(Publicité)
 


Marisol Touraine lors d'une conférence de presse dédiée aux sages-femmes le 22 juin dernier.

01/09/2016

EXCLUSIF

Suicide des infirmiers : la ministre de la Santé nous répond

Alors que la profession infirmière déplore cinq suicides depuis le début du mois de juin, l'indignation soulevée par l'apparent silence de Marisol Touraine nous a conduit à saisir son cabinet pour avoir une explication. Réponse de la ministre, qui promet de nouvelles mesures de prévention des risques psychosociaux à l'automne.

« Profondément attristée d'apprendre le décès par suicide de plusieurs infirmiers au cours des dernières semaines», la ministre de la Santé et des Affaires sociales a exprimé « à leurs collègues et amis, ainsi qu'aux communautés hospitalières concernées » son « soutien » et sa « solidarité », affirme-t-elle. « Je me suis également assurée qu'un accompagnement approprié était proposé à ceux qui en exprimaient le besoin dans ces circonstances exceptionnelles et j'ai tenu à ce que tout soit entrepris pour mieux comprendre les raisons de ces actes dramatiques, car tout suicide est évidemment une situation particulière, complexe et multifactorielle par nature. Ces investigations sont aujourd'hui en cours et je tirerai tous les enseignements possibles de ces événements dramatiques. »

« Le respect des proches comme la recherche de la vérité imposent de la réserve et de la retenue »

Marisol Touraine explique par ailleurs son silence public sur ces drames. « J'estime que le respect des proches comme la recherche de la vérité imposent de la réserve et de la retenue, incompatibles avec une communication de l'instant. »

« Sans conclure à ce stade sur les raisons qui ont malheureusement amené ces personnes à commettre l'irréparable», la ministre de la Santé reconnaît qu'il faut « à l'évidence amplifier les efforts » en matière de prévention des risques psycho-sociaux, une thématique « trop longtemps sous-estimée au sein des établissements ». Marisol Touraine annoncera à l'automne « une série de nouvelles mesures, qui s'appuieront notamment sur les travaux actuellement menés par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) ».

Un « travail de fond » engagé depuis 2012

La ministre tient toutefois à rappeler « le travail de fond » engagé depuis 2012 : l'inscription de la prévention des risques psycho-sociaux comme action de formation prioritaire pour les établissements ; le lancement d'un appel à projets en partenariat avec l'Agence nationale d'amélioration des conditions de travail (Anact), permettant de récompenser à hauteur d'un million d'euros par an les meilleures initiatives en la matière (1) ; le lancement d'une grande enquête fin 2015 ; l'obligation de formation à la gestion des risques psychosociaux faite aux membres des comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). « La loi de santé de janvier 2016 prévoit également que les conférences territoriales de dialogue social prévues dans le cadre des groupements hospitaliers de territoire (GHT) seront amenées à se pencher sur les organisations et les conditions de travail », ajoute la ministre. Une nécessité dans le cadre des mutualisations à venir...

Aveline Marques



1- Dix projets ont été sélectionnés fin 2012 pour être financés à hauteur de trois millions d'euros sur trois ans.

