourd'hui la nouvelle entité ait fondu comme neige au soleil au point de n'être constituée que de 3 conseillers sans l'élue du département dont il est question, certainement victime d'un grand sentiment de solitude et de ne servir à rien.
    Donc à ce jour, ce charmant département du centre de la France ne recèle aucune conseillère et aucun conseiller ordinal et est donc indemne et vierge. On y est bien !
    Moralité : même après un fort endoctrinement, la raison peut revenir, et une conduite normale peut à nouveau être entrevue.
    Courage !!
  • 21/04/2017 à 17:21
    Solange Granier
    alerter
    Nous finirons bien par avoir sa peau ...
  • 22/04/2017 à 05:48
    blaise
    alerter
    J'avais cru comprendre que l'infirmier qui demandait son inscription au tableau de l'ordre (le plus souvent sous la contrainte), envoyait un dossier renseigné en plus du paiement de la taxe pour travailler.
    A l'aide de ce dossier, les conseillers récepteurs et hautement qualifiés, avaient le pouvoir de décider si tel ou tel infirmier était digne de devenir membre de la confrérie, et surtout de pouvoir exercer.
    Cela devait, parait-il, faire barrage aux brebis galeuses non détectées par les employeurs ou les instituts de formation mais qui seraient immanquablement refoulées grâce aux supers pouvoirs extra-lucides ordinaux.
    Mais alors, en inscrivant les gens automatiquement, il n'y aurait pas tous les renseignements à l'aide desquels les mauvais sujets seraient irrémédiablement laissés sur la touche : la profession serait donc noircie par la présence d'individus à la morale douteuse, aux idées gauchisantes, bref des personnes inassimilables dans la pensée unique bien propre sur elle.
    Les seuls avantages de cette inscription automatique pourraient donc être le fait d'avoir le plus grand ordre de France (le dessein ultime du retraité-président) et surtout d'avoir l'espoir de faire rentrer de l'argent, ce qui pourrait être le plus gros travail des nouveaux conseillers à élire, s'il y en a.
    On peut donc raisonnablement en tirer comme conclusion que l'ordre infirmier a des objectifs très éloignés des préoccupations infirmières, ce qui n'a pas échappé à la majorité des professionnels, qui même traités de bouffons, n'en restent pas moins emplis de bon sens.
  • 22/04/2017 à 09:30
    Pierre
    alerter
    Nul besoin de parler d'endoctrinement pour une cause qui est clairement exprimée de manière.... législative et donc... démocratique. J'expose aux gens mes arguments en faveur de cette structure de la même manière que vous le faites pour les en éloigner, à ceci près, c'est que je ne les incite pas à violer la loi. En revanche, appeler les professionnels à ne pas respecter la loi et en balançant depuis des lustres les mêmes arguments, peut, à mon sens toucher votre concept d'endoctrinement.

    Ne généralisez pas ce qui se passe dans votre région. Vous possédez de si belles capacités rédactionnelles pour raconter de jolies histoires... utilisez-les à bon escient.

    Et enfin, pour Solange... peut-être finirez-vous par avoir la peau de l'ONI mais nous n'y sommes pas encore et force est de constater qu'il fait de plus en plus d'émules. D'ailleurs, peut-être vous en rendez-vous compte sur ce site, sur lequel vous devez vous sentir de plus en plus seuls par rapport à vos débuts... me trompe-je ?
  • 22/04/2017 à 10:17
    blaise
    alerter
    Des élections ordinales sont normalement prévues début juillet pour mettre un terme aux mandats des conseillers décrétés-prolongés et les remplacer par d'autres volontaires ; il n'est pas obligatoire de se porter candidat et encore moins de voter.
    La dernière fois, la débâcle électorale a obligé les dirigeants ordinaux à sauver leur organisation en inventant un subterfuge qui a donné lieu à ce qui a été appelé un deuxième tour.
    Qu'en sera-t-il cette fois-ci ?
    Il n'est pas illégal d'appeler au boycott de ces élections, n'est-ce pas ? Alors profitons-en !!
    Par ailleurs je n'incite pas à violer la loi, les gens sensés sont assez grands pour savoir ce qui est bon pour eux.
    Le terme "insoumission" trouve dans ce cas toute sa place.
  • 22/04/2017 à 10:27
    blaise
    alerter
    J'oubliais une chose : il fut un temps, pas si lointain, où les dirigeants de l'ordre (président, directeur, courtisans et tutti quanti) ont demandé la dissolution d'un syndicat qui avait appelé au boycott de l'ordre infirmier : qu'en sera-t-il aujourd'hui avec le syndicat SUD ? Le délit de blasphème entrainera-t-il des poursuites judiciaires ? L'ordre infirmier sera-t-il cohérent dans ses actions ou montrera-t-il une couardise qui lui sied bien ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

Forums

Exprimez-vous et échangez avec vos collègues sur nos forums.
Cadre, infirmière spécialisée, de psychiatrie, scolaire, du travail, participez à nos nouveaux forums
Tous les sujets de discussion

À découvrir

Le Lacombe : Précis d’anatomie et de physiologie humaines, 31e édition


Entièrement relookée, cette nouvelle édition sera l’atout majeur de tout étudiant en apprentissage durant ses 3 années d’études.

Présenté en deux tomes, ce livre est devenu la référence incontournable en anatomie.

Dans ce précis sont étudiés tous les organes humains et sont présentés de façon claire les grands principes d'anatomie et de physiologie.

Le livre propose:
- Un tome de texte pour le cours,
- Un tome d'atlas, tout en couleurs, avec plus de 300 schémas.

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...