Les dernières réactions

  • 02/09/2016 à 05:48
    blaise
    alerter
    Langue de bois.
  • 02/09/2016 à 07:04
    Fanny
    alerter
    Ou comment parler pour ne rien dire.
  • 02/09/2016 à 08:20
    Audrey
    alerter
    Franchement prise de parole inutile ! Avec cette chaleur fallait bien qu'elle brasse de l'air Marisol!! Mais c'est vrai de le problème des burkinis ou la chasse des Pokémons sont des faits d'actualité bien plus importants dans le quotidien des français!!
    Honteux....
  • 02/09/2016 à 09:31
    Alex
    alerter
    Il faudrait qu elle soit plongée au cœur des services pour vraiment se rendre compte....des paroles des paroles et encore des paroles!!!elle est belle la France, bientôt et c est parfois le cas dans certains services, par manque de moyens et de personnels, on laissera souffrir les patients....quel honte et on nous parle d'HUMANITUDE
  • 02/09/2016 à 10:26
    marielle
    alerter
    Je suis en colère car j'ai vécu le harcèlement de la part de mes collègues dans un service de soins .Toute l'institution connaissait ce disfonctionnement mais la cadre ayant un service "qui tourne "!!! on lui fichait la paix . L'envie d'en finir m'a traversé l'esprit mais heureusement j'ai pu faire surface grâce à mon entourage . Les risques psycho-sociaux concernant le personnel ont ne veut surtout pas en tenir compte ,Marysol tu me fais bien rire .
    Honte à ceux qui prétendent prendre soins de leur personnel .
    Honte à ceux qui ne nous permettent pas de prendre soin de nos patients et qui en plus osent nous rassurer en nous disant que l'on fait du bon boulot .
    Boycottons toute ces formations sur la bientraitance ,l'Ethique ,l'humanitude car contrairement à ce que l'on veut nous faire croire prendre soin demande de la disponibilité .
  • 02/09/2016 à 12:25
    tipiak
    alerter
    pouvez juste faire que les directions ne réduisent pas en dessous du minimum obligatoire et faire que le personnel puisse prendre ses repos en temps et en heure comme le prévois la loi du travail
  • 02/09/2016 à 17:52
    Derf
    alerter
    Pffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff et une énième minute blonde pour Marisol Touraine...

    Quand comprendra-t-elle qu'il nous faut beaucoup plus de personnels para-médical dans les hôpitaux, ainsi que de meilleur salaire ?

    Mais elle doit aussi comprendre que nous devons être respectés comme professionnels mais aussi comme personne... Ce qui à ce jour n'est vraiment pas le cas !
  • 02/09/2016 à 18:02
    Jc
    alerter
    Dans DRH , il y a humain
  • 03/09/2016 à 08:57
    patica
    alerter
    je ne crois plus grand chose de ce que peuvent nous raconter tous ces ministres politicards,et même RIEN. et cela depuis longtemps...
    Marisol, à quand remonte votre dernière visite d' un service hospitalier ?
    et quand je dis ça, je parle d'une visite inopinée et non préparée,
    avec des personnels qui travaillent et même se tuent au travail, ces derniers malheureux évènements corrobore mes dires, hélas
    Je respecte oh combien le monde du travail,et je le connais, comme tant d'autres, je suis infirmière depuis 33ans

  • 04/09/2016 à 14:26
    CAROTTE
    alerter
    j'espère que vous et le gouvernement allez faire quelque chose !!! ils sont si formidables, j'ai besoin de soins permanents et croyez moi ils méritent tous d'être plus épaulés, plus respectés, et augmentés....pourquoi faire pour les pompiers et non eux ???
  • 05/09/2016 à 09:10
    Christian
    alerter
    Il faudrait déjà pour commencer que la hiérarchie respecte son personnel et la vie de celui-ci en particulier la direction des soins qui s'evertue à briser l'encadrement si celui-ci est trop humain vis à vis de son personnel
  • 05/09/2016 à 19:24
    Béa
    alerter
    Qd une société privilégié le rendement a l humain. Il ne peut arriver que cela....
  • 06/09/2016 à 03:41
    Uneide
    alerter
    La solution est toute trouvée : au lieu de supprimer des postes il faudrait en créer. Il n'y a pas que les suicides de personnel a prendre en compte ( bien que ces faits reflètent l'extrême souffrance du personnel ) mais aussi tous les arrets de travail!!
    J'aimerais bien vous voir en tant que patiente a l'hopital public (oui je sais je rêve , les gens comme vous sont soignés dans les grandes cliniques privées hors de prix pour le français moyen et après vous osez nous parler d'égalité de soins ... quel culot), vous verriez a quel point les restrictions budgetaires que vous imposez fatigue le personnel!!
    Vous comme Mr Hirsh ( directeur de l'aphp ) , c'est toujours le même discours de belles promesses, de belles paroles. Mais pendant que vous etes confortablement installés dans vos super fauteuils hors de prix nous on trime pour si peu.... ah c'est vrai nous ne sommes que des petites mains obligées de travailler même en grève!! Bien évidemment , nous, nous avons une conscience professionnelle, on ne peut pas laisser nos patients sans soins bloquer les hôpitaux et faire une vraie greve comme d'autres services publiques le font.
    N'importe quoi!! Les économies c'est pas sur le personnel qu'il faut les faire!!
    Sans parler de notre " plateau repas" et de nos sois disant poses déjeuné qu'on est en droit de prendre mais qu'on ne prend que très rarement car les services s'allourdissent de plus en plus et qu'on a de moins en moins de personnel !!
    Je suis certaine que si vous etiez dans nos positions actuelle vous vous indignerez face a ce que vous nous faites subir!! Mais ça c'est sur ça risque pas d'arriver . 1 morceau de pain raci 1 petit beurre 1 fromage ou 1 yaourt et 1 fruit pas mûr , voilà la collation que nous meritons selon vous pour 10h de travail continu?? Autant nous allouer des tickets restaurants on s'alimenterait beaucoup plus sainement!!

    Pour conclure, c'est bien beau de feliciter le personnel pour sa réactivité lors de catastrophes sur le territoire mais ça n'a véritablement pas de poid face a ce vous nous faites subir au quotidien!! 2 solution pour vous 2 : remettez vous en questions et revoyez votre politique absurde d'économie ou demissionnez!!
  • 06/09/2016 à 08:24
    soleil
    alerter
    au lieu d'embaucher des H/F à qui on devrait confier nos problèmes embaucher IDE/aide soignants (es) nos salaires sont moindres par rapport à ces psychologues qui ne serviront à rien (ils en existent en ville) nous voulons que notre travail soit reconnu, que nos salaires augmentent VRAIMENT et pas ce semblant d'augmentation qui ne sert à rien puisque les charges sociales augmentent. nous ne touchons que 79,.. euros de plus que le smic. Ce sont les primes du dimanche et jours fériés qui font la différence. vous nous avez imposé le travail en 12 H pour supprimer des postes en nous faisant croire à des journées de repos plus nombreux mais à chaque arrêt maladie vous piochez dans ces repos compensateurs. alors arrêtez de nous prendre pour des cons. Et si on parlait des AS contractuelles qui réussissent leurs concours IDE à qui vous faîtes signer un formulaire comme quoi elles ils refusent de signer leurs renouvellement de contrat !!! ils partent à leurs formations sans indemnités. Honte à vous ! et vous dites ensuite aux médias qu'il manque X infirmières en France! quel que soit le parti politique au pouvoir nous professionnels de santé sommes oubliés car vous envoyez les membres de votre familles dans des cliniques privées
    huppées spécial VIP. supprimez les voitures de fonction que vous avez et consacrez l'argent au hôpitaux. vous vivez à nos crochets vous avez choisi la politique par passion ou pour l'argent que vous touchez à foison nous ce métier est avant tout une passion, prendre soin des autres et nous travaillons dans des conditions de stress pour soigner le peuple de notre pays.
  • 06/09/2016 à 12:34
    Christian Lacault
    alerter
    Madame la ministre
    Épargnez nous tous vos efforts de xyloglotte inutiles. Et vos commissions destinées à enterrer le problème. Ainsi que vos études bidons.
    Vous savez très bien pourquoi ces infirmiers se sont suicidés et pourquoi l'ensemble des soignants est au bord du burn out.
    Nos professions souffrent. De la charge de travail, et donc du manque de personnel.
    Pas grave vous comptez encore faire des économies en supprimant 22 000 postes.
    Nos compétences ne sont pas reconnues à notre juste valeur. Les salaires sont ridiculement bas. Le management est intenable et inhumain. Les directions se comportent comme des barbares qui cassent à la hache initiatives, révoltes, parole et intelligence. Le corps des médecins se comporte à nouveau comme un mandarinat. Le sens du soin n'existe pas.
    Vous en voulez encore?
    Pas la peine.
    Vos prédécesseurs comme vous même avez des places inamovibles qui vous protègent de tout "problème" électoral. Vos incompétences ne sont même plus sanctionnées par les élections puisque vos places sont assurées, quoique que vous fassiez. Pire vous pouvez même vous permettre de continuez à vous foutre de nous en nous assénant des balivernes.
    Puisque de toute façon, mes collègues ne se battent pas...
    Et oui, au fond du fond, le problème est là.
    Le corps des soignants est mous, soumis. Il préfère l'individualisme et aller à l'aqua poney plutôt que de se battre.
    Alors continuez madame la ministre, vous le pouvez puisque vous ne risquez rien.
  • 07/09/2016 à 05:01
    patica
    alerter
    Je suis d'accord avec ce que vous dites sauf le point sur la passivité des soignants, j'en connais qui résistent et j'en fais partie, faites passer des messages auprès de vos collègues vous pourriez être surpris des réactions. je suis infirmière depuis 33 ans avec un parcours un peu atypique et des expériences de travail variés ( privé, public ) empreintes de satisfaction mais aussi de souffrance au travail...Je suis et serai infirmière toute ma vie, quoiqu'il puisse encore se passer pour moi professionnellement, la passivité de certains il est vrai ne m'a pas toujours aidé mais c'est comme ça, gardons nos valeurs si chères et continuons à exercer ce beau métier mal reconnu, certes mais précieux..."mon précieux"...
    quant à ces dirigeants, là-haut, un jour, bientôt j’espère il se rétamerons et seront déchus de leur pouvoir et avidité, ça ça nous appartiens à nous, le peuple d'en bas de se mobiliser et par exemple de ne pas voter en 2017, de demander un referendum, ou tout autre chose réalisable... bref de résister la aussi. bonne continuation à vous
  • 07/09/2016 à 11:52
    krevet triste
    alerter
    Moi, je suis en fin de carriére, 35 ans dans les hopitaux et je m'en suis "sauvée" tellement j'avais peur de faire des erreurs, des oublis avec de gros risques pour les patients dont j'avais la charge...seule pour 20 malades en chirurgie...à courir partout, à laisser des éléves infirmiers faire des soins et poser des perfusions sans pouvoir les encadrer correctement et en "ratrappant" les erreurs "in extremis" ....Je travaille maintenant en maison de retraite, je pensais y être plus zen...seule pour 100 résidents à qui il faut faire avaler à chaque repas leurs traitements en moins d'une heure !! ( mais ne surtout pas parler de maltraitance !! ) j'ai 59 ans, mal au dos, des varices plein les jambes...et je cours toujours .., stressée et dégoutée de ne pas pouvoir faire mon métier que j'adore correctement ni être reconue . je termine ma carriére avec 1700 € par mois à temps plein !! C'est misérable et scandaleux !! j'ai très peur d'être hospitalisée un jour car je sais que c'est que ça sera dangereux vu l'état de stress et de fatigue des infirmières !!
    PS : Il faudrait faire une VRAIE gréve..avec blocages des lits, bloc opératoire fermé en n'assurant QUE les vraies urgences, ça sera le souk ...mais la popumation sera avace nous .
    IL FAUT BOUGER !!
  • 07/09/2016 à 17:40
    Beebop
    alerter
    Au delà du fait que nous savons tous que nous manquons de bras dans chacun de nos services suite au non remplacement de nos collègues parties en retraite .
    Quand bien même les grosses têtes réfléchissent à un plan de prévention et une formation de plus , le travail que nous avons à faire ne changera pas et il peut arriver qu'on soit juste épuisé psychologiquement et aussi physiquement usé , sans jamais être entendu et qu'il n'y ait de possibilités qu'on nous propose de changer de services , afin de nous permettre de nous ressourcer.
    Nous qui donnons tant aux autres, notre employeur l'état lui même se fiche de l'épuisement qui nous gagne un peu plus chaque jours et gangrène nos actions auprès d'être humains malade et de leur famille , mais aussi chacune de nos vies . . .
  • 07/09/2016 à 20:42
    Bleuenn56
    alerter
    Plus d'infirmiers et de moyens !!! Bientôt il n'y aura plus que les patients dans les hôpitaux français, une honte !!
    Si c'est au delà de vos compétences Marisol changez de taf........ !
  • 08/09/2016 à 09:41
    Artémis 77
    alerter
    MST ne sert à rien, ne comprends rien à la santé, méprise les IDE mais aussi tous les professionnels de la santé (AS, ASH, Kiné, brancardier, ambulancier, manip radio etc, etc) du public, du privé. Tant qu'il n'y aura pas plus de personnel, on ne pourra pas parler de bientraitance des patients, et qu'on arrête de parler de risques psycho sociaux, sans rien faire de concret.
  • 08/09/2016 à 14:38
    Lin Tégrité
    alerter
    Ces suicides interviennent dans un contexte d'immobilisme encore bien plus prononcé puisque démarre la campagne électorale des présidentielles et législatives. Tous ce beau monde bien trop préoccupé par le seul et unique souci de garder son fauteuil...et un portefeuille nourri avec la sueur de notre front ! cet hypocrisie et le mépris avec lequel ils nous traitent font le lit du FN. La situation est tellement gangrénée, qui pourra sortir du lot pour donner un grand coup de pied dans la fourmilière ?
    Si pour une fois nous pouvions tous se rassembler autour d' un seul et unique mot d'ordre : Refuser d'aller voter ou voter blanc.
  • 08/09/2016 à 21:00
    gRIBOUILLI
    alerter
    Allons voter !! Si SI et sur chaque bulletin notons "CI-GIT UN(E) INFIRMIER(E)". Nous sommes presque 500 000 infirmiers... le message ne pourra qu'être remarqué ! Sans pour autant voter pour un énième branquignole !
    J'ai 30 ans de métier et comme vous tellement dégoûté. j'ai faillit aussi y laisser ma vie il y a deux ans, j'ai eu la chance de passer devant un CMP et d'utiliser le peu d'espoir qu'il me restait encore pour éviter le passage à l'acte. Pour un supérieur hiérarchique indéboulonnable... Le dénoncer m'a valu d'avoir une expertise psychiatrique exigé par la DRH pour suspicion de paranoïa... qui, tiens comme c'est bizarre ! est revenue normale. Mais dans quel pays on vit ?

    ALLONS VOTER !! BOYCOTONS CE VOTE !!

    Allons tous voter, HAUT ET FORT !!
  • 09/09/2016 à 11:44
    blaise
    alerter
    C'est la Ministre de l'argent des riches.
  • 14/09/2016 à 10:23
    domino
    alerter
    MST est une incapable et victime surement du " principe de Peter ".
    Les infirmières sont à bout de souffle et elle ne fera RIEN parce que la santé n'est pas une priorité poliItique contrairement à l'éducation nationale.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Prévenir et maîtriser le risque infectieux


La santé s’est avant tout construite via la mise en place longue et progressive des principes de l’hygiène. Au croisement d’un besoin privé et d’une politique publique, l’histoire de l’hygiène est fortement liée à celle de la maîtrise de l’eau, puis à cette révolution biologique qu’a été la découverte des micro-organismes et qui fera d’elle une discipline scientifique.
Ce guide évoque notamment :
- L’organisation institutionnelle
- Les précautions standard et complémentaires
- Des fiches techniques de soins
- Le bloc opératoire
- La stérilisation...
Ce guide est conçu pour être consulté quotidiennement et permet d’avoir sous la main une synthèse des recommandations et des bonnes pratiques en matière de maîtrise du risque infectieux.

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...